La féministe n'aime pas le tango

Publié le par Fred Tango Plume

Thèmes abordés: la féministe et le misogyne n'aiment pas le tango ~ tango argentin, danse de couple et amour tantrique ~ la place de l'homme et de la femme dans le guidage et la connexion, rôle danseuse/cavalier, conscience corporelle ~ le macho et le bon danseur ~ mystère et beauté de la jambe libre

La féministe et le mysogyne n'aiment pas le tango argentin

La féministe et le mysogyne n'aiment pas le tango argentin

 

La féministe n'aime pas le tango... Oui mais laquelle? Car il y a deux sortes de féministe :


La féministe qui défend les droits de la femme, et se bat pour que la femme en France et dans le monde soit enfin respectée, celle-ci est susceptible d'aimer le tango rioplatense, son abrazo.

Puis il y a... la féministe qui le devient dans l'esprit de vengeance, la vraie, pure et dure, mais une pseudo-féministe, le coeur enragé, qui tourne toute sa colère envers les hommes.

Au-delà des clichés, il y a toujours un peu de colère envers le sexe opposé. Homme, je suis parfois un peu misogyne, ou à l'opposé, plus féministe que la féministe elle-même, qui d'ailleurs va me dire : "Occupes-toi de tes oignons, t'es pas une femme que je sache!"

Etre féministe, c'est vivre dans le corps d'une femme. L'homme sensible n'a pas à être féministe dans cette société où l'inconscient collectif des femmes est encore trop chargé des séquelles d'une dictature phallique qui engendre encore des guerres inutiles et des violences insoutenables faites envers les êtres sans armure, sans carapace : alors cet homme a de fortes chances à terme de se détourner du combat des femmes, si ce n'est de se dire que c'est leur problème...

Un homme qui se présente comme féministe - et c'est déjà l'intention qui compte - devient la proie facile de la féministe qui veut "casser de l'homme". Je sais, c'est paradoxal.




La féministe aime le tango, autrement dit la femme qui défend les droits des femmes et qui se bat contre la violence faite contre elles, et pour son émancipation. Il y a de fortes chances qu'elle se soit réconciliée avec sa féminité. Elle est féministe, parce qu'avant tout humaniste, et ne méprise pas pour autant les hommes.

La féministe ou anti-machiste viscérale, quant à elle... si elle entre en tango argentin, se verra en prise dans de nombreux conflits.


J'aime quand les femmes se contredisent! Il n'y a pas meilleure contradiction chez elles que dans le tango argentin!


Être une femme et tanguera dans toute sa splendeur, un paradoxe qui met à l'épreuve notre organe mono-fonctionnel et d'une logique qu'on voit arriver de loin, je parle de notre cerveau de mâle, qui ne fonctionne souvent que du côté gauche, et qui nous dicte souvent des comportements phalliques qui d'ailleurs auraient une facheuse tendance à poser problème à l'homme moderne, tant il est vrai que les profonds changements des mentalités et des idéologies que nous traversons en ce nouveau siècle nous affectent!



La contradiction chez la femme fait partie de ses atouts majeurs : elle s'adresse à l'homme par l'irrationnalité, histoire de briser la logique mentale et discursive de ce dernier. Ce qui, par ailleurs, a l'avantage d'inviter l'homme à rentrer dans l'instant présent et à se décrocher de son mental qui est telle une liane accrochée à un arbre! C'est d'ailleurs et sans doute la démarche de la femme initiatrice dans l'amour tantrique ou encore de la muse qui inspire et interroge la féminité de l'artiste.

 
Récemment encore j'ai dit que l'homme dirige en tango argentin, et que la femme doit nécessairement être à l'écoute : elle ne doit pas penser, rien anticiper, juste être à l'écoute, et ne faire que ce qu'elle ressent.



Hors contexte tango, ça fait scandale, de tels propos. Je suis féministe, ceci dit, je suis également misogyne. C'est la raison pour laquelle je déteste le tango rioplatense.

Mais par expérience, je sais que les meilleures danseuses sont bien celles qui se laissent totalement guidées. Et là on trouve la magie, la connexion, un seul volant dans la voiture qu'est l'abrazo. Qu'est-ce que je déteste les femmes!


