Apprendre le tango, c'est facile

Publié le par Frédéric Zarod


LE TANGO POUR LES NULS : apprendre le tango, c'est facile


J'adore Chicho, Gustavo, Sebastian, 1 & 2, Juan Carlos, Aoniken, et bien d'autres maestros, ainsi que leur partenaire de danse respective, bien sûr (voir les liens vidéos démos à la fin de l'article). Ils sont des modèles du tango argentin, et sont brillants...


Franchement qu'il est clair, leur guidage, limpide, précis, souvent fluide... Et leur connexion semble parfaite! Rien de sorcier, autant dire que...

Oui, je le dis, c'est ma boutade du jour, parce que je suis un honnête milonguero, rien de plus facile que de danser le tango comme eux. Sans forcément faire leurs prouesses... qui demandent du talent, quand ce n'est pas du génie, et beaucoup de travail. 


La musicalité? Suffit d'entrer dans la musique, de... mettre toute son attention dans le rythme, la mélodie, mettre toute sa conscience, s'y jeter corps et âme.


Le reste, l'improvisation, c'est tellement simple, tu te mets sur ton axe, tu utilises l'énergie de tes appuis, tu places tes dissociations... Tu improvises avec ta danseuse. Le tango, ce n'est rien d'autre qu'un pas et qu'un pivot, pour rester terre à terre, ou encore terrien comme le sont les argentins.

 

 

 

Apprendre à danser le tango facilement?
 
Le tango pour les nuls s'adresse essentiellement aux danseurs doués. Bon, ok, quelques figures à bosser quand même, si tu veux plus ou moins faire un show, une improvisation partiellement chorégraphiée, une petite heure de travail à deux, comment enchaîner une série de colgadas ou comment placer une longue série de fioritures homme, pendant que tu guides trente-six tours à la danseuse, qui verra trente-six mille chandelles si elle n'est pas habituée... parce qu'en cours, on ne fait pas ce travail de fond, tours et giros à gauche,  giros et tours à droite, des tours et encore des giros, pour développer un tango bilingue, sans s'arrêter, pendant une demi-heure, et des demi-tours, oui je sais, les élèves partiraient en courant, mais... faut savoir ce qu'on veut dans la vie: faire des centaines de giros enchaînés, marcher marcher marcher sans cesse, ça, c'est efficace, et là, tu apprends vraiment à danser le tango... Enfin, tu progresses vers ton Centre de Gravité.

 


Nous avons tous des facilités à notre disposition pour apprendre dans la simplicité le tango argentin: pourquoi nous en priver? Je reconnais que le plus difficile, c'est comment apprendre une discipline, telle que le tango, dans le couple; je ne peux que vous inviter à vous intéresser à l'apprentissage de l'écoute, de l'échange en couple...


Je viens de regarder encore une fois quelques vidéos de maestros...


Quoi? Certains pas ne sont pas évidents à guider, oui, suis d'accord, tu les travailles une heure ou deux... et basta. L'essentiel ne se trouve pas ici : tu ne vas pas toi non plus tomber dans le piège des apparences, quand-même!

Non pas toi!

Tu me déçois là...


Je ne croyais pas ça de toi...

 

 


 


Fluidité, détente, zen attitude: tu bosses ton tango sans force dans les bras, tu fouines plusieurs possibilités de mouvements, des variantes, et travailles encore tes appuis, et voilà... Le tango, il n'y a rien de compliqué.


Après, l'impro en public? Faut déjà que tu en fasses. On t'a demandé d'en faire une? ...

Te faut placer quelques trucs spectaculaires... ça, le public il aime bien ça...


Parfois certaines figures sont spectaculaires, mais tellement facile à réaliser, et le public il applaudit. Par contre, dans la phrase musicale suivante, quand les maestros vont t'enchaîner une série de tours avec changement incessant des appuis, et de belles dissociations sur le pivot arrière... là... c'est plutôt cela que j'ai envie d'applaudir.

C'est le fantasme du tango, qu'est-ce que tu veux!


L'impro en public avec une succession de figures spectaculaires,  soit c'est une chorégraphie, ça se travaille, soit ce sont des dieux vivants...


 
Mais dans l'ensemble.... Dieu que c'est facile le tango, t'es debout, tu te poses, tu écoutes la musique.

Je pète un plomb, je ne comprends pas comment j'ai pu me prendre la tête pendant toutes ces années avec un truc aussi simple...


J'adore les maestros, les regarder, les apprécier, les observer attentivement, j'adore le tango, je sais, tu galères pendant quelques années parce que ce n'est pas inné, bien sûr, il y a du travail... C'est une recherche personnelle, il te faut te remettre en question... encore et encore et encore. Nous voulons simplement danser en milonga, nous faire plaisir, on ne s'entraîne pas pour les championnats du monde de tango de scène, tout de même?

