Le génie de Facebook

Publié le par Frédéric Zarod


5713704415_8a6973f7a2.jpg

Le Génie de Facebook est un compromis entre le site, le blog et le wiki. Les réseaux sociaux, une arme à double tranchant?



Facebook est au plus près de la plate-forme idéale qui réconcilie la solitude de l'écrivain, de l'artiste, du créateur, et le désir collectif de nous vouloir unis dans la communication et le partage intellectuel.

La mère isolée, l'intellectuel isolé, le chômeur isolé, la rentière pleine aux as isolée, l'adolescente en pleine crise isolée, le célibataire isolé, la femme  isolée qui aime séduire par écran interposé, l'Être qui s'éveille, encore isolé, se réunissent dans ce gigantesque Salon de Thé.



Le succès de ce réseau social tient en deux mots : l'espace publique.

Aussi demande-t'il à notre égo de lâcher prise, de laisser tomber les murs qui dissimulaient son jeu perfide. Il demande à l'auteur, au créateur, d'aller vers la confiance du partage. Tout le monde exprime et révèle du talent, de la créativité. Se confie. Pête parfois un plomb. Coup de coeur, coup de gueule. Facebook est sans doute le forum le plus pratique, sur le plan de l'ergonomie et par son principe de fil conducteur "sur mesure". Chacun crée son actualité en fonction des "amis" qu'il choisit.

Nous vivions dans un monde hostile, où la paternité de l'oeuvre individuelle était farouchement gardée, à l'image de la propriété privée, et des murs élevés qui isolent l'individu, le peuple. Hélas, les maisons d'édition, les maisons de disques, devront revoir leur copie, céder leur royaume au sein duquel une poignée d'hommes décidaient du sort de milliers d'artistes, de créateurs, de talents.


Nous approchons d'un monde où chacun pourra gagner sa vie honnêtement, à la hauteur de son travail et de son talent.


Facebook est un terrain virtuel où l'on crée ce monde-ci. Il est une pensée qui émerge. Une pensée collective : les idées ancestralement séquestrées par une poignée de décideurs barricadés dans leur tour d'ivoire, prennent racines désormais sur le terrain fertile d'une plate-forme qui se veut plus qu'un jeu de simulation. Car Facebook va plus loin : il est un blog ultra-performant, un immense stockage de supports (textes, images, vidéos), mais il est aussi un réseau puissant et efficace de communication. Il est l'équilibre entre le téléphone et l'e-mail. Il invite au co-voiturage. Il invite aux voyages.


Facebook nous oblige à méditer sur le mot... ami. C'est lui qui détient le record de clics sur un seul mot-clef, cette requête qui est une prière universelle : J'aime / I liked.



Internet est une macération de la véritable démocratie. Facebook, et les réseaux sociaux par extension, c'est une société nouvelle, une organisation alvéolaire qui se pense.

La société à hiérarchie verticale s'effondre sous le poids de sa lourde administration mentale qui se traduit par le fossé impressionnant qui sépare les décideurs et dirigeants qui n'ont aucune idée de ce qui se passe sur le terrain et la majorité des êtres qui ont compris que la liberté, l'égalité et la fraternité doivent passer par une puissante communication alvéolaire. Chose que permet internet, et facebook est déjà un miroir de ce qui va se matérialiser.



Avec la pratique de Facebook au quotidien, nous avons l'impression que tout est possible. Bien sûr, cela passe par cette étape d'addiction, où certains d'entre nous, ont l'impression de s'enfermer dans un monde illusoire, et cela passe nécessairement par un éloignement des enjeux de la réalité. 

Certes!



Cependant, ce jeu d'échange sur le net nous donne tellement l'impression d'être à deux doigts de vivre ce que nous désirons être au plus profond de nous, que cette croyance même qui s'intalle progressivement, que cette sensation que le vrai peut advenir,  que ce rêve impossible qui instaure ses racines, finiront par devenir une réalité.



Facebook est déjà un outils efficace pour réunir des groupes, pour favoriser les échanges entre associations, individus et entreprises     individuelles;  l'expérience facebookienne, en nous dissimulant le vrai visage charnel, osseux, de l'Autre, finit par nous révéler nos propres aspirations, par trahir  notre intrinsèque ressemblance : l'Être en plein éveil.


   5509912524_8d4332cef0.jpg

 

Facebook serait-il un révélateur spirituel?


Je le pense. Quand nous disons que le monde virtuel nous éloigne de la réalité, pendant ce temps, le monde virtuel agit à l'intérieur des êtres pour les amener à vivre ce qu'ils sont réellement.


La fraternité, l'égalité et la liberté étaient un rêve, un espoir, un slogan au milieu des champs de bataille. Facebook, et internet en général, génèrent à partir de ce rêve, de cet espoir, de cet idéal, des pensées, des idées, qui finiront tôt ou tard par se concrétiser parce que toute action née d'une pensée.