Bien sûr qu'il y a les fioritures de la danseuse... à savoir placer sans perturber l'harmonie du couple. Bien sûr qu'il y a le jeu, comme la femme qui renvoie sa propre barrida : à partir du moment où l'homme pratique véritablement le guidage avec du sol et qu'il a lui aussi la jambe réelllement libre, il peut s'amuser à se laisser guider à cet instant de cette réponse-barrida : c'est la jambe de la cavalière qui devient "moteur du mouvement" alors que la barrida de l'homme a été initié soit par le moteur de sa jambe soit par le moteur de son centre de gravité.

Si la femme veut exercer un contrôle physique ou mental dans sa danse, qu'elle fasse de la country, de la line dance, ou bien qu'elle assume de prendre le rôle du cavalier...


Je ne suis pas macho, bien au contraire, pourtant, la réalité s'impose en tango : l'homme guide, la femme fait. Mais rien n'empêche la femme de se mettre à guider à son tour; les hommes guidés, ça existe aussi en tango.

Personnellement, si j'ai affaire à une meneuse, que je sens qu'elle part constamment dans le sens opposé, qu'elle passe son temps  à contrer chacune de mes barridas, à bloquer  chacune de mes saccadas, qu'elle danse toute seule en refusant une véritable connexion, je pars enfiler mes talons aiguilles, je reviens vers elle, et je lui dis: "Tu veux guider? Vas-y, je fais la femme, au moins le rôle que tu refuses de jouer, eh bien je vais le vivre à ta place! Ainsi, tout le monde est content!"
   
A partir du moment où il y a des guideurs ou des guideuses, faut bien qu'il y ait des guidées ou des guidés! Sinon le tango n'existe plus.

Quelqu'un a dit, et c'est sûrement un maestro: "Si l'homme te guide une figure, fais-la. S'il ne te guide rien, ne fais rien. S'il te fait faire n'importe quoi, fais n'importe quoi." Seule la danseuse qui a atteint une bonne maîtrise de son tango comprend la profondeur de cette phrase qui pourrait choquer bien des femmes, des danseuses de tango, et bien davantage une féministe... ou plutôt pseudo-féministe!

Ceci dit, la femme peut et doit s'affirmer : sur sa jambe d'appui et dans son organisation corporelle. Elle travaille en tant que tanguera sa présence entière afin d'être à la disposition du cavalier. L'instant présent. L'exercice de la pensée pour l'homme comme pour la femme, perturbe aussi bien la danseuse que son cavalier.

La femme a son mot à dire aussi, ses maux à exprimer, et la danse (de couple) est fait pour ça: elle ajoute de l'énergie à l'énergie de son partenaire, en rajoute encore, ou... en retranche, quitte à freiner l'élan de son étalon sur la piste de danse. Pourquoi pas? Le tango n'est-ce pas aussi un jeu thérapeutique? Être féminine, être viril, être masculine, être efféminé, puis il y a la confrontation ludique, la dualité, la séduction, le conflit, ça s'attire, ça se repousse, faut du yin et faut du yang, que ça soit vivant, qu'on arrête de se prendre au sérieux, qu'on traverse le miroir: l'un est l'autre...

Tout le système nerveux se met en branle, derrière les codes de bienséance, le code de la "mirada" qui assassine l'invitation naturelle par le regard, par la parole courtoise, par une main de gentleman qui s'offre à la dame du bal, un code maladroitement importé qui ignore les myopes, derrière les règles rigides de certains cavaliers machistes qui ont une certaine tendance à replacer la femme sous le code Napoléon, la femme parfois étouffe, suffoque, et a bien envie de passer d'une hystérie freudienne dans laquelle on la reléguait jadis, à sa pleine expression de femme: il est question de son féminin sacré.

La danseuse de tango argentin incarne ainsi la force vive de l'eau qui s'engouffre dans les méandres d'un fleuve. L'énergie astrale : elle se prête au cavalier qui se réconcilie avec son anima dans son action responsable de guider sa danseuse, sa muse.

Elle se fait yin quand l'homme fait l'effort d'apprendre la force tranquille qu'est son énergie yang. L'énergie du yang, c'est une présence masculine, à partir de son centre de gravité, une conscience corporelle aïgue,  et non des agitations hyper-musculaires de ses quatre membres qui deviennent comme autant de soldats qui n'obéissent plus à leur quartier général qu'est le Hara, le bas ventre, centre de gravité et de bon sens.

