Comment affranchir nos enveloppes terrestres de la grande distribution des rôles que nous ne voulons plus jouer?

Publié le par Fred Milongeroz

Quels sont les facteurs déterminants de notre cheminement et transition sur terre?

Peut-on poster notre conscience au beau milieu de nos réceptions galantes?

Est-on accusé de reception active quand on entend seulement assister au spectacle de la vie? Spectateur non avisé ayant franchi la ligne de confidentialité de notre Prochain, et refuser la responsabilité de l'Existence qui, tour à tour séduisante et sournoise factrice, dépose en nos petites boîtes-aux-lettres, missives, invitations et lettres de motivation!

Attendant notre signature!
Notre sceau, ou encore un engagement de notre part,  par voie maritime quand notre coeur est invité cordialement à naviguer au gré des courants sur l'océan de notre humanité!

Combien se targuent d'assurances et de protections tout risque, comme s'ils n'étaient que colis de valeur? Collant à leur face quantité de timbres de collection pour assurer de briller et ne se rassurer finalement qu'eux-mêmes qu'ils valent leur pesant d'or! 
 
Quelle est donc notre raison d'être en arpentant la terre,
 en faisant sortir chaque jour des sons de nos cordes vocales, en agitant dans tous les sens nos membres comme fléaux dans les champs de notre conscience malmenée?

 

Quelle est la réponse qui pourrait répondre tout à la fois à nos millions de questions?

 

Quelle solution pour notre mental qui complique si bien la vie?

 

Où et comment trouver ce Graal, cette coupe sacrée une fois le secret dévoilé, sitôt que l'on comprend qu'il est ce récipient notre corps, oui notre corps, cette coupe, pleine à ras bord, ce vase trop plein d'émotions, ce récipient gonflé d'excipients, et ce principe actif insaisissable?

Récipient, ou bien... colis piégé?


Alors ne reste que notre enveloppe, la secouer, la brutaliser de mille secousses pour l'interroger, l'animer de mille subterfuges, la faire danser, aimer détester, la remplir d'alcool, de colère ou d'espoirs mal rangés, et demeure encore et toujours cette enveloppe dans laquelle nous essayons habillement d'introduire nos plus belles lettres, cette enveloppe charnelle qu'on essaie de timbrer à sa plus juste valeur, et d'envoyer sous pli discret ou en recommandé à d'impossibles destinataires de notre coeur!

 

Enveloppe parfois trop étroite, souvent pliée en quatre, mal cachetée, en mal de voyage, maltraitée en gare de tri, ce corps qui nous donne bien de raisons de le détester et bien de raisons de l'adorer malgré tout, une enveloppe dans laquelle notre âme, glissée en format A4, se froisse de se mouvoir comme elle le peut...

 

Notre corps, une coupe pleine à ras bord, jaillissantes étincelles comme une question jusqu'au sang, à l'Eternel, à l'Imprimeur Céleste dont nous sommes les pages vierges noircies par les rouleaux de la presse quotidienne...





Nina m'a fait l'honneur de répondre à ce texte par un beau poème :


- Lire son poème   -

Publié dans Corps & âme

Commenter cet article

Alain Suze 14/01/2012 09:47


I do my best. Bon week-end Fred

Fred Milongeroz 14/01/2012 10:05



Thanks, you too! et ... larguons les amarres!



Alain Suze 13/01/2012 23:56


Nous naissons physiquement et nous mourons aussi physiquement sur notre planète, mais, ce n'est qu'une enveloppe charnelle qui vient et qui va, notre vie, ce principe qui nous anime n'a aucun
commencement, ni aucune fin. Si l'on se tourne vers ce principe de vie qui nous anime, nous connaissons l'éternité. Physiquement nous devons être dans le présent, et uniquement dans le
présent, moralement, psychologiquement, et spirituellement, nous sommes nous-mêmes l'univers. Nous n'en faisons pas simplement partie, spirituellement nous le composons et
ainsi nous avons toujours été.  

Fred Milongeroz 14/01/2012 09:21



Joli résumé de notre raison d'être ici sur terre, et partout dans les moindres recoins de l'univers! Te souhaitant une très agrébale journée Alain! Tu es notre plus grande voile du Sarmiento -
vrai!



Nina Padilha 12/01/2012 19:30


Merci de ta permission.
Je te tiens au courant.
Bisous !

Fred Milongeroz 12/01/2012 19:34



Avec plaisir! Bisous Nina.



Nina Padilha 12/01/2012 10:29


J'ai adoré ce texte !
Il peut m'inspirer si tu le permets...

Fred Milongeroz 12/01/2012 19:27



Puisse-t'il t'inspirer chère Nina, nos textes sont faits pour être partagés, malmenés jusqu'à ce que l'on en tire la substantielle moelle! Pour l'anecdote, ce texte est parti d'un ptit
commentaire laissé sur facebook à la suite d'une vidéo partagée... je m'y suis penché une partie de la nuit - moi qui avait cette nuit une difficulté pour m'endormir - et voilà...... mon
recommandé avec accusé de reception!


Bonne soirée Nina, te souhaitant une belle inspiration au Royaume des Mots!



Laret Jean-Pierre 12/01/2012 10:09


Que de questions?Que de remises en question.Moi,il y a des mots qui m'interpellent,me hantent:UNIVERS,TEMPS,VIE,INFINI!!L'univers et le temps "n'ont pas de limites".Peux t'on immaginer que
l'univers s'arrète subitement quelque part..?Mais alors?Et le temps:il n'a jamais commencé et ne finira jamais.Et la Vie,notre vie,c'est quoi?C'est minuscule...Et apres?J'ai beau etre
Catholique,il est impossible à tout cerveau humain de répondre à ces questions!!Cela m'obsède!!

Fred Milongeroz 12/01/2012 19:32



nous sommes tous obsédés par la vie qui nous tourmente et nous anime de mille feux, de mille questions, de mille amours! L'univers est fini si on le regarde dans la cage de notre mental (flux de
nos pensées, chaînes de nos croyances ancrées depuis la plus tendre enfance). Mais il est infini dans les bras de sa Bien-Aimée ou de son Bien-Aimé, il est infini dans notre rôle de Père ou de
Mère, il est infini quand on est tout absorbé dans la création, qu'elle soit écriture, danse, théâtre, ou tout simplement dans ces moments rares d'extase! La vie est un orgasme qui nous fait
tordre de douleur comme de bonheur...



ini 12/01/2012 08:57


s'affranchir de cette enveloppe pour ne plus être que précieux ruban ensserrant de non moins précieux parchemins, porteurs de toutes nos espérences, de tous nos messages d'amour..rendus visibles
aux autres, fairet fi des timbres et autres étiquettes que l'On nous impose  comme  un droit au bonheur.alors....plus besoin de "poster" mais bien de "transporter"..

Fred Milongeroz 12/01/2012 19:34



Merveilleux ton commentaire ini, tu vois, ta plume s'exprime, ose, et tu découvres des contrées nouvelles! J'adore ton commentaire, prolongement raffiné, subtil de ce texte que j'ai accouché
cette nuit, bisous



Narf 12/01/2012 07:23


:))) Merci!