8 mars Journée de la Femme

Publié le par Frédéric Zarod

8 mars Journée de la Femme



8 mars... La journée de la Femme

C'est la journée internationale de la Défense des Droits des femmes. Défendre les femmes, c'est aussi défendre les droits de l'humanité. Et les droits de l'humanité à disposer des ressources de la Terre Mère Nourricière...



Les hommes ont de tous temps suivis aveuglement des chefs, des princes, pour faire de stupides guerres. 
 
La femme en se libérant aurait pu encore devenir l'avenir de l'homme.

Mais le néolibéralisme (la dérégulation des marchés financiers) l'a compris : ils ont fini par s'attaquer directement à la source du bon sens, à nos racines fondamentales avec la Terre Mère Nourricière. La Femme.

La femme était encore le dernier rempart contre le néolibéralisme... mais elle a laissé le soin à des procédés artificiels de nourrir son nourisson. On commence déjà comme ça... La société a tué la Vénus Génitrix. La femme a perdu son mystère, on vulgarise la sexualité sous prétexte de liberté... DANGER : on bascule dans l'autre extrême.


Ils auront fini par arracher les enfants à leur mère, et l'homme à sa terre :

Le biberon et le lait en poudre, la césarienne, la culture hors-sol, les OGM, les pesticides, les engrais chimiques et les PCB, les psychotropes à outrance,et pour finir... le mariage gay qui prévoit l'adoption; des mères-porteuses qui vont louer leur ventre? Donc planification et développement de l'orphelinat?  DANGER...

A noter que le mariage pour tous ne me dérange pas, mais j'attire l'attention, comme je l'ai fait précédemment, sur les dérives et conséquences néfastes de l'élargissement du droit à l'adoption, un droit qui pourrait fragiliser l'enfance devant ce que l'on sait sur les réseaux de la honte, et l'utilisation perfide d'une communauté fragilisée par l'homophobie et la transphobie, pour couvrir des commerces honteux et inhumains.
 

La marchandisation de l'être humain : un exemple éloquent et triste auquel nous nous sommes habitués sans broncher, le biberon.

Comment les industriels de l'alimentaire et les scientifiques ont-ils transformé l'alimentation via la grande distribution pour que dans les années 70, de plus en plus de femmes, de mères, ne puissent plus allaiter?



Toute notre société moderne s'est-elle construite sur une déshumanisation discrète et progressive?

Wall Street va finir par mettre un prix sur toute vie sur terre... Quand dans mon couple, nous avons eu un enfant, il nous paraissait "naturel" de donner le biberon...


Avons-nous relevé qu'avant les deux guerres mondiales, une mère n'avait pas besoin de dépenser un seul sous pour nourrir son bébé? Elle lui donnait son lait, et ça ne lui "coûtait" rien. Le sevrage pouvait se dérouler, sauf cas de force majeure, dans le contact apaisant du sein de la mère avec les lèvres gourmandes de sa progéniture.

De nos jours, une grande partie de la population est atteinte de "dépendance", d'addiction... Curieux n'est-ce pas? C'est une affaire juteuse pour les vendeurs de psychotropes et autres sucreries!


On parle souvent de sevrage nicotinique... Parce que comment voulez-vous qu'un sevrage naturel se fasse chez un enfant pendant sa première année alors qu'à sa phase orale et primordiale, il n'aura jamais eu aucun contact direct et oral avec le sein de sa mère, dans l'action de la sucion, entendons-nous bien?

La cigarette mais aussi le fétichisme généralisé du consommateur ou encore l'addiction populaire au sucre (confiserie/canette de coca cola et autres boissons gazeuses) ou à la médicamentation: un sevrage faussé.

On habitue dès le départ l'enfant et futur adulte à un cloisonnement plastifié, siliconné, entre la chair affective de sa mère et son outils oral dont l'expérience qu'il fera passivement pendant les premiers mois, conditionnera l'orientation de ses "goûts", la maîtrise de sa langue maternelle et des langues étrangères éventuellement, sa façon de communiquer et d'aller vers les autres...

Par ailleurs, on pourrait se demander si une certaine forme d'addiction à internet, ses réseaux sociaux, et aux téléphones portables, tablettes, i-pad, et cie, ne serait pas que le prolongement du sevrage oralement et affectivement "impossible" par le truchement d'une tétine en plastoc?

Il serait intéressant ici de faire une enquête sociologique sur les personnes présentant certaines addictions à la cigarette, au sucre, ou présentant des difficultés pour communiquer, échanger verbalement, ou aller vers l'autre avec sincérité, quel serait le pourcentage d'ex-biberonnés par rapport aux ex-allaités!? 


