Il est extrêmement dangereux d'enfermer le tango

Publié le par Frédéric Zarod



Il est extrêmement dangereux d'enfermer le tango argentin dans un moule industriel, dangereux de conduire les masses dans un tango étiqueté, le réduire à ce qu'il n'est pas. 



Sa seule légitimité - historique d'ailleurs - est celle de l'expression de l'âme, du corps, du coeur, du couple, il ne peut être ni un copier-coller, ni condamné à se voir enfermer dans une mode sécurisante dans lequel il est si facile de prendre refuge quand on ne veut pas remettre en question ce dont pour quoi le tango existe :

- mettre de la conscience dans son corps, apprendre à conduire son "petit véhicule", instrument vital, notre outils le plus précieux pour faire l'expérience de qui l'on est sur terre;

- se libérer de l'illusion de la pauvreté, de la précarité, de la misère tant matérielle, qu'intellectuelle, affective ou sociale, idéologique ou morale...




Il invite à trouver notre propre voie, personnelle, et notre propre voix intérieure : la voix corporelle et émotionnelle... Il nous oblige à travailler en direction de la maîtrise corporelle de son art.




Trop souvent des prétextes pleuvent : "Oui mais moi je ne fais pas du tango pour faire de la performance... moi je fais du tango juste pour passer un bon moment... moi je fais du tango pour rencontrer des gens... moi je fais du tango sans me prendre la tête,  etc..."

Non! Tu finis par faire de la performance (et contre-performance) à t'évertuer à faire souffrir ta danseuse par la force de tes bras, par ton absence de sol, à faire souffrir ton danseur en bloquant, absorbant, anticipant l'énergie de son guidage ou avec ta cambrure exagerado.

Non! Tu finis par faire passer un mauvais moment à l'Autre sous prétexte de faire plaisir à ton propre égo sans jamais te remettre une seule fois en question.

Non! Tu finis par faire des rencontres qui, tôt ou tard, te mettront entre le marteau et l'enclume pour t'obliger à réveiller en toi le Maître-Forgeron, pour t'enflammer dans la passion de la Rose Mystique, celle qui fera éclore ton coeur et éveillera ta conscience corporelle dans le Tango Argentin.

Non! Tu finis par prendre la tête de l'Autre à défaut de placer ton attention dans ce que l'Autre a de meilleur à t'offrir!


Le tango n'est pas une performance, en effet : il est une recherche de la simplicité, le mouvement juste, le guidage dans la fluidité, car l'improvisation ne peut naître que de ce qui est en mouvement, en équilibre.

C'est donc un respect envers sa ou son partenaire que de continuer à travailler l'ergonomie, la gymnastique, la respiration, la relaxation dans son propre tango, car c'est sa principale hygiène, bien avant la propreté des vêtements, le parfum, la coiffure et les considérations secondaires que sont les codes (mirada, etc...) 

 


Tout conditionnement du tango argentin en France le conduira à le poser sur les étagères du musée des danses de société... Le tango n'est pas une pièce de musée, il demande telle une demeure, qu'on le dépoussière, qu'on l'expérimente, qu'on en fasse une oeuvre spiritualisante et sociale, éducative et artistique. Il est improvisation, par essence.




Le tango nuevo, le tango milonguero, le tango ceci ou cela, n'existent pas en tant que tels.

Le tango est une sphère indicible qui peut s'agrandir à l'infini, ainsi en est-il de la définition vivante de son abrazo, un cercle que forment l'homme et la femme, dans lequel s'inscrit le Tao, yin-yang, et il ne peut être question de stigmatiser ce cercle de vie et d'expression comme étant seulement un cercle fermé qui ne doit pas respirer sous prétexte que le tango n'appartient qu'à une accolade soi-disante traditionnelle, qu'on dé-nomme injustement sous l'étiquette "tango milonguero".


C'est passer à côté de la possibilité de grandir dans son corps en acceptant tous les risques, même celui de perdre son tuteur-danseur, sa tutrice-danseuse, en acceptant de remettre en question sa propre autonomie motrice.

Le tango est la marche d'un animal à quatre pattes : pensons bien qu'entre le train avant et le train arrière d'un félin, d'un zèbre ou d'un éléphant, il y a une cage thoracique, tel un bandonéon, qui peut s'étendre et se contracter!



Le style milonguero, "refuge des mauvais danseurs" dixit un sud-américain, dommage que le tango nuevo soit tant blâmé sous couvert que sa musique n'est pas du tango...


La vida es una milonga... Nos milongas sont-elles le refuge de la supercherie? Le mensonge de notre égo? L'abrazo exagerado cerrado ce trou dans le sable dans lequel les autruches aiment tant enfoncer leur tête?

Pour danser en fermé, danse comme si tu étais en ouvert, et pour danser "nuevo" (dieu que je n'aime pas plus ce stupide mot que son extrême opposé), danse commme si tu étais en cerrado.

Le tango ne peut être amputé ni de son expiration ni de son inspiration, telle est la respiration de l'abrazo, les poumons, le bandonéon du tango argentin!

Avignon, le 12 novembre 2013

Lire également :

Relâche toi dans ton tango
De la pointe de son talon
Une seule organisation corporelle, plusieurs tangos
Le principal obstacle pour danser le tango
La querelle nuevo / traditionnel
D'un tango argentin mécanique à un tango des fluides


Des maestros de 1935! ♥ ♥ ♥ Voilà du beau tango, du tango argentin dans sa pleine créativité, sincérité, ils ont le rythme dans la peau, le tango coule en harmonie dans leur abrazo, non pas un abrazo standardisé: ici, nous sommes dans le tango du couple, celui qui entre dans l'amour du jeu, l'émotion de la musique qui traverse le corps, une souplesse, une connexion exquise, un jeu sublime, épuré, convaincant.
Mettons seulement à part le côté SPECTACULAIRE de cette démo - des acrobaties étonnantes, d'ailleurs, un travail de transfert de poids non plus au sol mais carrément dans les airs - mais pourquoi pas? Le tango c'est aussi cela, oser, tester, prendre des risques! Certes, pas dans un bal bondé, et l'on peut oser, prendre le risque d'un tango de bal en privilégiant la maîtrise corporelle, et son style personnel... une passe de salsa cubaine, un pas de swing, un mouvement poussé à son exagération...  Notre tango occidental s'est-il donc tellement appauvri, réduit à simplement sortir d'usine?

Vidéo : démo de tango argentin de Veloz et Yolanda, sur la musique  "Cuando llora la milonga", dans le film Under the pampas moon (1935)

 

Cuando Llora la Milonga par Alfredo De Angelis

El Choclo violon et accordéon, sublime interprétation !

Yo soy Maria de Buenos Aires

La merveilleuse valse "Que Nadie Sepa Mi Sufrir" de Sandra Luna, une voix sublime, chanteuse de tango qui est passée en novembre 2014 à Aix-en-Provence

"El Astroloco", une chanson que j'adore (mais j'adore les 11 titres de son album "Tangos para 7 locos"). Flavio Tagini, petit-fils d'Armando Tagini qui a écrit une centaine de textes dont 7 pour Carlos Gardel. Nota Bene: vous pouvez venir à la Milonga Del Angel à Nîmes où Flavio musicalise la "milonga autentica" chaque mois !!

Commenter cet article