Les croyances erronées seront balayées par le jeu démocratique direct qui a choisit facebook comme "plateau" universel. Les idéologies ont à présent des durées de vie très courtes. Les pensées négatives sont sanctionnées aussitôt. Les pensées positives quant à elles finissent par se passer de la dictature de la pensée unique.


Viendra un monde où chacun créera son entreprise. L'auto-entreprise et ses statuts actuels, l'initiative et les projets personnels, sont en plein développement. Il semblerait que la crise économique soi-disant initiée et entretenue par la spéculation et la dictature de l'ordre économique mondial, amène l'Être dans ses derniers retranchements tel le cocon qui n'en tient plus de se craqueler au printemps.


La prise de conscience collective est en train de se faire et de se dérouler sous nos propres yeux sur Facebook, et les autres réseaux sociaux, ainsi qu'en chaque contrée de cette toile de la communication et de l'échange invraisemblable qu'est internet. Des dictatures sont en train de s'effondrer grâce à Facebook...



Des milliers d'inventions sont brevetées à une vitesse vertigineuse. Dans les années à venir, les premières réponses matérielles liées aux problèmes de pollution, d'habitat, de transports, de famine, de maladies incurables, de guerres désespérantes et aberrantes, de sources et stockage d'énergie, vont arriver comme autant de miracles quotidiens.


Les dernières barrières du mental  sont en train de s'effondrer, et les premiers murs de l'égo, de tomber en poussière. Le phénomène du flashmob, pour ne prendre que cet exemple, n'est que la partie visible de l'iceberg qui cette fois-ci n'est pas destiné à faire couler le Titanic.



5684115572_55bc83414f.jpg

L'humanité entre dans sa spiritualité


Il ne sera plus étonnant de voir des gens en plein lying au milieu de la rue, au lieu des actes de violences urbaines actuelles et passées.

L'instant présent ne sera plus une idée insensée, mais belle est bien l'unique réalité d'un monde qui tourne de plus en plus le dos au passé, donc à son Histoire, et qui a de plus en plus de difficulté à prévoir l'avenir. L'instant présent arrive désormais dans l'enseignement, subrepticement... Des milliers de Bouddha écloreront parmi nous. Jésus est pluriel. Il est un homme normal. Il sera parmi nous également.


La technologie va se mettre au fur et à mesure au service d'une spiritualité grandissante, florissante. Amour et Lumière, Compassion ou simplement EmpathieSpiritualité et Fraternité vont être l'incarnation de Dieu et... Déesse.

Je sais que le mot Fraternité en fait rire plus d'un : c'est un mot qui leur fait mal en dedans de leur poitrine...


La matière va prendre conscience d'elle. Des découvertes scientifiques récentes ont mis à jour son intelligence suprême. Nous sommes en train de devenir des êtres quantiques. On ne peut le penser, ni l'imaginer. Et je n'en suis pas convaincu : simplement, nous y sommes déjà. Combien de doutes avons-nous franchis pour nous rendre compte que le doute lui-même n'est qu'une illusion?


La violence dans le monde se fait de plus en plus jour. L'acte de barbarie est aussitôt montré du doigt. Les vidéos aussi sont un outils d'internet. Derrière le côté malsain ou voyeuriste, certaines plates-formes comme youtube, propriété de Google, sont l'expression d'une humanité qui voit son masque se fissurer de toute part.


La Bête hurle de terreur au moment de sa mort. Le voleur prit la main dans le sac se révèle le plus agressif des bandits. Et veut entraîner les autres dans une guerre absurde. Certains voleurs sont des dirigeants.


Et pour en revenir à Facebook, je crois bien que le blog est en train de devenir l'ancêtre d'un nouvel outils performant dont Facebook est un illustre prototype!


Quand je lis les commentaires à la suite de quelques articles sur des succès mondiaux tels que celui de Psy avec son gangnam style ou celui du vendeur de poisson pakistanais qui est devenu une star de la pop, j'ai envie de répondre à ces internautes français :

"Arrêtez d'être envieux, jaloux, de juger sans connaître votre Prochain, de condamner des succès planétaires, car de telles réussites qui s'expriment en terme de millions de dollars sont la preuve que la simplicité, l'action sincère d'un être qui croit en lui, la musique, le chant et la danse partagées, convertissent avec efficacité  et dans la joie collective des peuples entiers que des mécréants et des êtres isolés dans leur haine ne pourront plus jamais convertir à leur idéologie périmée."


Malgré les houleuses réflexions que l'on peut faire à propos d'internet et particulièrement de Facebook, n'en déplaise au Vieux Monde et aux vieux cerveaux striés de jugements et de frustrations ancestrales, nous croyant partis dans un monde virtuel, nous semons les idées et les pensées d'une société alvéolaire qui est en train de voir le jour dans la réalité de notre quotidien.
   
2391747442_eaedaa1ff4.jpg

Bienvenue dans la Matrice. Facebook, le monde des Bisounours?

Les Bisounours finissent toujours par vaincre l'Armée des ombres...


