Je veux être utile à vivre et à rêver, à lire et à danser

Publié le par Mademoiselle Plume

Je veux être utile à vivre et à rêver, à lire et à danser

Je veux être utile à vivre et à aimer

 

Je veux être utile à vivre et à rêver
Que les hommes du tango m'invitent sur cette belle chanson de Julien Clerc,
Que le milonguero me fasse marcher sur ce magnifique texte d'Etienne Roda-Gil

Je veux être utile à lire et à danser
Que les hommes qui aiment la danse bien avant d'aimer les femmes, m'invitent à danser sur cette chanson, à danser ce texte, je me fiche éperdument de rester vierge, les oies sont blanches, les rats sont gris, vivre des rêves loin des rats, comme si j'avais rêvé ma vie, écrire des songes en hommage à l'amour, au blé d'antan, au pain doré de jadis, écrire avec une plume d'oie, mais pour de vrai vivre et danser, avec les cygnes
 

Je veux être utile à vivre et à aimer
J'offre ma poésie, j'offre mon tango,
J'ai quitté votre camp, pour rejoindre celui des opprimés,
J'ai abandonné votre société, pour aller, le coeur vulnérable, l'âme en peine, sur la terre des êtres incompris, rejetés, les âmes trop sensibles, les peuples bombardés, meurtris et délaissés à leur triste sort


Je veux être utile à vivre et à danser
Que les femmes m'accueillent ou non parmi elles
Qu'à la prochaine guerre des sexes, je me trouve face aux phallus qui imposent la loi du plus fort, le règne de la violence, la terreur et le sang,
Mais que je reste dans ma vérité, nue, sans rien cacher,
vierge aimante et rêveuse, féministe et féminine jusqu'au bout des ongles, juste pour qu'on oublie la guerre des genres, la guerre des boutons, la guerre tout court, vierge des régions oniriques, une fleur du bien, une fleur des champs, fille des sables mouvants, les pétales d'un lotus, le lys dans la vallée ou la rose déposée sur le livre du Petit-Prince de Saint-Exupéry, au chevet, à l'aube, fleur qu'on aime, qu'on foule aux pieds, pucelle de France, quitte à être traitée de prostituée, béante sera ma plaie, à force d'accueillir la misère, la solitude, les colères enfouies, les amours refoulées, ouverte les bras en croix, je prierai Jésus, je prierai la vierge Marie, je prierai pour toi, ô mon ami, ô mon amant, mon frère, fais-moi danser sur cette chanson, que je rêve d'une virginité sans nom, d'une pudeur qui fait l'épouse si douce, une douceur chantée avec ma gentillesse à gorge déployée...
Loin des mensonges, de l'hypocrisie et de la jalousie


Je veux être utile à lire et à rêver
Jeune vierge, allant désarmée, de clairières en forêts,
Offrir mes récits et ma danse de jeune promise,
Tant pis si je pleure, au fond de la vallée,
Les gens m'ont ignorée, et ferment les yeux sur mes talents,
De désespérance, j'irai gravir le sommet de cette montagne,
Nue et désarmée, sans être aimée,
mais je ne suis pas là pour être aimée, ni désirée, tel est votre consentement, et le mien, la belle au bois dormant, endormie comme vous, enchaînée à vos administrations glaciales, vos institutions inquisitrices, esclave de votre pensée unique, à peine éclose, une rose qui s'étiole déjà, trois petites tours, et puis s'en vont, rose pourpre qui flétrit, les hommes sont devenus fous, et les femmes paient encore le plus lourd tribut sous le joug des sorciers modernes, des moines banquiers et des menteurs professionnels, plus je grimpe le versant ombragé, plus le monde s'effondre à mes pieds, je m'accroche à la paroi, sourde à vos mensonges, et plus je grimpe, plus l'effort se fait douleur, mais j'irai quand même au sommet de cette montagne, aller là où les cris deviennent des échos, et les lamentations, des murmures, effroyable monde, des milliards d'âmes en peine vendues pour des milliards de dollars, ça va, ça va, comme le chantait Jacques Brel, il y a des guerres partout, les états se sont transformés discrètement en anonymes sociétés, ça va, ça va, chantait le prophète après vous avoir demandé pour quoi ils avaient tué... Jaurès?

Je veux être utile à rien et à oublier
Pour offrir aux aigles, au ciel, aux âmes qui savent encore pleurer,
Ma poésie, mon tango,
Ma fragilité de poétesse,
Mon amour de la danse


Je veux être utile à vivre et à aimer,
Être...


A vivre et à rêver


Utile...
Je veux être...


A lire? Peut-être. Mais surtout... à danser

 

Frédérique Violette / Federica, écrivaine-danseuse inspirée par la chanson "Utile" (Julien Clerc/Etienne Roda-Gil)

Avignon, le 15 octobre 2016

Texte poétique partagé dans la communauté "Réfléchir, vivre et danser le tango en France" sur Overblog

Blonde...

A lire si vous aimez ma poésie de vierge blonde du tango, mes écrits romantiques, mes confessions, réflexions et témoignages:

 

T'aimer (et me fondre) d'amour

Je ne suis pas blanc comme neige, mais je veux me fondre dans tes bras, noire mon âme, rouges sont les flocons qui perlent à mes yeux... et dans tes plis soyeux fondre comme neige.