La femme guidée n'anticipe pas : elle veille à s'enraciner à chacun de ses pas. Elle place sa conscience dans le plexus solaire de l'homme qui se propose de la guider, ainsi que dans son corps tout entier, notamment son propre centre de gravité.

Mieux vaut une femme qui prend le temps de s'installer sur sa jambe d'appui, plutôt qu'une danseuse qui précipite le guidage de l'homme, et ne lui laisse même pas la possibilité d'apprendre son rôle. Les danseuses de tango argentin ne prennent pas le temps de savourer leur rôle! Elles passent complètement à côté de cette richesse infinie qu'est le tango argentin dans ce qu'il contient de précieux, de spirituel et de sacré. C'est une forme d'amour tantrique... et j'en suis de plus en plus convaincu. 


Une danseuse qui n'est pas disposée à se laisser guider, n'aura peut-être jamais sa place en milonga.


Un bon danseur de tango argentin n'est pas un macho. Il n'en a en vérité jamais l'occasion. Il doit être présent totalement dans ce qu'il guide à sa danseuse. Il fait danser la femme. C'est sa priorité. Sinon le tango argentin n'existe plus. Ou bien c'est un macho qui croit pouvoir imposer sa virilité : au lieu de quoi, il ne fait rien d'autre qu'utiliser la force de ses bras, même s'il ne prétend pas guider avec les bras. La frontière est floue, et difficilement lisible en ce qui concerne cette fameuse histoire de guider "avec la force des bras".

Pourtant, le tango ne se danse pas avec la force des bras : il est tout à fait possible de danser les bras derrière le dos, et même à distance.

 
La femme peut prendre le rôle de guideur, de leader dancer - mais le rôle de follower dancer interdit d'exercer un contrôle au sein même du guidage. J'aime être guidé en tango argentin. Je trouve cela enrichissant et agréable, surtout quand c'est une femme qui guide non pas avec ses bras, mais bien à partir de l'énergie de son sol.

Quant aux embellissements, c'est la cerise sur le gâteau. Je ne pense pas qu'il soit forcément indispensable pour une tanguera de prendre des cours de fioritures. Certaines danseuses en font naturellement. La cerise ne se pose que lorsque la pâtissière sort son gâteau du four, n'est-ce pas?

Pourtant, force est de constater que la technique individuelle pour la femme, l'aide à prendre davantage confiance en elle sur la piste, elle découvrira peut-être, en travaillant ses "adornos", des ressources précieuses pour s'affirmer aussi dans le couple, avoir du répondant, et poser éventuellement ses "holà", n'en déplaise aux plus machos des cavaliers qui forcément vont la considérer comme une "insoumise", pardi!

Sinon... qu'elle apprenne déjà à organiser ses axes, et les transferts de poids d'un axe à l'autre. Qu'elle apprenne à rendre libre véritablement sa jambe dite... libre.

Les fioritures viendront d'elles-mêmes.

Une danseuse qui a intégré le principe de sa jambe libre et le travaille régulièrement - ce qui revient aussi à travailler l'alignement organique de la cheville, du genou, de la hanche, des muscles viscéraux et de l'épaule qui appartiennent au côté de la jambe qui prend appui, qui s'enracine - fera la découverte fabuleuse des fioritures, qui lui permettront d'exprimer sa personnalité de danseuse sans pour autant gêner le guidage.


Au demeurant, avec une jambe vraiment libre, elle découvrira aussi qu'elle peut transformer la moindre erreur de son cavalier, ou la moindre perte de son propre équilibre par une fioriture. Je l'affirme, puisque combien de fois ma propre jambe libre, alors que je guide une danseuse, se charge de toute l'énergie d'une perte d'équilibre, qu'elle soit causée par ma danseuse ou par l'une de mes inadvertances, et me voilà faire une fioriture homme, parfois étonnante!

