La plume et le pinceau : les couleurs et les mots dansent ensemble!

Publié le par Fred Milongeroz



Comment ma petite plume est-elle inspirée? De quelle manière une image investit mon âme, pour me donner l'envie de la retranscrire avec des mots?

Carmen-deux-planetes-proches---Copie--4-.jpg                            C.MUNOZ - photo, extrait de son tableau

 
Quand j'écris, je ferme souvent les paupières, et mes yeux assistent à une scène de laquelle j'en extrais par des mots simples et vivants, son atmosphère.
 
Ainsi en va-t'il lorsque je regarde les tableaux d'une artiste-peintre que vous connaissez peut-être dans un autre contexte : lorsque son pinceau se promène sur une toile, les couleurs se mettent à danser, les formes aussitôt vibrent, mues par une âme de danseuse!

Car la femme qui peint, danse aussi; en tant que danseuse, elle rassemble toutes les qualités qui, sur une piste de danse, la font évoluer d'une manière élégante, talentueuse avec une présence scénique qui m'impressionne toujours autant - à propos, elle fait du théâtre aussi, et a joué à Vaison-la-Romaine en juin 2011 dans une comédie de Georges-Henri Nati : "Femmes de lettres".

Carmen-deux-planetes-proches---Copie--2-.jpg                                C.MUNOZ - photo, extrait de son tableau






Parmi ses peintures, nombreuses ont inspiré quelques textes poétiques dont celui que j'ai mis en scène avec ma voix sur une vidéo de ma chaîne youtube : "Deux planètes proches".

Carmen-deux-planetes-proches---Copie.jpg                                    C.MUNOZ - photo, extrait de son tableau




Je vous présente donc le tableau qui a inspiré mon texte, et dont les couleurs et les formes mettent en scène personnages et paysages en quatre volets organisés sur deux plans horizontaux, comme deux planètes proches qui sans se toucher invitent nos âmes à une rencontre théâtrale : tableau en quatre actes ou superposition d'horizons qui font l'allégorie d'une civilisation en quête de la Cité Mordorée!

Carmen-deux-planetes-proches---Copie--3-.jpg                                C.MUNOZ - photo, extrait de son tableau




C'est cette même superposition de deux horizontalités surprenantes qui font intervenir les deux amants invisibles de mon texte, amants comme issus de deux mondes qui se frôlent, entraînant les rouages d'une histoire à réinventer à chaque aurore de l'humanité?




Carmen-deux-planetes-proches---Copie--6-.jpg
                                                  Toile de C.MUNOZ

Publié dans Corps & âme

Commenter cet article

Alain Suze 21/01/2012 23:27


Un magnifique tableau qui ne laisse pas insensible. J'aime ce soleil qui semble se coucher pour renaitre dans un autre monde (impression personnelle).

Fred Milongeroz 22/01/2012 12:23



Dans un autre monde, j'ai la même impression : je crois qu'en fait, les montagnes sur la droite par le fait qu'elles soient petites, créent ce phénomène de "double univers". Elles auraient été
placées plus haut juste sous le soleil, et l'effet n'aurait pas eu lieu : le centre du tableau aurait ressemblé à un étang par exemple. En fait, personnages à gauche et montagne à droite créent
comme une illusion de deux planètes proches qui partagent leur horizon, si près l'une de l'autre, qu'un humain pourrait voir la surface de l'autre!!!