Adornos, enrosques, lapiz, giros

Publié le par Frédéric Zarod


apprendre a danser le tango argentin adornos enrosques lapiz giros fioritures embellissements


Comment placer des adornos (fioritures de tango argentin), faire des enrosques, lapiz, et autres embellissements d'hommes ou de femmes quand on danse en couple, comment réussir ses tours cavalier ou danseuse (giros)?


Certaines danseuses en milonga se plaignent parce qu'elles ne peuvent pas s'exprimer corporellement, on ne leur laisse soi-disant pas faire leurs fioritures de danseuse... Je vous rassure, nous les hommes non plus, nous ne pouvons pas non plus nous exprimer corporellement sur une piste de danse... puisqu'on vous guide!


Certaines danseuses pensent encore que l'homme à la belle vie en tango argentin, que les tangueros sont des machos, que leur propre expression artistique de tanguera, par des mouvements, des figures esthétiques, ganchos, boleos, ou encore toute la panoplie des adornos, est freinée, si ce n'est tout simplement interdite par un danseur omnipotent, qui dicte sa loi... de macho.



Je viens de réaliser une chose très importante dans mes vidéos d'entraînement technique homme & femme 2015:

Quand on n'est pas en couple, quand on danse en solo, qu'on soit aussi bien homme que femme, on peut davantage s'exprimer, par des enrosques, lapiz, boleos, adornos et toute autre fioriture de création personnelle et spontanée, et profiter d'être enfin seul pour travailler en profondeur et très doucement son schéma corporel dynamique.
   

Autrement dit, je viens de prendre conscience que nous sommes à égalité, c'est ce qui s'appelle la parité, déj présente dans le tango argentin!

Ce dont les femmes devraient se réjouir à priori, puisque rien ne les empêche de faire de même: s'entraîner toutes seules chez elles! (il faut savoir ce que l'on veut dans la vie: devenir une bonne danseuse sans fournir d'efforts personnels?)


Arrêtons de véhiculer les idées reçues comme quoi les femmes en tango sont désavantagées parce que, soi-disant, les hommes ne les laissent pas s'exprimer! 


Si chacun se consacre à son propre rôle, en y travaillant à fond en terme d'organisation corporelle, de sol, de fluidité, de connexion, de transfert de poids, alors l'homme et la femme pourront aussi bien l'un que l'autre s'exprimer au sein du couple, en plaçant leurs adornos, leurs lapiz et enrosques, faire autant de giros qu'ils souhaitent, et tous les embellissements qu'ils auront envie de créer en chorégraphie ou en improvisation.

 

Guider et être guidé n'est possible qu'une fois que l'on s'est bien installé dans son corps de danseur ou danseuse: un cavalier ne cherchera pas à guider un tour à une femme qui ne maîtrise pas encore sa dissociation, son pivot... De même, une bonne danseuse est sensée tomber par terre si elle joue vraiment le jeu du guidage issu d'un homme qui utilise la contraction de ses bras, au lieu de l'énergie que lui renvoie le sol, via sa jambe d'appui.

 

C'est bien d'apprendre par coeur une multitude de figures et des embellissements, des enrosques, des lapiz, des giros et des adornos, mais comment les exécuter sereinement, confortablement, dans notre abrazo, si les bases ne sont pas acquises un minimum: sol, transfert de poids, dissociation, connexion?

Les hommes s'appliquent à guider de leur mieux, si les femmes revendiquent un droit de pouvoir faire ce qu'elles ont envie, sans être à l'écoute du guidage de leur danseur, le tango rioplatense n'a plus aucun sens, ça devient de la country, éventuellement de la danse classique, ou du hip hop.

 

Comprenez bien une chose, essentielle, dans ce qui fait toute la splendeur et la richesse du tango argentin: avez-vous vu un danseur de bal faire un enrosque suivi d'un lapiz, en guidant deux ou trois tours à sa danseuse? Ce n'est pas courant, n'est-ce pas, c'est même assez rare dans une milonga.

L'homme se consacre déjà à guider sa danseuse, tant bien que mal, selon son niveau, ses années d'expérience. Nous sommes d'accord? Comment une danseuse peut vouloir subitement prétendre à des embellissements qui demandent que l'on soit suffisament enraciné, alors qu'elle se trouve justement dans la même démarche que son cavalier, celle de rentrer dans l'énergie du guidage, en apprenant d'abord à devenir autonome dans sa propre force motrice de la dissociation et des transferts de poids?

 

Que les femmes cessent de crier à l'injustice, en exigeant de faire à tout prix leurs fioritures, ganchos et boleos, alors que les hommes se gardent bien de faire de tels caprices.

 

 

Qu'un couple se rencontre, avec un minimum de maîtrise corporelle chez l'un comme chez l'autre, et vous verrez bien que la tanguera exprime sa féminité, en enchaînant les embellisements à sa guise, tandis que son partenaire fera ses enrosques, lapiz, planeos, et des fioritures communes à celles de la danseuse. Les giros (tours) seront délicieusement articulés, avec une relative fluidité... pour le plaisir des deux!

 

Je ne vois pas ce que les femmes peuvent revendiquer dans leur tango, que les hommes ne se permettent même pas de revendiquer de leur côté: tant que ni les unes, ni les autres, n'ont acquis une suffisante maîtrise de leur tango rioplatense pour exprimer tout ce qu'ils veulent, aussi bien chez les  filles que chez les garçons, il n'y a rien à exiger de l'autre partenaire: seulement travailler sur soi-même, se remettre en question et commencer déjà par rentrer dans son propre rôle, un rôle que l'on choisit, avec conscience. Et il n'est jamais inutile, même après dix ans, vingt ans de tango, de reprendre une année de cours technique femme/homme, ou en tout cas, de faire des stages régulièrements!

 

Si je ne parviens pas à faire mon enrosque et mon lapiz, parce que je n'arrive pas à transmettre la bonne énergie à ma danseuse, en utilisant correctement ma jambe d'appui et en libérant ma jambe libre, pour coordonner avec mon guidage, mes fioritures et jeux de jambe de danseur, je ne vais pas m'en prendre à la danseuse, n'est-ce pas?

 

Pourquoi alors certaines femmes du tango se permettent de prendre leur cavalier pour un porte-manteau, ou guide touristique de la piste de danse, en se plaignant qu'on ne les laisse pas s'exprimer, sans qu'à aucun moment elles ne se remettent d'abord en question, et en profondeur?

 

A lire aussi:

 

Comment interpréter la musique?

Le tango pour les nuls: relâche-toi

12 citations et proverbes sur le tango argentin et autour de la danse

La jeune et belle et cruelle tanguera

 

Tango Technique Homme, enrosque

Tango Technique Homme, lapiz

Si mes articles tango argentino técnica y adornos vous plaisent, partagez-les ~~~ abrazo fuerte ~~~

Si mes articles tango argentino técnica y adornos vous plaisent, partagez-les ~~~ abrazo fuerte ~~~

Commenter cet article