Après cela, à partir de l'instant où la danseuse de tango a fini par organiser correctement sa structure dynamique corporelle, elle peut en effet jouer les rôles qu'elle veut avec la complicité de son cavalier : l'amante orgueilleuse, l'épouse obéissante, la féministe qui revendique son indépendance, autant de théâtralité qui peut donner du caractère, avec subtilité et ingéniosité, aussi bien à la danseuse qu'au couple.


Est-ce que j'ai dit que la féministe n'aimait pas le tango argentin?

 
"Chaque être dans le couple est une fleur en éclosion sous le soleil de la conscience de l'autre."  Paule Salomon; La sainte folie du couple (1994) - "Dans un mariage ou en union libre, les hommes ne sont que ce que nous les avons faits, et s'ils ont pris de la supériorité sur nous, les femmes, c'est que nous avons bien voulu la leur laisser prendre."  Madeleine de Puisieux; Conseil à une amie (1751) - "Le TANTRISME, mot inventé au XIXe siècle, dérivé du terme tantra, désigne un ensemble de textes, de doctrines, de rituels et de méthodes initiatiques, qui ont pénétré de façon diffuse la plupart des branches de l'hindouisme. La définition exacte et l'origine historique demeurent un sujet de discussion parmi les spécialistes occidentaux." Source Wikipedia Tantrisme - "Si Dieu n'avait fait la femme, il n'aurait pas fait la fleur."  Victor Hugo - "Femmes, c'est vous qui tenez entre vos mains le salut du monde."  Léon Tolstoï - "Les hommes rêvent, se fabriquent des mondes idéaux et des dieux. Les femmes assurent la solidité et la continuité du réel."  René Barjavel - "Le travail d'une femme vaut plus que le discours de cent hommes." Proverbe afghan

"Chaque être dans le couple est une fleur en éclosion sous le soleil de la conscience de l'autre." Paule Salomon; La sainte folie du couple (1994) - "Dans un mariage ou en union libre, les hommes ne sont que ce que nous les avons faits, et s'ils ont pris de la supériorité sur nous, les femmes, c'est que nous avons bien voulu la leur laisser prendre." Madeleine de Puisieux; Conseil à une amie (1751) - "Le TANTRISME, mot inventé au XIXe siècle, dérivé du terme tantra, désigne un ensemble de textes, de doctrines, de rituels et de méthodes initiatiques, qui ont pénétré de façon diffuse la plupart des branches de l'hindouisme. La définition exacte et l'origine historique demeurent un sujet de discussion parmi les spécialistes occidentaux." Source Wikipedia Tantrisme - "Si Dieu n'avait fait la femme, il n'aurait pas fait la fleur." Victor Hugo - "Femmes, c'est vous qui tenez entre vos mains le salut du monde." Léon Tolstoï - "Les hommes rêvent, se fabriquent des mondes idéaux et des dieux. Les femmes assurent la solidité et la continuité du réel." René Barjavel - "Le travail d'une femme vaut plus que le discours de cent hommes." Proverbe afghan

Tango Technique Homme Mouette ou Goéland? Quel genre d'oiseau valse

Yo soy Maria de Buenos Aires

Danseuse de Tango Argentin

Llorar por una Mujer, Enrique Rodriguez

Tango Plume, un danseur de tango argentin qui accumule tous les défauts de l'homme: je suis un féministe macho travesti sensible misogyne qui défend les droits des femmes (surtout des tangueras). Boutade mise à part, si cet article vous a plu, quel que soit le genre d'oiseau que vous êtes, partagez-le sur votre réseau tango social préféré! ~ Abrazo fuerte ~

Tango Plume, un danseur de tango argentin qui accumule tous les défauts de l'homme: je suis un féministe macho travesti sensible misogyne qui défend les droits des femmes (surtout des tangueras). Boutade mise à part, si cet article vous a plu, quel que soit le genre d'oiseau que vous êtes, partagez-le sur votre réseau tango social préféré! ~ Abrazo fuerte ~

Commenter cet article

Evy 19/03/2013 20:46


Belle danse sensuelle beau partage bonne soirée bisous evy

Laret 19/03/2013 06:55


Je n'aime ni les féministes,ni les masochistes....En général,je n'aime pas les extrémistes!!Bonne journée,Jean-Pierre

Fred Milongeroz 20/03/2013 06:21



Les gens normaux sont aussi extrêmistes aussi ...


Bonne journée Jean-Pierre