 

 

Ne te contente pas de collectionner trente-six figures... Le tango, ce n'est pas ça - en tout cas pour le bal...

 

Si tu es une danseuse, pourquoi apprendre par coeur des tas de figures? Bien des tangueros ne te les guideront pas, en tout cas, pas dans la même forme que la tienne! A moins que tu leur demande de ne pas bouger afin de pouvoir déballer tout ce que tu as appris... par coeur... mentalement?

Sinon mets-toi à guider, ce sera beaucoup plus simple pour toi, et pour ton/ta partenaire.

 

Tanguero, pourquoi apprendre par coeur des figures, si tu n'es pas installé confortablement dans ton corps? Ne les passe pas en force sur ta danseuse si c'est pour les refaire exactement comme tu les as apprises: tu n'es pas un photocopieur que je sache? Le tango, ce n'est pas du numérique, mais du vivant, de l'émotionnel, et dans nos résistances nerveuses, à travers nos verrous musculaires, Dieu sait qu'il y a de l'émotionnel, beaucoup d'émotionnel...

 

L'apprentissage du tango argentin ne passe pas uniquement par le mental, le but n'est pas de mémoriser par coeur cérébralement une suite de mouvements, comme si tu allais t'éclater tout seul dans une soirée de danse country... Dans l'histoire, vous êtes deux! Et tu n'es pas dans la configuration d'un artisan qui manipule un outils: l'Autre, n'est pas un objet, mais un être, aussi vivant que toi...

 

Conclusion: Connais-toi toi-même, au sein de ton corps et de ton coeur, et tu connaîtras l'univers, donc à priori ta danseuse ou ton cavalier. Tu comprendras comment fonctionne l'être humain, son squelette, ses articulations, ses possibilités de torsion et contre-torsion, ainsi que les verrous et les possibilités de son corps astral (émotionnel) qui agit sur son organisation corporelle et sa conscience qu'il a de lui-même.



Pour apprendre le tango, je te rappelle ce par quoi tu dois passer:

- Ergonomie de médecine du travail (tu apprends à placer correctement ton corps);

- Gymnastique de lycée (génuflexions, tu muscles tes guiboles);

- Respiration de DVD de yoga que tu commandes à France Loisirs (Reste pas en apné!)

- Relaxation de bureau (Demande à tes copines de bureau de t'expliquer...)
   

Tu bosses tout ça en y mettant ta plus grande conscience, sur le pas, sur le pivot, tu laisses ton professeur rajouter un pas de plus, un pivot de plus, oh! surprise, tu vois comme c'est facile:

Tu travailles tes postures ergonomiques, tu fais ta gymnastique des collèges, tu étudies le placement de ton inspiration/expiration dans ton abrazo, et tu apprends la relaxation en position verticale. Tout cela sur un pivot arrière, puis sur un pas arrière, puis sur un autre pivot arrière puis enfin sur un dernier pas arrière, et hop, on appelle ça : un huit arrière (ocho atras), très ergonomique, relâché au niveau des épaules, en utilisant correctement les articulations des chevilles, genoux et hanches, le souffle amoureux, l'enlacement plein de tendresse.

 


C'est comme les légos : n'apprends pas par coeur un huit arrière, voyons, regarde, observe les pièces : il y a deux pivots en arrière et deux pas en arrière. Donc, (1 pivot arrière + 1 pas arrière) x 2 = ocho atras (pour rester dans un tango bilingue, et c'est dans la boîte!).


Apprends le pas, apprends le pivot. Le tango t'appartient, et tu crées des figures et des variantes à l'infini!
   
 

Mais après?

Quand les bases sont acquises, basta, tu t'amuses sur la musique!

Quoi encore?


Quoi ! Comment danser sur la musique? Ah là, c'est déjà plus compliqué... à t'expliquer. Faut t'identifier à la musique, c'est presque une autre histoire...


video photo tango argentin plume provence avignon

Si mes conseils pour devenir un bon danseur et faire des progrès en tango, vous ont plu, partagez cet article dans votre liste d'e-mails, sur vos réseaux sociaux et par le bouche à oreille... sinon je vous fais une autre grimace! ~~~ Abrazo fuerte

Si mes conseils pour devenir un bon danseur et faire des progrès en tango, vous ont plu, partagez cet article dans votre liste d'e-mails, sur vos réseaux sociaux et par le bouche à oreille... sinon je vous fais une autre grimace! ~~~ Abrazo fuerte

Commenter cet article