Le tango n'est pas une mince affaire

Publié le par Frédéric Zarod

Un Tango à l'eau, ou comment danser dans les eaux troubles

 

 

Le tango n'est pas une mince affaire,

 

c'est du vêtement de soie et de velours,

de taille XXL dans lequel je nage comme un poisson dans l'eau,

 

parfois je m'y noie,
il me faut aussi revenir à la surface,
j'aime les profondeurs et leurs mystères,
j'essaie de guider telle un pieuvre,
je fais la marche du crabe,
je me faufile dans un bal bondé, je suis une anguille,
il faut faire attention aux requins,
on se pique à de belles méduses,
parfois je fais le poisson-clown,
il m'arrive de faire l'étonné façon hyppocampe,
la nuit nous avale comme une baleine,
je me nourris du plancton, ces notes dispersées dans l'espace océanique de nos bals dans lesquels on peut se sentir à l'étroit, quand la marée monte,  je me sens dans une boîte de sardines,
j'évite de faire toujours la même figure de poulpe,
j'ai horreur de refaire la même chose par automatisme,
je ne veux pas devenir du corail,
seulement si c'est finement ciselé,
si j'approche du triangle des Bermudes,
je prend le premier cyclone qui vient, el huracan par exemple,
pour qu'il m'emmène vers d'indicibles courants où des bancs entiers de poissons font une milonga argentée,
j'espère rencontrer ma Sirène,
celle qui me pêchera, 
re-pêchera au rattrapage,
en évitant les pièges de ces maudits chalutiers...

 

Le tango n'est pas une mince affaire,
c'est du vêtement large, dans lequel je nage...

 

comme un poisson dans l'eau!

Ici, je nage danse seul, comme un poisson rouge dans son bocal posé sur une étagère. Je frétille des nageoires sous les vibrations d'un harmonica, puis... les rayons d'un soleil qui disparaît à l'horizon, me donnent à nouveau le mal du pays, celui du tango... Je pense aux vents de la mer, au grand large, envie d'embarquer sur le pont du Sarmiento, je pense encore à cette zamba, cette magnifique zamba... Aflonsina y el mar...

Une merveilleuse zamba, en mémoire d'Alfonsina Storni Martignoni (1892-1938): Alfonsina y el mar - d'Ariel Ramirez et Félix Luna - interprétée ici au piano par son compositeur

Alfonsina y el mar, Mercedes Sosa

Alfonsina y el mar, Florent Pagny

Las Huellas en el Mar, Andres Linetzky

Commenter cet article

Laret 28/12/2013 10:12


Tres beau texte.Bravo!Je te souhaite de passer un tres bon dernier WE de 2013.A bientôt,Jean-Pierre

Fred Milongeroz 29/12/2013 08:46



Merci JP, également, un beau réveillon pour finir 2013!