L'âme, corps des émotions

Publié le par Frédéric Zarod


âme corps emotionnel astral emotions corps physique chair mental la pensee esprit desir peur psyche structure psychique developpement evolution projection



L'âme (notre corps émotionnel) est une liaison - un arbre de transmission - entre notre corps physique et notre mental (le fil d'actualité de nos pensées, réflexions...). C'est de la confrontation entre la chair et la pensée que les émotions naissent et meurent. Le fonctionnement de l'âme découle de l'ensemble de ce processus, ainsi se structure, se stabilise, évolue et se développe la psyché.

 

Nous serions une "superposition", ou un "emboîtement" - façon poupées russes - de quatre dimensions dont les vibrations sont plus ou moins basses (solidification, stagnation, matière), plus ou moins élevées (énergie, liquide/vapeur pour prendre une image qui parle): le corps, le mental, l'âme et l'esprit

 

Comment "expérimenter" la présence de notre âme? vaste sujet... sans contours définis, ici, on ne peut rentrer dans de la théorie. Ce n'est pas possible. J'ai essayé de comprendre sans comprendre une science qui dépasse toutes les sciences, pour reprendre les termes de Saint-Jean de la Croix, n'est-ce pas?

Il y a les épreuves de la vie, le fait que nos souffrances nous posent des questions, fondamentales, sur notre existence, notre propre fonctionnement. Il y a la psychothérapie, un bon outils aussi, à manier avec des pincettes, j'y suis passé il y a longtemps, ça aide à visiter nos rêves, nos tensions intérieures, à revisiter notre histoire. La relaxation profonde. J'ai expérimenté seul, à l'extrême, à une époque qui date déjà. On se met soudainement à projeter dans tous les coins de la chambre une quantité de peurs... brrrr, ça fait froid dans le dos! Mais j'ai appris pas mal de choses, disons compris sans comprendre... l'âme, cette étrange bête émotionnelle.

 

Comme en tango argentin, je suis très empirique. Je cherche à tâtons, je touche tout ce qui est à portée de ma main, de mon odorat, de mes yeux, de ma langue. J'ai cette curiosité de comprendre comment je fonctionne, là-dedans, dans cette enveloppe faite de chair, d'os et de nerfs.

Les arts martiaux, le massage de bien-être (suédois), enfin, la danse en couple, très enrichissante, m'ont apporté chaque fois un regard nouveau, regard intérieur, mais aussi un regard vers l'Autre, notre miroir, qui parfois ne triche pas, qui souvent nous aide à nous mentir ensemble! En ce qui concerne la danse à deux, on apprend beaucoup de choses sur les reines du bal!

Etudier l'âme, sa place entre le corps physique, les cinq sens, et le corps mental, l'intellect, comment dire, c'est s'apercevoir que c'est complexe, on passe de la réflexion au ressenti, du sentiment élevé à l'assoupissement, de la prise de conscience aux méandres du sommeil qui vous attirent, lorsque vous touchez du doigts d'anciennes émotions, de vieilles blessures, des souvenirs poussiéreux, bref des souffrances enfouies, que le corps physique ou astral, a enregistré, empreintes douloureuses qui se font formées à la suite de certains traumatismes.

 

On découvre alors que la vie, c'est une belle supercherie: le monde des illusions - La vida es una milonga - oui, comme en bal! Elle est belle aussi, cette comedia dell'arte.

Notre mental est nourri d'une sacrée couche de croyances, quel bordel, si vous me permettez le terme... Prenez le 11 septembre par exemple... Non, laissez tomber. Pas bonne idée.

Chercher à comprendre les rapports de force, analyser les courants puissants de la pensée unique, des idéologies occidentales qui nous ont fabriqués, façonnés, par l'intermédiaires du cercle familial, de la collectivité, d'abord scolaire puis professionnelle, des amis aussi, puis des médias, nous élève, nous choque aussi, c'est difficile d'abandonner nos croyances occidentales... Tout le monde s'est mis d'accord sur une certaine "réalité", et ne t'amuse pas à éveiller des soupçons,... Nos médias et notre consentement collectif parviennent même à tromper nos propres yeux: ça a été un choc pour moi, en janvier 2013 à propos de la trilogie du Seigneur des anneaux.

