Délicatesse gothique et féline

Publié le par Lady Plume

Délicatesse gothique et féline

Délicatesse gothique et féline

 

Comment paraître devant mes cavaliers, vêtue dans mon style le plus gothique, souligner la beauté féline de ma danse, ses embellissements et jeux de jambe libre, non seulement avec mes jolies chaussures aux brides et au talon mauves, mais jusqu'au soin que j'apporte à mon maquillage et vernis à ongles, sans trahir la délicatesse, la sensibilité que je veux affirmer dans mon tango, autrement dit, que mon énergie yang demeure invisible, une retenue de la tigresse, contenir cette dernière dans mon bas-ventre, centre de gravité, et m'offrir, d'une manière délicate et remplie de pudeur, aux hommes qui m'invitent, telle une créature mystérieuse et vulnérable qui assume son offrande au point qu'elle suscite paradoxalement de la crainte et un certain respect.

Cette offrande, de danseuse féline et gothique, soumise à l'étreinte qui se prétend rassurante et surtout confortable, mais gardant tous les ressorts puissants auxquels mes hanches, mes cuisses, mes genoux, mes chevilles jusqu'à la pointe de mes pieds, donnent l'énergie primordiale, pour affirmer l'autonomie de mon axe, de sa verticale prestance, je la prépare déjà bien avant d'arriver à la milonga: telle la perle confectionnée dans le secret bien gardé des huîtres, c'est dans ma salle-de-bain, devant le miroir, que je m'investis du rituel.

 

La séance de maquillage qui précède le bal est un moment important dans ma vie de tanguera, elle va dessiner, colorer, surligner mon visage pour initier la femme qui s'apprête une fois encore à entrer dans un autre monde, à vivre pleinement, en conscience, cette  métamorphose qui se renouvelle sans cesse, au fil des semaines: reconstruire le masque de mon tango, remodeler mes intentions féminines, pour me sentir libre de m'abandonner à une nouvelle cérémonie, à une transe à laquelle j'aspire en secret.

 

Délicatesse gothique et féline

Quand je suis maquillée, je me sens foncièrement plus proche de Dame Nature, que lorsque je laisse naturellement la peau de mon visage se reposer, respirer.

La nature de la femme est ainsi faite, de paradoxes quotidiens, de contradictions qui froissent les hommes. Je sais bien que j'incarne dans ma chair, l'ombre, l'antre, le caveau, les contours qui se déforment, se déchirent, se referment, révélant des plis secrets, avec l'élasticité à laquelle se soumettent les os de mon bassin, la peau de mes cuisses, de mes fessiers, de mes bras, les muscles fins que mes hormones naturelles ont affaibli, à côté de ceux du mâle, fier d'être si fort et de m'imposer parfois sa protection.

Quand je me maquille, j'ai l'impression de redevenir cette rose en bouton. Rouge vif. Je me sens alors prête à tomber amoureuse. Le rituel du maquillage me permet de redevenir un secret que jalouse l'homme, une caverne mystérieuse, une pierre précieuse cachée sous les voiles d'Isis.

La beauté que recèle une cathédrale gothique: je suis partout mais jamais l'on me trouve. Le noir victorien me va si bien. Féline et sauvage, mais vêtue de soie, de dentelle, habillée de timidité et d'une éducation de précieuse ridicule, maquillée, fardée, transfigurée, la tigresse est tapie au milieu des roseaux, méfiez-vous de l'eau qui dort, je suis une tricheuse, la tentatrice qui fait les yeux doux, aux lèvres qui promettent des douceurs infiniment longues, de longues nuits dangereusement savoureuses, saveurs et parfums d'une créature de la nuit, gothique jusqu'au bout des ongles, je serai l'obscurité feutrée, la poudre aux yeux, le teint velouté dans les cauchemars de mon amant qui aura le malheur de tomber amoureux.

 

Délicatesse gothique et féline

 

Il est l'heure de me maquiller... Je prends mon bâton d'ombre à paupières pour illuminer mon regard. Les yeux sont les fenêtres de l'âme, paraît-il... Ce que mon âme te révèle, mon corps te le promet... peut-être! Seras-tu patient? Où dois-je te mettre encore à l'épreuve?

Holà! Qu'ai-je fait de mes feutres pour les contours des yeux? Je fouille dans ma trousse de maquillage. Je ne vous cache pas que celle-ci est aussi bordélique que mon sac à main. J'ai aussi mes sacs à chaussures... de tanguera! Ces derniers sont mieux rangés, une paire de talons, des embauchoirs en bois de cèdre, un déodorant, et une multitude de flyers... Eh quoi? Tout ce qui concerne le tango va dans le même sac... Je suis blonde, mais ordonnée.

Je parviens à mettre la main sur un feutre: je redessine les lignes des yeux, pour un regard plus intense. Vite, un pinceau pour estomper, avant de m'occuper de la paupière. J'applique une texture crémeuse qui va bien. Un fard violet, pour rester dans mes nuances préférées. Mon regard devient charbonneux. Je sors ma boîte de coton tige. J'estompe souvent, c'est bien pratique le coton tige, chez moi, ce sont les oreilles qui en consomment le moins!

C'est bien beau, des yeux sensuels, mais je dois me consacrer aussi au contour de la bouche, un autre feutre, une couleur plus proche du rose cette fois-ci, pour me faire des lèvres onctueuses.

 

Il n'y a plus qu'à donner une fraîcheur particulièrement féline, à l'ensemble de mon visage... Dernière étape, fond de teint et poudre, afin de mettre en valeur mes pommettes, creuser les joues, leur offrir une sensualité occulte, avec un aspect satiné. Reste à affiner le nez, ici, c'est plus de l'ordre du maquillage correctif.

 

Je passe au vernis à ongles... avant de me décider pour la robe que je vais mettre. Je ne mettrai pas la même robe selon l'heure à laquelle commence la milonga: si la salle demeure encore éclairée par la lumière du jour, ou si le bal est de nuit, et c'est fonction aussi de l'éclairage, une robe plutôt sexy, le dos nu, un décolleté généreux, et l'échancrure qui libère ma cuisse pour une lumière tamisée, une robe plus scolaire, une jupe plissée, voire un pantalon, quand les lumières nous refusent un lieu intimiste. Lady craintive, qui a cette tendance à ôter du tissu au fur et à mesure que la nuit tombe... une gothique qui flirte avec le crépuscule!

 

Avignon, le 24 février 2016

Délicatesse gothique et féline

Délicatesse gothique et féline - Lady Plume

Commenter cet article