Tanguera, tu es mon Soufisme

Publié le par Frédéric Zarod

Tango Mystique - chapitre 7

 

Tanguera, tu es le soufre et le sel, ô toi femme du tango, entre ton souffle et le ciel, s'enrobe, s'envole ma souffrance, tes voiles, ta robe, mes illusions. Comment mieux expier les fautes de l'inquisiteur que j'étais dans une ancienne existence parmi mes vies antérieures, si ce n'est en me jetant dans les bras de celles que j'accusais de sorcières, que je soumettais à la question?

J'aspire à la retraite spirituelle quand tu m'enchaînes à ton abrazo, j'entends Sa Voix quand je marche avec toi, sous les tangos chantés par la souffrance d'un peuple, les vicissitudes de Buenos Aires évoquées par un Roberto Arlt, suis-je le huitième fou quand j'entends chanter Flavio et Vanina, sous les étoiles qui rient, entre les colonnes somptueuses qui séparent les continents, sur les carreaux argentés qui invitent les puits de Lumière, qui quadrillent mon chemin de Croix?

Ô Danseuse, tu es mon Soufisme aux portes d'Istanbul, mon Figuier Sacré loin des jardins du palais de Siddhartha Gautama, la colline de Golgotha. Ô ma soeur du tango, ta flamme vient ranimer le cierge dans mes ténèbres.

Tes charmes me font tourner comme le rythme divin enivre le Derviche Tourneur. Ma cellule est abrazo quand ton sein m'accueille, enlacement de l'obscurité et du jour, ma clôture bénédictine, le soleil et la lune dansent aussi sur cette voie mystique de mon tango chrétien.

Tu m'enlaces de tes bras de velours et de soie, abbesse et moniale, l'écho de ma solitude, l'Enseignement d'Ahmad Al-Alawî, qui retentit, au-delà de la loi sociale, au-dessus des règles de la milonga, chaque pas que je fais où tu m'accompagnes, est une vallée que je traverse, une montagne que je franchis.

En vérité, de même les Oulamas ont combattu la voie initiatique d'Al-Alawî, de même la mirada de vos bals blesse mon coeur, car vous ne savez pas comment le purgatoire de la cortina bascule mon âme en des précipices de braises et d'océans déchaînés.

Mon corps est soumis autant au paradis qu'à l'enfer, en Vérité, que ceux et celles qui ont des oreilles entendent, je devrais fermer les paupières et attendre, assis ou debout, ou priant à genoux, être comme la nuit qui attend l'aube, être dans l'attente de la Cumparsita, le dernier tango, la fin de mon calvaire.

Mes péchés s'accumulent entre deux séries de tangos, ressurgissent telle la vague déferlente qui frappe le village acculé à sa paroi rocheuse. Mes refus et mes invitations, les regards que je pose ou que je fuis, sont des serpents entremêlés, des gerbes de langues de feu, une tempête de glace, qui me renversent en croix. J'ai peur de redevenir le Saint-Office, je me veux la veuve et l'orphelin, l'estropié et l'aveugle, et j'ai honte si Jésus s'apprête à poser sa main. La Main du Pardon.

 

Sheik Ahmad Al-Alawî écrit: "L'évidence de la vérité spirituelle pour l'oeil du coeur est plus forte et plus directe que l'évidence de l'objet sensible pour les sens."

Allons-donc mes frères et mes soeurs de la fraternité du tango, me voici dans une nouvelle tanda, prisonnier d'une nouvelle force, de nouvelles flammes, d'un nouveau désir de paraître, de disparaître, de rire et de pleurer, j'ai de la chance si ma danseuse est douce comme le miel, tendre comme l'est la caresse ou le baiser, mais le malheur s'abat si la danseuse s'acharne à prendre les rennes, ainsi font les cavaliers qui condamnent leur jument au cirque et à ses poussières de sable, si elle me fait subir sa volonté, ses coups de baton, comment puis-je encore danser ainsi, même avec les secrets du guidage et de la connexion déposés dans mes entrailles, elle ne voit pas qu'en offrant son corps, elle place des ronces autour du berger?

J'ai la chance si une tanguera est à l'image d'un lac apaisé sous le soleil d'un été joyeux. Quel malheur pour moi, quand la danseuse cherche à l'orée de la forêt ce que je peux lui donner dans ma prairie que je lui ai préparée pour que germe le blé, qu'étincelle le raisin. 

Avec mes secrets du tango enfermés dans mon bas-ventre, je suis la vierge que jalousent les épouses, la vertu qu'arranchent des bras impatients et orgueilleux.

 

Rappelle-toi dans "Dîwân" à propos de l'Essence de Dieu, ce qu'a écrit Al-Alawî: 

"En Sa Manifestation, cachée, elle apparaît comme un voile sur voile pour recouvrir Sa propre Gloire."

Suis-je parmi les enfants de Dieu, un frère de clôture, ô ma soeur, ma bien-aimée, ou bien une âme mise à l'épreuve du soufre et du sel, sur cette terre du tango, entre ton souffle et le ciel?

Ô ma douce tanguera, je sais que tu m'en veux de dire ce que j'ai dit, d'écrire ce que je viens d'écrire. Pardonne-moi s'il est des danseuses pour qui le tango n'est pas une communion avec leurs frères dans la cellule qu'est notre abrazo chrétien, mais la violence d'un combat contre elles-mêmes.

 

Avignon le 24 décembre 2014

 

Tango Mystique:

Lire chapitre 1

Lire chapitre 8

Le combat de Dieu contre les ténèbres

La Reine Blanche (The White Queen, Nox Arcana - Winter's Eve)

Musique soufie, Turquie

Musique bouddhique - Mantra des 7 bouddhas, Vietnam

Prière "Notre Père" chantée par Grégory Turpin - Mes racines, les plus beaux chants chrétiens d'hier et d'aujourd'hui

Commenter cet article