Le bon coin pour une paire de sandales et une robe chaude

Publié le par Dame Violette, plume avignonnaise, en résidence d'auteure, douillettement blottie comme une poule qui couve ses oeufs

Cul-de-sac

 

Me voilà dans un cul-de-sac. Je n'aurais jamais dû lui dire oui. Comment ai-je fait pour être acculée au fond de cette impasse? Après tout, les rides charmants au coin de ses yeux bruns, sa paire de lunettes derrière laquelle se reflétait une bien belle dose de lucidité, le bon sourire qui faisait chaud au coeur chaque fois que je mettais de l'automne là où il y a du printemps, je ne pouvais pas m'attendre à mieux. La bouche en cul de poule, je suis restée immobile quand il m'a annoncé sa décision.

Bien sûr que j'étais heureuse, après trois années d'errance, le cul entre deux chaises, à peser le pour, le contre. Enfin! l'affaire est dans le sac! m'étais-je exclamée, confiante et sereine, une fois au volant de ma voiture. Je savais que je ne pourrais pas revenir sur mes pas, mais de là à penser que c'était une voie sans issue, je pensais plutôt avoir recours à une vraie deuxième chance. C'était un homme posé, expérimenté; il n'y était pour rien, il s'est contenté de donner le feu vert à celui qui désormais allait me façonner telle une argile encore fraîche et molle...

Avignon, le 27 juin 207

 

Jolie travestie d'Avignon en sandales à talons hauts, vêtue d'une robe très courte et chaude ~ TANGO TALENT AIGUILLE n°4 ~ "Voulez-vous un thé ou un café, mademoiselle?"

Deux oiseaux mâles en captivité ont couvé un oeuf à tour de rôle

 

Curiosité zoologique... Les deux tourtereaux unis par une amitié exclusive, entre mâles donc, avaient construit un nid douillet. Pensez-vous, chers amis internautes, fidèles lecteurs et lectrices choyées de mon alcôve littéraire, et abonné-e-s à ma newsletter, que Mademoiselle Plume, dont la testostérone, en ce bel été dans le Vaucluse, plus précisément égayé à l'est du Rhône et au nord de la Durance, saison provençale faisant retentir le chant de nos cigales aux fenêtres de la Cité du Théâtre, a tendance à se transformer massivement en oestrogènes dans les couches adipeuses que j'alimente en matière grasse essentielle, oméga-3, acides gras mono- et poly- insaturés, que cette fâcheuse dépendance nicotinique empêche de devenir une jolie blonde grassouillette, et qui, depuis début juin, s'est réassignée de son propre chef en résidence d'auteure, vous propose la lecture d'un nouveau conte de fée?

Histoire vraie: les deux oiseaux mâles ont réussi à faire éclore l'oeuf. Peut-on qualifier de "gay" cette belle aventure de couple à plumes qui débouche sur un heureux événement?

La nature nous joue des tours de magie emplie de poésie, et nous démontre une fois de plus qu'elle est capable de bon sens, de générosité et d'intelligence infinie, ou divine, selon votre Foi. Ce qui n'a pas toujours l'air d'être le cas chez l'espèce humaine...

D'une pierre deux coups, j'en profite pour vous signaler au passage qu'il s'agit d'une histoire qui se répète. Ah! Le miracle des neurones miroirs! (à ouvrir et déboîter dans une nouvelle fenêtre, telles les poupées russes). Cette histoire concerne donc deux vautours et deux pingouins. Voilà pour le doublon.

D'après l'agence américaine Associated Press, en ce qui concerne le couple de vautours mâles, le zoo explique que les employés avaient placé l'oeuf dans un incubateur, après quoi, ils ont pris la décision de le déplacer dans le nid du couple... homo-sentimental (j'ignore si les deux mâles entretenaient des relations sexuelles entre eux). Les heureux papas régurgitent de la nourriture pour assurer l'alimentation de leur progéniture de fortune. Ils s'étaient relayés pour la couver et lui assurer une belle sortie... de coquille! La nouvelle famille se trouve dans les Pays-Bas depuis le mercredi 31 mai 2017, semble-t'il, au zoo Natura Artis Magistra d'Amsterdam.

Idem pour l'anecdote de deux pingouins mâles qui sont devenus également papas au Zoo de Central Park à New York. Le livre: "And Tango Makes Three" raconte leur histoire.

Source de mon info: Deux vautours mâles se sont relayés pour couver un oeuf abandonné et fonder enfin une famille, article du 2 juin 2017

 

Commenter cet article