La grossesse nerveuse d'un blogueur - 1

Publié le par Fred Milongeroz

Une campagne gelée, une présidentielle écriture


Alors que les élections présidentielles approchent dans une France congelée, que dis-je, surgelée, et que la campagne de chaque candidat dans la course à l'Elysée bat son plein, au fond de la mienne, ma campagne, mon lieu de vie perdu dans la garrigue, entre zone industrielle et des champs à perte de vue, l'écriture remporte tous les suffrages de mon coeur.

Me voici dictateur, ma course de blogueur à la présidence d'une grossesse nerveuse, avec ce corps mental qui agite l'étendard sanglant de la patrie Mère Ecriture!

Les idées, à la fois douées de rationnalité et d'un surréalisme qui fait voyager les âmes en quête d'initiation secrète, les images, entre les allégories et de vastes étendues de champs fertiles, de réseaux lexicaux aux multiples ramifications, l'inspiration du poète, et la créativité, portées en son sein, gonflent cette mère que ma plume ne cesse de saillir et d'ensemencer.

Mon verbe créateur diffuse 42 658 graines d'idées. Et la voilà, la présidente et révérentielle, l'impérative et souveraine, la Première Dame Elue à la plus grande majorité des raisons et menues rationalités de mon cerveau de mâle en mal d'amour!




Maternelle, vous avez dit maternelle?

Elle est une nourrice, la future mère de mes projets.

Parfois je la gave comme une oie. Même enceinte, j'abuse encore de son corps qui grossit avec démesure en arrivant à son neuvième mois de grossesse, dont les matières grasses sont les longues chaînes saturées de mots, et la surchage pondérale, un excès de phrases synthétisées par des complexes enzymatiques d'un organisme aux publications généreuses, que le poids des émotions fait vaciller chaque fois qu'elle se déplace d'un lieu à un autre de mon blog tandis que ses glandes mammaires ne cessent de produire une quantité gatronomique de mots clefs, de tags et méta tags faisant la richesse alimentaire, vitamines et protéines, du nouveau-né tant attendu.

Dans mon heure la plus phallique, je m'empresse de la violer avec l'allégresse de ces écrivains mal aimés...  


A suivre...

La grossesse nerveuse d'un blogueur - 2

La grossesse nerveuse d'un blogueur - 3

Publié dans Corps & âme

Commenter cet article

hirondelle.CM 21/02/2012 19:14


Jolie!!! j'ai aimée la dernière phrase,,, c pour ça qu'on s'isole même involontaire,pour mieux donner naissance!!!


 


 

Fred Milongeroz 21/02/2012 20:46



tu as tout compris chère partenaire de danse! j'accouche ce soir! ça va être long, je vais en avoir pour toute la nuit, mise à bas de plein de bébés aux couleurs chatayantes, des ptits chiots
adorables, des ptits chatons mignons!


Je pousse, je pousse, sans péridurale! besoin d'une sage-femme pour m'assister dans mes efforts!!!


Gros bisous!



Nina Padilha 21/02/2012 18:55



Fred Milongeroz 21/02/2012 20:47