En m'approchant d'elle

Publié le par Frédéric Zarod

Tango Mystique - chapitre 5

 

En m'approchant d'elle je frémis, mon corps tremble,
"Que tu es belle, ô mon amie, tu es parfaitement belle, sans un défaut.* "
Dieu m'a mis à l'épreuve, de mon premier cours de tango à ma dernière Cumparsita,
J'ai connu la femme comme jamais je n'aurais pu la connaître plus sincèrement, un tango qui récite le Cantique des cantiques.
"Tu me fais perdre le sens, ô toi ma soeur, ma fiancée, tu me fais perdre le sens par un seul de tes regards, par un seul de tes joyaux, suspendu à tes colliers* ",

Pourtant j'ai connu bibliquement la femme avant le tango, j'en ai aimé une, j'ai déposé ma semence dans ses entrailles, je suis devenu père, puis Dieu m'a arraché à cette vie confortable que je croyais destinée pour le meilleur et le pire.


Retour en Provence.


Bien sûr, mon tango est né en Provence, entre Avignon et Sausset-les-Pins,
Bien sûr, le tango était ma consolation, puis il est devenu mon chemin,
Mais c'est dans l'abrazo que j'ai appris le plus de la femme,
C'est dans les bras d'une femme que j'ai redressé mon Arbre de Vie, que j'ai appris à lever mon regard loin devant l'horizon, que j'ai ré-appris à marcher,
Très tôt, dès les trois premiers mois, j'ai eu une révélation:
le rythme est tombé dans mon corps,
puis j'ai été de bras en bras, emporté par la soie, le velours,
chauffé à blanc, sous le feu du forgeron, sur l'enclume mon coeur mille fois martelé,
car danser le tango, c'est souffrir dans les bras de toutes les femmes plutôt qu'une seule, l'abrazo, c'est une clôture:


"Où est allé ton bien-aimé, ô toi la plus belle des femmes? De quel côté s'est-il tourné, ton bien-aimé? Nous t'aiderons à le chercher.* "


Le bal est une idée dansante de la règle de Saint-Benoît,
une idée qui s'incarne,
nous ne sommes qu'une seule chair, pourtant nous sommes des époux qui ne consommons pas,

des fiancés éphémères dont la femme s'est conférée l'initiation comme l'avait fait Mâ Anandamayî avec son époux, une femme qui se confère l'initiation et devant laquelle l'homme embrasse la promesse d'amour sans le désir du péché,

chaque fois que je prends une danseuse dans mes bras, je suis comme le moine qui s'apprête à franchir le seuil de sa future communauté, je me sens homme dont le désir s'éteint aussitôt, en Vérité, que ceux qui ont des oreilles entendent, désir qui se transforme en une prière bredouillante devant le regard de la tanguera, une prière qui a fini par devenir claire, limpide comme l'eau de source, puissante comme le souffle du mistral, riche de mille sonorités.

Elle n'est pas la Vierge Marie, ma danseuse, mais un peu de la Lumière de la Sainte rayonne en son sein.

La danseuse est ma clôture, j'y trouve ici la meilleure définition de l'abrazo.
Mon tango se veut malgré moi, bénédictin, dans cette transcendance, cette transhumance dansante, je marche vers Jésus.

* = Cantique des cantiques La Bible - extraits

Avignon le 21 décembre 2014

 

Tango Mystique:

Lire chapitre 1

Lire chapitre 6

 

L'écriture de ce texte m'a été inspirée par "Dante's prayer" (Prière de Dante) de Loreena McKennitt

Cantique des cantiques, Alain Bashung

Jésus est né en Provence, Régine Pascal - Opus méditerranéen

Sadeness Enigma

Mea culpa Enigma

Retour à l'innocence

Commenter cet article