Danseuses de tango avec qui je n'aime pas danser

Publié le par Frédéric Zarod

En milonga, il y a des danseuses  de tango avec qui je n'aime pas vraiment danser, mais je les invite encore, régulièrement. Je me pose cette question souvent: "Qui je suis - moi - pour me permettre de refuser l'invitation orale ou par le regard (mirada), d'une danseuse?" Elle vient en bal pour la même raison: elle aime danser, a envie de danser.

Je n'aime peut-être pas trop leur organisation corporelle, mais je les vois, elles existent dans la milonga, je ne les ignore pas, j'essaie d'être présent aux êtres qui m'entourent, et à partir du moment où je n'aime pas trop danser avec un certain nombre de danseuses, je les invite quand-même.

Je leur guide des mouvements qui réveillent leurs qualités de danseuses, et j'évite de leur guider des mouvements qui perpétuent leurs défauts.


Je pars du principe que mon tango n'est pas abouti, et ne le sera jamais, que j'ai également des défauts et des qualités, et que si d'aventure, je devais avoir moins de défauts que la danseuse avec qui je danse, elle a l'intelligence corporelle aussi pour sentir mes défauts et en être gênée, même si c'est une débutante.

Je suis au chômage, pour moi aller en milonga fait partie de mon travail, je suis payé par l'Etat, en attendant le revenu de base inconditionnel et individuel qui en train de voir le jour en France, j'apporte mes efforts, ma recherche, mon sourire, là où je peux me sentir utile. J'ai soif de retransmettre mon tango.

Je constate aussi qu'il y a des danseuses avec qui je n'aime pas danser pour ces raisons, mais un beau jour, ce soir là, dans cette tenda, elles sont merveilleuses, pendant quelques secondes, voire sur deux, trois phrases musicales, elles me surprennent, comme des maestras.


Je pars du principe que je ne peux aucunement condamner une danseuse de tango sur son niveau à l'instant T, ni sur son état émotionnel du moment. 

Lorsque je danse avec une danseuse de grande qualité, si j'arrive à peu près à être à la hauteur de son tango, au fond de moi, je REMERCIE ces danseuses avec qui je pensais ne pas aimer danser, mais qui m'ont beaucoup appris sur mon tango : j'aime également danser avec les débutantes, car cela me permet de remettre constamment mon tango en question.



Parfois, je cesse de fréquenter les milongas, besoin de ressourcer mon tango, besoin de me tenir loin des habitudes de danse en couple, besoin d'être seul devant la musique, de rester avec ma propre organisation corporelle - ce qui a été le cas cet été 2013 où j'ai fait une coupure de six semaines:

Vidéo expression tango libre Les Tangotitudes n°41 Tango pivoter dans le sens du bal (Technique homme, pivots avant et arrière avec embellissements, ganchos, voleo, pas swingué, croisés enchaînés, caminada, préparation au lapiz et enrosque)

 



           ------------->         L'Abrazo d'une Plume    
 

Publié dans Tango argentin

Commenter cet article

Laret 15/10/2013 09:40


Le Tango,c'est ta vie à temps plein...Tres bonne journée,Jean-Pierre.

Fred Milongeroz 16/10/2013 05:14



On pourrait dire ça comme ça!


Excellente journée à toi