 

Pour en revenir à notre âme, j'expérimente. Je travaille aussi l'instant présent. Le tango argentin m'aide précieusement à développer ma conscience corporelle, j'apprends à devenir davantage attentif aux choses invisibles, aux détails...

En même temps, du coup, ça fait travailler mon imagination, et j'aime partir aussi sur des récits tirés par les cheveux, tantôt mystiques, tantôt ésotériques, c'est le piège quand on est un être lune-soleil. Vous ne me croyez pas, n'est-ce pas, si je vous dis que l'autre jour, l'esprit d'un samouraï est venu me rendre visite? Ouais... un voyage astral qui a tourné au cauchemar. Mais non j' déconne... faut bien que j'expérimente également le court-métrage, en amateur!

Je suis un danseur qui aime découvrir les choses par lui-même. Surtout en ce qui concerne mon corps émotionnel, astral. De là à dire que je suis devenu médium... Mais non! Quoique... A force d'expérimenter l'abrazo, cette étreinte ensorcelante et si tendre, peut-être que le tango me rend médium?

 


L'âme est à domestiquer et à nourrir au quotidien. Elle est, comme un animal, notre plus fidèle alliée - parfois notre pire ennemie (que nous projetons encore sur quelqu'un, ou une race).

 


Nos pensées l'ordonnent, aussitôt va-t'elle traduire nos messages à l'intérieur de notre corps - actionner les mécanismes nerveux, hormonaux. Des pensées positives la félicitera de son travail d'intermédiaire, votre corps ne s'en portera que mieux. Des pensées négatives? Elle les prendra comme des ordres à appliquer au pied de la lettre.

Car l'âme ne réfléchit point: elle est ce pont entre le terrestre et le monde des idées et des symboles; elle se chargera toujours de prendre vos représentations, vos paroles dites ou écrites, inlassablement répétées, comme argent comptant, tandis que votre corps se fera un plaisir de vous retourner les résultats des croyances que vous avez cautionnées, approuvées en les faisant vôtres : votre fil d'actualité mental suivra ou subira les attractions des croyances qui circulent en ce monde. Telle est la logique imparable de l'existence, sur la terre comme au ciel.


L'âme n'est qu'enveloppe. Elle naît de votre Être millénaire au moment où ce dernier s'apprête à se revêtir d'une nouvelle enveloppe charnelle.

L'âme est bien plus importante que le corps physique et le mental. Elle est comme un enfant.

 

En tango argentin, j'aurais tendance à dire que la femme joue le rôle de l'âme (la danseuse), et que l'homme (cavalier) joue le rôle du mental, verbe créateur de mouvements, de figures. En amour, elle est fleur et flamme... de mon coeur! 

 


Votre corps matériel, charnel, avec ses propres règles, bio-chimiques, est bien-sûr indispensable pour expérimenter la vie terrestre. Il est votre précieux véhicule, sans lequel l'âme et le mental n'auraient aucune interaction avec votre environnement palpable et vivant.

 

 

Le mental a sa propre vie, ses propres règles, en interdépendance avec le corps et les émotions, mais il est un monde particulier - il possède les limites que vous lui donnez : cependant, si vous étiez capable d'embrasser toutes les idées, les langues, les réflexions de l'humanité, vous résideriez toujours dans l'univers du mental.

L'âme vous retransmet aussi les messages de votre corps, avant que ce dernier n'utilise sa dernière ressource pour se faire entendre : la douleur. Vous aurez plus besoin de votre capacité à ressentir ce qui se passe dans vos trois dimensions que simplement utiliser le mental, autrement dit la réflexion, pour vous adapter au quotidien de la vie.

L'âme est une sphère d'énergie invisible. Un pôle attractif, un pôle répulsif. C'est un ensemble de charges émotionnelles: elle est à l'intérieur de votre corps et tout autour de votre corps. Elle peut se confondre avec l'âme universelle, comme l'eau d'un verre que l'on verse dans l'océan. Mais elle a les caractéristiques, les formes, de votre existence personnelle.

Si votre corps est un verre rempli d'eau, pour reprendre l'exemple précédent, imaginez que vous placez ce verre dans l'océan!