Moi l'igloo sous l'ardent souffle de tes amours, mon égo mon désir, à perdre haleine, à bâton rompu, à la chaleur de tes rires, à la misère de mes nuits, je me contente de faire et défaire des noeuds, avec mes rêves de toi...

 

Plume pétillante, une lady gothique et indisciplinée

...que les hommes ont peur d'inviter au bal, tant la danseuse rebelle vivant en moi se déplace subrepticement vers une contre culture au sein de ce monde de toute façon déjà à l'envers, et qui, à partir d'un vêtement sobre, rêve de parures victoriennes, de bijoux aux dentelles argentées, de bagues, de pendentifs, de boucles d'oreilles, travaillés dans une forme de beauté florale...

 

Te faire l'amour plus de mille fois

...alors j'en ferai dix mille pour que tu puisses un jour me faire rentrer dans ton coeur de tanguera, de femme du tango toujours amoureuse d'un pecho éphémère, d'un abrazo provisoire, maîtresse de tant de bras solides, d'épaules si confortables, de cols ouverts sur une nouvelle respiration virile, et des lèvres gourmandes avec des mots tendres qui se glissent en catimini...

 

Mon festival des fioritures en Avignon

Avoir le sens du rythme à contre-courant d'un festival, avec les embellissements d'une partie de jambes en l'air ~ Mon festival des fioritures et mon jeu de jambes à Avignon ~ Au programme, cette année 2016: Danse avec les ténèbres, une improvisation théâtrale...

 

L'ivresse du tango

Le tango est une ivresse,
Tendresse de velours en liesse,

Un ocho qui laisse au coeur couleurs bordeaux et sensuelle allégresse,

Un trèfle dessiné sur des pavés,

Un pivot à trois-cent-soixante degrés,
Une amertume transcendée, sur des carreaux scellés...

Voulez-vous être ivre avec moi, de... tango? La vida es una milonga - L'abus de danse est bénéfique pour la santé et le bien-être!

 

Toucher Masser

Toucher,  c'est aussi l'abrazo du tango, ou le fameux "embracing the world", autrement dit le darshan d'Amma.

Toucher, masser, frictionner ou lécher, c'est le contact de la mère qui rassure le nourrisson, c'est la femelle qui lèche son nouveau-né afin non seulement de le nettoyer mais aussi de stimuler son système immunitaire, respiratoire, lymphatique et sanguin.

Toucher, attraper, serrer, c'est une foule, main dans la main, qui dégage une force d'amour colossale qui fait effondrer toutes les barrières...

 

Tout entier (amour masochiste)

Attache-moi
Au pied de tes envies
Que je vénère
Jusqu'au bout de mes limites
Tes jolis affronts
Chacune de tes insultes...

 

Lady fougueuse cherche son rythme de vie

Pendant longtemps, je détestais la femme que j'étais. Il faut dire que personne ne m'avait dit que j'étais une femme. Je me suis efforcée de vivre comme un garçon manqué, pourtant j'avais peur des hommes. J'ai essayé de faire les mêmes métiers qu'eux... Je ne me sentais jamais à ma place. Pendant une vingtaine d'années, je voulais prouver que j'étais capable de faire les mêmes choses qu'eux, et... être ce que je ne suis pas. Jusqu'au jour où je me suis rendue compte que l'on ne naît pas femme... qu'on le devient.

 

L'homme n'est pas fait pour le tango

La Bible disait donc vrai. Tout y est dit, de l'Ecclesiaste à l'Apocalypse de Saint-Jean, que ce soit dans les paroles des Evangiles ou l'Ancien Testament, la milonga est un purgatoire: tu te demandes toujours, en en sortant, si dimanche matin, tu vas courir à l'Eglise et réciter Notre Père, ou si ce ne serait pas plus mal de signer un contrat avec le diable...

 

L'encre de ma plume

Et pour le plus fort, le maillon faible choque. Alors on emploie sans scrupule la violence, pour éradiquer ce qui gêne, car le coeur dur comme la pierre n'aime pas les coeurs d'artichaut, les âmes sensibles, la féminité appartient à la femme, les hommes se battent, défendent leur territoire, leur femelle et leur progéniture...

Aimer vivre danser chanter l'encre de ma plume coulera....

 

La magicienne du crépuscule

Je vous salue mes amies les fées, consoeurs des bonnes magies, sorcières, nymphes et autres divinités lucifériennes, les suicidés de la pensée unique, les troublés de l'identité, les mages spirituels qui ont horreur de la foule, qui remettent au lendemain ce qu'ils auraient pu faire la veille, bonjour ou bonsoir gazon maudit et autres mauvaises herbes, vilains petits canards, les oubliés de l'endoctrinement médiatique...

Deux chemins différents

Je veux être utile à vivre et à rêver, à lire et à danser
Je veux être utile à vivre et à rêver, à lire et à danser
Je veux être utile à vivre et à rêver, à lire et à danser

La féline ~ Heureux évènement, une rose du tango

Commenter cet article