Festival La nuit des chats d'Avignon

Publié le par Frédéric Zarod



festival la nuit des chats avignon


Tandis que le festival d'Avignon bat son plein en ce mois de juillet 2012, qu'à la fenêtre dans mon quartier extra-muros, alors que le soleil se couche, offrant à mes yeux un cercle orangé qui incendie les feuilles des platanes, lesquels ombragent mon appartement au troisième étage, je regarde circuler des gens, des hommes et des femmes, parfois accoutrés de tenues étranges, de panneaux à bretelles, de couleurs flashy, et pendant que les ruelles et voies piétonnes en Avignon s'apprêtent à regorger de badauds, spectateurs, touristes, habitants, je ne sais pas encore que deux heures plus tard j'assisterai à un festival dont on ne parlera pas sur Avignon, un festival organisé semble-t'il par les arcanes mineurs de ce mardi à minuit. 

Tous les soirs peu avant minuit, je fais ma navette extra-muros, à pied bien entendu, et je ne m'approche pas toujours de cette manifestation internationale qui est l'une des plus importantes en matière de spectacle vivant contemporain.

Voici quatre jours que le festival a débuté. C'est Simon McBurney qui fait l'ouverture de la 66ième édition, ah! the road 66, nouveau départ 2012, d'un festival d'Avignon qui pose sa borne kilométrique zéro à la cour d'honneur, avec comme premier (fil) conducteur, Boulgakov.

Avec le roman de Boulgakov, Le Maître et Marguerite, transformé en création théâtrale, dans la langue de Shakespeare, et pour nous, sous-titré en français, c'est Satan qui s'offre comme convenu la 66ième édition du festival d'Avignon.

festival la nuit des chats avignon


Il fallait que le mal et le bien se confrontent pour le 66ième festival... Quel est donc ce maître mystérieux qui devient l'amant de Marguerite? Satan donne un bal vendredi à minuit, paraît-il? Le roman mis en scène, et le fameux mur de la cour d'honneur mis en valeur par la même occasion, se joue du 7 au lundi 16 juillet... personnellement je vous conseille d'y aller... vendredi 13! 

Il est minuit, je fais un tour du quartier, extra-muros, car cette nuit, besoin de marcher dans les rues sombres, me ressourcer, rentrer en moi-même, et faire appel à l'inspiration qu'offre une promenade méditative...

Rien ne me divertit? Et pourtant, c'est quand il ne se passe rien, que l'esprit devient attentif à tout : point d'artifices, point de mouvements spectaculaires d'objets, de personnages, point de vibrations sonores inédites...

Le silence se fait théâtral : voilà qu'au détour d'une rue, passant prés d'une impasse, la nuit met en lumière une présence à soi, c'est ici que je tombe nez-à-nez avec... un chat.

festival la nuit des chats avignon


Un chat angora. Blanc. Nos regards s'interrogent. L'accueil que me font ces yeux félins est l'une de ces représentations supplémentaires du festival d'Avignon. Dans cette sombre ruelle, ce sont les coulisses d'où transpire tout le off d'un monde en pleine effervescence.

Le chat devient partenaire de ma promenade, un guide qui m'invite à continuer ma promenade, et s'il ne me suit pas, il laisse en moi son rayonnement... Il veille sur son territoire, absorbe les énergies négatives (c'est pour cette raison que les chats dorment beaucoup...).


Je change de lieu, le quartier est quadrillé, tel un labyrinthe, j'aime m'y perde, et de résidence en maisonnette, d'immeuble vétuste en commerce, quittant une ruelle étroite pour reprendre la descente d'une avenue, me voilà de nouveau devant un chat. De gouttière. Il ronronne, s'approche, je tend la main, le caresse. Deuxième guide que je laisse ici pour continuer ma promenade.

Quels sont ces étranges débats avec les arcanes d'une nuit exceptionnelle? Car un troisième chat traverse la rue, et sur mon trottoir, s'installe confortablement. Mes partenaires de la nuit apparaissent ainsi, sous la forme de chats.

Des rencontres qui sont insistantes : une scène à répétitions, le décor change, le chat demeure... maigre ou gros, la fourure généreuse ou le poils éparse, comédien d'un drame qui s'annonce? Ou d'une farce qui me guide à saisir toute la dérision d'une pièce satirique?

Les créations du silence et des rues endormies, non loin des remparts d'Avignon, m'offrent un quatrième chat.

La nuit des chats?

festival la nuit des chats avignon


Je rentre dans mon appartement. Ils sont encore à ma mémoire, 4 chats, le souvenir d'un spectacle vivant où l'intrigue persiste encore alors que je m'enfonce doucement dans le sommeil... Il n'était pas annoncé ce festival, la nuit des chats, extra-muros, et Avignon comme haut lieu d'un dénouement qu'on attend encore...

Avignon Saint-Jean dort, et les chats veillent, autour du festival... Satan n'a qu'à bien se tenir, tandis que Dieu met à l'épreuve un maître et sa Marguerite...



 


 

Publié dans Autres Textes

Commenter cet article

hirondelle 19/07/2012 00:44


Eh oui les chats sont comme nous il y a qui sortent le jour et d'autres la nuit, devant mon balcon j'ai assistée tous les jours  a un beau spectacle de jour " la maman et ses quatres
chatons sauvages qui sont devenus des beaux matous maintenant et dont le papa 'qu'on voit plus souvent la nuit, venait réguliérement dormir  à l'ombre de la roue de ma
voiture.  Cependant trés beau texte et belle représentation des chats

Fred Milongeroz 19/07/2012 02:58



Les chats sont toujours passionnants à observer... un spectacle vivant!



guevaranita 18/07/2012 14:05


TRES  JOLIS  TEXTES  ET  RAVISSANTS CHATS .........J'adore les chats  et vos textes,merci,   cordial  salut  ,guevaranita

Fred Milongeroz 18/07/2012 18:17



merci Guevaranita