La peur et le désir, s'ils sont une expression à l'intérieur de votre corps - une respiration haletante, ou qui se bloque, des larmes qui coulent, des contractions musculaires inaccoutumées, une anxiété ressentie physiquement, comme une extrême fatigue passagère -  sont avant tout une activité de l'âme.

De même si des pensées surgissent vous rendant joyeux ou triste, c'est encore votre âme qui remplit telle ou telle pensée de son énergie.

La pensée est une écorce, votre âme la contient. Lorsque vous tentez de capturer l'expression de l'âme, aussitôt une croûte se forme : la pensée. Mais l'âme a ce don de vous agacer, et de quitter immédiatement cette pensée. Entretenir cette pensée, c'est donner l'ordre à votre âme de se glisser de nouveau sous cette écorce, cette cristallisation : elle en sera pour vous un désir et une peur qui vous encombrera de nouveau!

 

L'âme: le désir et la peur -  corps astral, ou émotionnel


L'âme est un désir ainsi qu'une peur qui change sans arrêt de forme. A des intensités différentes, que votre corps entend plus ou moins, que votre mental cristallise avec des mots, ou des silences!

L'âme est un tourbillon autour et dans votre corps. Parfois elle se confond avec le cerveau, les nerfs; il vous semblerait presque la saisir, la capturer à l'aide de votre outils mental. Mais à peine avez-vous mis des mots sur l'une de ses expressions énergétiques que votre âme, cette mystérieuse forme émotionnelle, a déjà pris une forme nouvelle!


Votre âme est une peur. L'âme est un désir. La peur et le désir sont deux choses différentes, du moins prennent-elles l'air de se vouloir différentes, cependant elles n'existent jamais l'une sans l'autre. Ce que vous désirez, vous aurez aussitôt peur le perdre. Plus vous désirez une chose, plus la peur est intense de ne pas avoir cette chose. Plus vous avez peur de perdre un être cher, plus vous en avez le désir.

La peur repousse, le désir attire. Un exemple? Si vous poussez de toute votre force un mur, il vous repousse d'autant plus que vous y mettez du désir à le repousser! Si c'est un objet moins lourd que vous, vous l'enverrez promener : désir de vous en éloigner? Ou peur qu'il vous blesse, qu'il vous incommode par sa présence proche?

 

La peur, le désir, nous les expérimentons souvent dans l'abrazo, on s'attire, nos poitrines sont aimantées, on se repousse aussi, inconsciemment, d'où parfois un abrazo "claviculaire", ou un abrazo typiquement "mental", lorque le seul contact dans le couple se réduit à... nos fronts.

J'ai tellement de choses à dire sur l'abrazo, l'énergie de la connexion et du guidage... Les émotions rentrent en jeu, même si l'on ne s'attache qu'à de la technique pure et dure. Je vous renvoie à mes articles sur le tango rioplatense, ainsi qu'à ma partie "Tango Mystique".

Mais c'est intéressant d'étudier l'âme du tango, si je peux dire ça comme ça. Le tango, n'est-ce pas chercher à relier la terre et le ciel? A unifier notre corps physique, notre corps astral et notre corps mental, sous l'autorité de notre plus haute intelligence, celle de l'esprit?



Votre âme ainsi fonctionne. Un mur, un objet, cela peut être aussi un problème, un être humain, dont vous voulez vous séparer ou vous rapprocher. Toute peur devient un désir; et vice-versa. La peur et le désir, c'est une planète dont le pôle nord serait la peur et le pôle sud le désir. L'un ne va pas sans l'autre. Vous oscillez toute la vie entre deux extrêmes qui ne sont qu'une seule et même chose! Votre âme sera une dualité toute votre vie, selon que vous aimez ou détestez les autres, selon que vous aimez ou détestez votre corps, selon que votre mental repoussera ce qui est, comme évidence concrète, ou se rapprochera des réalités de votre corps et de son existence - façon Carpe Diem, l'instant présent!


Votre âme baigne votre corps, vos pensées. Ainsi qu'elle y est contenue. Mais elle n'est que de passage; incessant passage, comme un tourbillon qui vous remplit de cette merveilleuse vie qui vous fait rire et pleurer. J'ai bien dit : rire ET pleurer!

 

Desde El Alma

Commenter cet article