Dès le départ, le produit nourrissant auquel s'attend instinctivement le nourrisson est falsifié : maintenant, une mère doit payer (cher) des pots de poudre pour avoir le "droit" de nourrir son enfant...

On parle bien ici du Droit de la Femme à disposer librement de son corps? Pourquoi ne dispose-t'elle plus  du  Droit Naturel de nourrir son bébé... gratuitement?


Avec le SIDA, on continue le cloisonnement entre l'homme et la femme. On a beau se déshabiller, il y aura encore et encore une couche de silicone, de célophane, de plastique... A propos de SIDA, pourquoi les tests de dépistages sont-ils différents d'un continent à l'autre? Pourquoi certaines maladies rares sont systématiquement classées dans la case SIDA?

Cela commence par une barrière d'un millimètre... jusqu'à ce qu'on arrive à mettre un prix de location sur le ventre d'une mère-porteuse, parce qu'un couple d'homosexuels désirera un enfant?


On finira par arracher l'enfant du ventre de sa mère... après avoir arraché l'homme à sa terre. Ce ne sera plus une barrière d'un millimètre qu'on imposera aux hommes et aux femmes, mais un fossé entre l'être déraciné et une vie terrestre saine et riche d'éléments naturels.

On découvre fort heureusement un nombre croissant d'invidus qui cherchent à rétablir une agriculture et un élevage de proximité, via la permaculture, les produits sains, "bio", issus de l'agriculture sans pesticides, dite "biologique".

 

Comment peut-on nous permettre d'interdire à un enfant le droit de grandir dans un couple dont l'équilibre énergie masculine/énergie féminine est respecté?

Est-ce qu'on impose aux hommes et aux femmes adultes leur orientation, est-ce qu'on oblige un homme à vivre avec un autre homme, et une femme à vivre en couple avec une autre femme? Non, que je sache, alors pourquoi impose-t'on à un enfant orphelin d'avoir seulement deux papas d'adoption?

C'est terrible : imaginez une fille ou un garçon qui ne connaîtra jamais de toute son enfance la relation naturelle, affective, dans son énergie particulièrement féminine, avec... sa maman?


Combien coûte le pot de poudre qui remplace la richesse du lait maternel? Combien coûte le biberon en verre ou en plastique? Le stérilisateur? Voici que le Droit de la Femme de nourrir naturellement et gratuitement son enfant est bafoué...

C'est un choix d'allaiter ou non... drôle de société tout de même? Pourquoi une chose si naturelle coulait de source pendant des dizaines de milliers d'années... et voilà qu'après un siècle de "sorcellerie scientifique", le corps de la femme n'est plus apte à faire une chose si naturelle : nourrir son bébé? 

 

"L'allaitement est le moyen idéal d'apporter aux nourrissons tous les nutriments dont ils ont besoin pour grandir et se développer en bonne santé. Pratiquement toutes les mères peuvent allaiter, si elles ont des informations précises et le soutien de leur famille comme du système de soins.

Le colostrum, sécrétion lactée jaunâtre et épaisse produite à la fin de la grossesse, constitue, ainsi que le préconise l'OMS, l'aliment parfait pour le nouveau-né qui doit commencer à s'alimenter dès la première heure qui suit la naissance. L'allaitement exclusif au sein est recommandé jusqu'à l'âge de six mois..."

Source, citation: Organisation Mondiale de la Santé, via le site Dur à avaler - article: Lait maternisé, histoire d'une escroquerie

Je lis dans le même texte, citant l'OMS, que l'utilisation des biberons et des tétines doit être limitée au maximum...



Nous sommes un 8 mars... Une journée consacrée à la défense des droits des femmes... Je ne suis pas là pour qu'on retourne dans le passé, au Moyen-âge!

Les progrès du siècle dernier sont importants par ailleurs pour nous permettre d'apaiser certaines souffrances, comme délivrer une mère par une césarienne dans un contexte médicalisé rassurant, au lieu de la laisser mourir, et nous pourrions prendre des milliers d'exemples en ce qui concerne les bienfaits de nos découvertes scientifiques sur la qualité de notre vie terrestre. Libérer la condition de la femme qui était sous le joug de l'homme, c'est un signe incontestable d'évolution spirituelle pour toute une société, également.

Certes. Mais à qui profitent les excès d'une industrialisation à outrance, au prix d'un risque de "déshumanisation"?

 
Sommes-nous aveugles pour ne pas voir que la deuxième guerre mondiale a ouvert la brèche à 60 années de pratiques extrêmes, d'expérimentations hasardeuses faites sur des populations entières, sans leur consentement, pour le profits et le pouvoir de quelques milliers d'égos démesurés et milliardaires?


