Si belle est la musique

Publié le par Frédéric Zarod


belle musique danse couple tango rioplatense homme femme



Si belle est la musique, qu'elle est là pour nous tromper et nous éloigner de l'essentiel : l'homme et la femme qui dansent le tango rioplatense se doivent d'abord d'apprendre à connaître leur corps, l'éduquer, avant de le jeter dans le feu étincelant d'une musique sublime qui mettra enflammera l'abrazo du couple!

Si belle est la musique, qu'elle nous attend à chaque milonga, mais nous ne l'écoutons guère, car nos corps n'ont pas été éduqués en couple pour la célébrer comme elle le mérite!

Si belle est la musique, qu'un tango, une milonga, une valse nous plongent pendant les premières années, tandis qu'on se donne pour objectif d'apprendre le tango argentin,  dans la difficulté.

Si belle qu'en premier lieu, la musique nous repousse, car nous ne la méritons pas si facilement... Nous trichons, et elle le sait très bien. Nous pensons pouvoir l'enfermer dans une figure apprise par coeur, et la voilà avec sa phrase musicale, nous sermoner, et je dirais même, nous rire au nez.



Si belle est la musique, que l'homme et la femme, débutants, s'en vexent, et s'en prennent l'un à l'autre. On n'enferme pas la puissance d'un fleuve dans le creux de nos mains! C'est le fleuve qui nous emporte : apprenons à donner les coups de rame vifs, qui ne nous permettront seulement que de naviguer sereinenement le long de ses méandres, au fil de ses cascades somptueuses, dans ses décors de lumière dans lesquels nous nous sentons comme faisant partie d'un tout, qui est unique dans l'instant présent!


Si belle est la musique, qu'elle se donne la peine de nous attendre...
   


Claudia Codega et Esteban Moreno à la milonga Rosa

Publié dans Tango argentin

Commenter cet article