Te voici libre dans mes bras

Publié le par Frédéric Zarod

Tango Mystique - chapitre 8

 

Tanguera, te voici libre dans mes bras, j'ai arpenté les sentiers escarpés pour arriver jusqu'à toi, écorché mes pieds, soufflons à l'unisson, car nous seront qu'une seule chair lorsque nos corps respireront de l'enlacement ouvert à l'abrazo fermé, de l'enlacement fermé à l'abrazo ouvert, tel est mon coeur sans armure que j'offre, ô ma douce danseuse, du bout des doigts quand je t'invite à tourner autour de mon axe, ô mon amie toi qui es telle la lune qui resplendit. Croître et décroître, le bandoneon en fait autant, comprendre sans comprendre une science qui dépasse toutes les sciences, j'ai déposé dans mes entrailles la connaissance des secrets du guidage et de la connexion, tu es libre de déployer tes ailes, tanguera, mon âme au service de ton vol, voici mon invitation au tango, du bout des doigts jusqu'à ce que nos poitrines s'embrassent en ce sacerdoce bénédictin.


D'un sol rocailleux, j'en ai fait un jardin, il est à toi ce collier dont j'ai enfilé une par une les perles, les pierres précieuses, qui m'ont révélé à mon tango, les secrets qui grouillent dans mon ventre, pour le délier des malheurs de l'existence, car j'ai redressé mon Arbre de Vie en ce lieu, levé la tête, afin de te prendre dans mes bras, ma douce amie, toi qui aime danser dans des bras tendres, dans l'enlacement rassurant, toi qui aime le confort et prête allégeance au cavalier pour qui tu évoques respect, tendresse, vers les plus hautes espérances dans les contrées de notre coeur.

 

Le souvenir de l'abrazo, son fraternel enlacement, cette nuit où j'aspire à la paix, où je veille en attendant la Nativité, est une nuit remplie d'étoiles, j'ouvre la fenêtre, au loin le palais des papes, l'air frais de l'hiver entre dans mon refuge, un air pur, qui revigore, je suis un pécheur qui prie, à genou, devant la Lumière de l'Eternel. Ma prière est intense, paisible et remplie de confiance:

"Je te salue, ô Reine, Mère de miséricorde

Toi qui es pour nous, vie, douceur, espérance

Vers Toi, nous les fils d'Eve, nous crions dans notre exil

vers Toi, nous soupirons

Gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes

Toi, notre avocate, tourne vers nous tes yeux plein de bonté

Et Jésus, ton Fils béni, montre-le nous au terme de cet exil

ô Clémente, ô si bonne ô douce vierge Marie

Amen"

 

Salve Regina qui inonde mon coeur, je sais que mon tango est pour ma danseuse comme une prière, à présent.


Tu es femme quand je te fais un berceau qui flotte sur ce fleuve serein laissé à chacun de mes pas, tu es comme une soeur dans la lumière de ma Foi,
Dieu n'a rien laissé au hasard, entend mon coeur battre,
tu es une femme maintenant,
le tango nous inspire ce Chemin sur lequel Jésus m'attendais,
entend mon coeur battre,
Tanguera, c'est l'amour, la passion qui vient t'enlacer, toi ma clôture, toi ma règle de Saint-Benoît, entend ce tango, car il est l'Amant dont je suis l'épouse.

 

Avignon le 22 décembre 2014

 

Tango Mystique:

Lire chapitre 1

Lire chapitre 9

 

Mon texte est inspiré par la musique "Never-ending road" (Le chemin sans fin) de Loreena McKennitt

Ave Maria, Franz Schubert, interprété par Barbara Hendricks

Commenter cet article