L'éveil des consciences passe par des questions, une remise en question des nouvelles habitudes prises sous l'effet d'une industrialisation ultra-rapide, exceptionnelle et déconcertante, et de prodigieuses découvertes scientifiques, qui sont peut-être, par ailleurs, les soubressauts les plus concrets d'une évolution spirituelle sans précédent dans l'histoire de notre humanité?

 
"Indignez-vous" Stéphane Hessel
 

8 mars Journée de la Femme

Publié dans Une Plume de Provence

Commenter cet article

Laure 09/03/2013 01:03


Laissez donc reposer en paix et ne l'associez pas à vos théories fumantes.


C'est clair qu'il vaut mieux laisser mourir une femme en couche plutôt que de pratiquer un césarienne (qui d'ailleurs comme son nom l'indique n'est pas une invention du capitalisme, mais
romaine).


Qu'est ce que vient faire le mariage homosexuel et l'adoption dans votre soit disant hommage à la femme?


Sous les airs libertaires que vous voulez vous donner vous semblez être un fiéfé réac.


 


 

Fred Milongeroz 09/03/2013 14:49



Je vous aurais au moins donné l'occasion de vous défouler verbalement... sans aucun esprit critique!


Mon fil conducteur "biberon" que vous considérez comme "théorie fumante" évoque un DANGER. Et c'est bel et bien dans le sens de rendre hommage à la femme, oui :


En effet, DANGER : vous vous en prenez gratuitement à un homme qui s'inquiète de savoir que peut-être dans un siècle PLUS AUCUNE FEMME n'aura les capacités biologiques d'accoucher par voie
naturelle et de nourrir avec son propre sein son nourrisson.


Vous êtes bien décevante....


Je me suis demandé à quel texte répondait votre commentaire, Laure, tellement votre commentaire me paraissait sans aucun rapport avec l'article que j'ai écrit.


Vous avez surement dû lire le texte en diagonale, ou survolé avec un tas de filtres colériques, ou je ne sais quoi d'autres?


1/ je ne propose aucune théorie.


2/ je pose de nombreuses questions, j'interroge cette société étrange.


3/ je m'indigne sur des choses qui paraissent invraisemblables et qui n'existaient pas pendant des centaines de milliers d'années.


4/ Stéphane Hessel nous invitait à nous indigner, et à ne pas accepter tout ce qu'on nous impose sous prétexte que c'est mieux pour les êtres.


 


Laisser mourir une femme au lieu de pratiquer une césarienne? C'est peut-être clair pour vous, comme vous l'avez écrit, mais je ne suis pas d'accord du tout avec cela. Il vaut mieux sauver une
femme avec les moyens du bord, comme on le peut... Et s'il le faut, la césarienne est nécessaire... ça me semble naturel et normal...


Est-ce que mon texte a pour titre : "hommage à la femme?"


Et vous me demandez ce que vient faire ici le mariage gay? L'adoption d'un enfant par un couple gay ne vous dérange pas? Pensez un peu aux dérives, aux dangers... Rélechissez un peu, et ne vous
laissez pas emporter par toutes ces vagues déferlentes qui emportent vos jugements, alimentent vos haines enfouies...


Que vous ne soyez pas maternelle, que vous ayez envie de reprendre le travail un mois après avoir accouché... vous faîtes ce que vous voulez. Mais comme c'est parti, dans un siècle le corps de la
femme ne sera peut-être plus capable biologiquement d'accoucher par la voie naturelle.


C'est quand-même aberrant que vous vous en preniez avec votre ressentiment à un homme sensible qui trouve autant de bizzarerie et de non sens dans un siècle d'expériences scientifiques de masse,
alors que je ne m'en prends AUCUNEMENT A LA FEMME NI A LA FEMINISTE  mais bien plutôt aux apprentis sorciers, aux scientifiques, aux technocrates, aux rois phalliques qui dénigrent la femme
et veulent davantage la rendre dépendante de tout un arsenal d'assistance médicalisée pendant ses 9 mois de grossesse.


D'ici quelque temps, il se trouvera peut-être que plus aucune femme en Occident ne sera capable biologiquement d'allaiter son propre enfant... Et ça ne vous choque pas?


Vous êtes donc venue sur ma page pour casser de l'homme? Casser donc de l'homme si cela vous chante.... Les courants de pensée actuels incitent à cela... Diviser pour mieux régner... 


 


Oui je suis "libertaire", oui ma réaction aussi est vive quand on voit comment des hommes sans scrupules détruisent des principes naturels au nom du profit et du pouvoir.


Il me semble que votre commentaire cherche à les défendre... C'est toujours plus facile de se mettre du côté du pouvoir...


En tout cas, il s'agit bien des droits de la femme et donc de leurs enfants quand j'alerte sur l'adoption pour le mariage gay : comment peut-on accepter de priver un enfant d'une mère (qu'elle
soit biologique ou non) pendant ses premières années de sa vie?


