La connexion du couple en tango

Publié le par Fred Milongeroz


Certaines chorégraphies de tango argentin se passent de la connexion du couple, ce qui n'est pas le cas pour les meilleurs danseurs, bien sûr. 



Le paradis-tango sur terre?

Il me semble que dans la connexion du couple en tango, il s'agit bel et bien de passer de la fermeté/crispation à la "densité". On ne confondra pas non plus mollesse et "fluidité". Le plus gros travail, et cela me paraît être à présent une évidence, réside dans le but principal d'installer, développer, réveiller cette "densité + fluidité".


La densité et la fluidité étant différentes l'une de l'autre, de la fluidité découle la densité.... Sinon, à la moindre contraction d'un bras, d'une épaule, du buste, la densité se transforme en un dialogue charnel compact qui réduit considérablement la finesse du guidage, sa précision, son efficacité, et la connexion du couple perd ici toute sa force et sa magie.


Fluidité + densité. Et là, alors! C'est le paradis-tango sur Terre! Je parle du tango de bal. Le travail chorégraphique concerne les professionnels dont c'est leur métier de proposer des performances en public. Démonstrations qui devraient nécessairement passer par ce travail d'organisation corporelle poussée, mais il arrive que certains couples font plus ou moins l'impasse sur cette notion essentielle de la fluidité et de la densité: ce qui n'est pas le cas parmi les meilleurs mondiaux.

Cependant des danseurs peuvent contourner ce travail indispensable en ne basant leur chorégraphie que sur un apprentissage par coeur des figures instaurées au sein d'un tango, où chacun apprend son rôle, mouvement après mouvement. La magie du tango y perdra beaucoup!


Frédéric Zarod, Avignon le 2 mai 2014


Dans l'abrazo, une très jolie définition du tango

Bio-mécanique du tango


Avant, pendant, après la milonga

L'amour du tango et ma retirada

La jeune et belle et cruelle tanguera

Comment soulager ses articulations et son dos en tango

Tango ouvert, tango fermé

 

rentrée littéraire livre nouveaute best seller internet

Une Plume de Provence:


Il y a encore la chaise

Quand je bois les mots, hommage à Jacques Brel, clin d'oeil à Marseille

Cette nuit je suis mort de froid










Commenter cet article