Danseuse de Tango, tu es un mystère

Publié le par Frédéric Zarod

Danseuse de Tango, tu es un mystère


Danseuse de tango, tu es un Mystère


Danseuse de la Perfection, imparfaite comme le sont chaque lys, chaque rose, chaque fleur de pissenlit. Fleur du tango égarée au fond de nos milongas provinciales... Femme-Tango, j'ai l'impression de danser avec ton intuition féminine.

Perle rare qu'on a la chance de croiser un soir. Sans fausse-modestie, sa
ns fausse-émotion.

Ton corps est un océan se tenant debout au milieu des rubans cristallisés par le mental et les illusions. Tu fais la figure quand je guide la figure. Tu ne fais rien quand je ne te guide rien. Tu fais n'importe quoi quand je te guide n'importe quoi.

Tu es étonnante, éblouissante, tellement la femme parle aux cavaliers. Jamais tricher, jamais l'écart de l'égo que tu ranges soigneusement...

Comment as-tu pu jaillir en mille endroits de France, imparfaite dans ta perfection, pas encore déformée par les foules qui applaudissent, inconnue, tu es rare, mais chaque fois je te reconnais dès notre premier pas...

Fleur sacrée du tango... Ainsi, je suis face à mes défauts, face à mes lacunes, avec toi enfin je peux continuer à progresser, à travailler, à me remettre en question... Tu es un miroir!

Parfois c'est pas ça: je ne comprends pas, toi non plus... On dirait que tu as tout perdu... Que cela signifie-t'il? Passons, le temps efface les orages, tu reviendras, oui, je te retrouverai, et tu seras de nouveau cette eau cristalline, une énergie incompréhensible coulant tout du long de ton corps admirablement organisé tel le roseau qui se courbe et ne casse jamais...

Danseuse de tango, tu es un mystère... Comment peux-tu jaillir encore de ces milongas au bord d'une petite départementale de France?


Avignon, le 29 mars 2014

 


Tango tantrique, tantra ou tentera pas?

Ne pleure pas pour moi, Argentina

Au Clair de ma Plume, mon Ami Tango

Tango argentin : Les reines du bal

Tango ouvert, tango fermé

D'un tango mécanique à un tango des fluides

Doit-on guider avec ou sans les bras

Comment encore rêver de Buenos Aires?


 


enrosque

La Femme Tango

Commenter cet article