Doit-on guider avec ou sans les bras

Publié le par Frédéric Zarod


Doit-on guider en tango argentin avec les bras ou sans les bras? En contractant les bras, ou en gardant les bras fluides? Passer d'un guidage des bras à un guidage à partir du sol est un cheminement complexe, un véritable accouchement.

Il ne se passe pas une seule milonga où l'on ne doit remettre inlassablement en question le réflexe de tout vouloir régler avec nos mains de singe évolué... Doit-on guider avec les bras ou sans les bras?

D'abord les obstacles techniques, ensuite les obstacles émotionnels...

Mettre beaucoup de conscience, de vigilance...

Le tango est une méditation: sans ce travail, on restera bloqué soit à un guidage des bras, soit à un guidage scapulaire, il nous faut descendre étage après étage, pour saisir tout l'embarras du choix des guidages... et finir par comprendre que le tango est une danse d'énergie, émotionnelle ( dans son sens astral). N'est-ce pas le travail d'harmoniser ses corps subtils, physique, émotionnel, libidinal et mental, autrement dit ce travail de connaissance de soi-même?

A lire également:


Le tango pour les nuls: relâche-toi!


Vidéo tutorielle Les Tangotitudes n°29 : tango technique homme

Publié dans Tango argentin

Commenter cet article