                            Avignon, le 30 décembre 2012

   
3185202042_059b9623d9.jpg

A lire:

Le génie de la phrase, nouveaux proverbes en images, texte à télécharger gratuitement


 

Publié dans Autres Textes

Commenter cet article

Laret 30/12/2012 10:08


Il y a beaucoup d'avis dans tous les sens sur Facebook..Il y a des dérives,c'est sûr!!Mais pour moi,Facebook est le meilleur endroit pour s'exprimer,faire des connaissances,rencontrer des
gens..Je n'aime pas beaucoup le terme "amis".Je préfèrerais "contacts".J'en ai beaucoup,mais tous ne sont pas nécéssairement des "amis"!!Bons préparatifs,Jean-Pierre

Fred Milongeroz 31/12/2012 01:56



Merci Jean-Pierre, tu confirmes également l'utilité et l'efficacité de l'outils.


Certes, FB est aussi l'opium du peuple. C'est peut-être mieux que des addictions autrement plus destructrices! si l'on devait considérait FB comme un élément destructeur... chose peu
vraisemblable.


Après cela, FB ne peut pas faire pire que la presse, la vidéo, ou les organisations et réunions collectives!


Je suis d'accord avec toi, "contact" serait + approprié que "ami". Cependant, n'est-on pas tous amis sur terre?


Quand on ne l'est pas, on est alors ennemi.


Et pour conclure... certains ennemis deviennent nos meilleurs amis!



Nina Padilha 30/12/2012 08:12


Bonjour Fred !
Tout ce que tu racontes là n'est pas dénué de sens.
Je suis quand même loin de partager ta vision de Facebook.
Ce que tu dis, ce que tu es, ce que tu aimes... Est stocké, analysé...
Par qui et dans quel but ?
Tu finis par la matrice (allusion au film Matrix) est là tout devient d'une limpidité déconcertante. Où s'arrêtera-t-on ?
Tous ces clicks anonymes, ces peudos qui cachent des souffrances, ces douleurs invisibles, ces appels muets et ces silences assourdissants font de FB une gigantesque cour des miracles, à mon
avis.
Qu'en penses-tu ?

Fred Milongeroz 30/12/2012 08:38



Je pense que sans FB le monde tournerait aussi. La souffrance avec ou sans FB... ça reste la souffrance. J'ai eu cette nuit ... cette  vision de Bisounours; c'est à force d'écouter
les gens, d'observer, de m'informer à droite à gauche, que j'ai fini par ressentir le besoin de mettre à plat ma pensée sur cet outils curieux.


Je comprends que cela puisse gêner que l'on se sente "espionner" sur FB, mais finalement... ils espionnent qui? Des millions individus qui déversent leurs joies et leurs peines...


Mettons nous à la place d'un groupe de jeunes ingénieurs qui un jour ont imaginé un système pour communiquer le + facilement et le + globalement possible, ils avaient envie de réunir les
gens du monde entier.... voilà, c'est une bande d'ingénieurs qui ont créé FB... FB peut être une source de propects, certes. Comme partout ailleurs.


L'info circule très vite. Ce matin une vietnamienne m'a demandé comme ami... je lui ai demandé si elle parlait au moins français...


FB ne fais pas + cour des miracles qu'ailleurs. Simplement, peut libérer un peu de son fardeau.


Mais dans mon article, j'avais une idée + générale, partir de FB vers l'internet, et si l'on dit souvent que c'est un monde virtuel, pourquoi ce monde virtuel ne deviendrait pas à son tour une
nouvelle pensée du monde réel : peut-être va t'on finir par imiter nos comportements FB dans la rue, au moins dans des assos?


j'ai constaté quand même à maintes reprises de nombreuses utilité pratiques de FB, et quand on l'utilise dans le cadre de se rapprocher de gens de la même passion, ou cause, ça rassemble.


Vaste sujet de toute façon!


 



Mathilde Primavera 30/12/2012 07:35


Je pense quand même que nous passons trop de temps sur ce support et pas assez avec ses amis, il
faudrait inverser le processus !!! Le seul soucis remarque, n'est pas tant de ne pas vouloir ses amis et réciproquement, mais très souvent, ô combien même ils habitent dans la même ville, dans la
même région, les emplois du temps ne correspondent pas forcément, un vrai casse-tête !!! Puis comme avec le téléphone, ou le mail, fb est une autre façon de signifier les choses, on n'y dit pas
les mêmes choses que dans la réalité, mais on en dit toujours plus qu'on ne le croit, l'inconscient vient étaler un peu de sa substance ici, malgré nous, comme partout ailleurs, mais il
semblerait que sur fb plus qu'ailleurs !!!

Fred Milongeroz 30/12/2012 07:46



J'aime beaucoup la deuxième partie de ton com Mathilde! "l'inconscient vient étaler un peu de sa substance ici".


Merci de développer le sujet et bravo pour avoir enfin réussi à trouver le ptit passage discret vers les commentaires!


N.B. : on passe trop de temps sur FB ou le blog, et pas assez  à danser le tangO! (... avec ses ami(e)s). Je vous recommande le blog de Mathilde Primavera : Bien + que des mots, le blog d'une tanguera!


Bisous