 


Je m'en retourne écrire avec ma plume fumante, libertaire, et réac...


 


 


 


 



Eurydice 08/03/2013 15:47


Et pourquoi ne pas citer le bouquin d'Elicabeth Badinter, "le conflit, la femme et a mère" pour avoir un autre éclairage sur la question de l'allaitement ? En quoi celui ci doit-il être
obligatoire, et quid du droit d'une femme à ne pas allaiter si elle n'en a pas envie ? En quoi est ce que cela fait d'elle une mauvaise mère ? J'aime toujours les hommes qui s'érigent en donneurs
d'ordre sur ce que "la femme" doit faire de son corps, de sa vie, au mépris des aspirations et des limites de chacune . Les femmes ne se résument pas à la maternité, la maternité à l'allaitement,
etc . Il n'y a pas de "nature féminine", il y a la "nature humaine", la condition humaine, qui nous concerne tous, quoi que l'on ait entre les guiboles.

Fred Milongeroz 08/03/2013 18:01



J'ai peur Eurydice, pour notre avenir :


N'est-ce pas l'homme moderne, le scientifique, le technocrate, le roi phallique qui tentent sous couvert de défendre les droits des femmes, de leur enlever tous leurs droits fondamentaux : ne
sont-ils pas en train d'affaiblir la femme, elle ne sera bientôt plus capable ni d'allaiter, ni d'accoucher sans péridurale, ni d'accoucher par la voie naturelle. N'est-ce pas les hommes
apprentis-sorciers du XXième siècle qui veulent la maîtrise de la naissance par la césarienne?


J'ai mal de savoir qu'il y a toujours autant de violence faîte aux femmes et aux enfants sur notre Terre. Trop d'hommes encore abusent de leur force musculaire...


Ne vous trompez pas de combat, je vous en supplie! Vous êtes merveilleuses parce que justement votre corps est un perpétuel miracle de la vie!


 


 


Il y a tellement de bons ouvrages à lire sur le sujet. En effet!


Dans mon article, j'invite un autre regard, un regard au-dessus d'un siècle étrange où nous avons jouer aux apprentis sorciers.


Je n'ai jamais parler d'OBLIGATION.


Mon article n'est pas UN DONNEUR D ORDRE. Je pose des questions, je ne considère pas comme acquis un système mercantile qui vise à mettre un prix sur toute chose humaine... Est-ce que les progrès
scientifiques et bio-technologiques justifient qu'on dépouille le corps naturel de la femme?


Je m'interroge. La mère de mon fils donnait le biberon, j'ai participé également.


Il y a un homme en toute femme, une femme en tout homme - Certains hommes ont une féminité développée, et vice-versa.


 


Et je rappelle enfin, chère Eurydice, l'un de mes derniers paragraphes :


C'est un choix d'allaiter ou non... drôle de société tout de même? Pourquoi une chose si natuelle coulait de source pendant des dizaines de milliers d'années... et
voilà qu'après un siècle de "sorcellerie scientifique", le corps de la femme n'est plus apte à faire une chose si naturelle : nourrir son bébé?


La question dérange? N'ai-je donc pas le droit de la poser? Pourquoi c'est moi ici qui serait accusé alors qu'il faudrait accuser toutes ces firmes qui tentent de vendre toutes sortes de procédés
depuis un siècle?


Défendez-vous plutôt le système contre un esprit critique qui s'interroge simplement sur notre nature humaine et ses curiosités occidentales?


Avez-vous fait la part des choses: j'espère que vous vous êtes assurée de votre propre dé-conditionnement au sein de notre société... Je suis également conditionné par ce système moderne.


J'espère que vos choix sont dictés par votre véritable fort intérieur, votre coeur, indépendemment des coercitions de notre système occidental.


Des femmes d'Afrique pensaient et croyaient encore qu'il est normal de coudre les lèvres vaginales de leur fille. Heureusement que des femmes aujourd'hui se battent contre cette atrocité.


Peut-être que dans quelques décennie, on se rendra compte des méfaits du lait en poudre, du contact stérélisé d'une tétine en silicone....


Nous n'avons aucun recul....


Mais vous avez raison de souligner que le vrai combat, c'est notre accomplissement et notre épanouissement d'être humain, que l'on soit homme ou femme, tel que l'on est, avec nos défauts, nos
qualités et on fait ce qu'on peut dans un moment de l'histoire humaine!



Laret 08/03/2013 08:51


Il est tres important de souligner la signification de cette journée....Bonne journée,Jean-Pierre

Fred Milongeroz 08/03/2013 09:08



Parce qu'il est des combats qui n'en finissent plus .....