La Nouvelle Créature Tanguera ~ élection Miss Ocytocine 2017

Publié par Mademoiselle Plume

La Nouvelle Créature Tanguera ~ élection Miss Ocytocine 2017

 

La Nouvelle Créature Tanguera, une pin-up explosive du bal ~ spéciale 2017

 

 

La nouvelle créature tanguera 2017 est arrivée! Charmante blondinette du tango, impertinente et délurée,

 

une très vilaine néanmoins sensuelle novice du tao milonguero, née sans doute de la cuisse de Jupiter, une bombe sulfureuse travaillée sur l'enclume et sous le marteau du dieu Vulcain, une jolie blonde, coquine,  détonante, torturée par un enchaînement inlassable de huit avant et de huit arrière, qui se trémousse sur son ocho cortado, on l'appelle "cuisse de mouche et fleur du Bon Dieu" (comme le chante si bien Pierre Perret), mais ça sent le soufre, un peu, quand même, fesses bombées, un déhanché de fille latine mais une peau nue, blanche comme fleur d'oranger, blancheur d'une fausse virginité style geisha mais avec un déshabillé qui réveille des volcans...  ou comment revisiter les 64 positions du Kamasutra version tango argentin... Buenosssss Aïe......ressssss!

La créature tanguera inédite revient pour les élections 2017, miss Ocytocine dans nos milongas de France, ses improvisations, ses embellissements, sa technique explosive: danseuse coquine, en mode lap dance, une Emmanuelle privée de son fauteuil en osier, contrainte de rester debout, une histoire d'Ô Tango Mon Amour, baby doll obligée de danser, nuit et jour, la jupe en jean, déchirée, reins et nombril à l'air, perchée sur ses talons aiguilles, chaussures de tango, italiennes, couleur chair, ceci est une mise au point entre le dieu grec Hermès et Aphrodite*, la déesse de l'amour, ça négocie dur en relation astro-tango-sexologique, ça fait des étincelles, ça allume le coeur de certains hommes, ça parle d'une féminité exacerbée, exubérante, une mise à nu dans un showroom, une charmante nudité, et sa cambrure, et ses jambes agaçantes, comme dans une série B, un roman noir, sexy private investigations, the goth girl of the wall...

 

Bombe tanguera, blonde qui tangue et serpente telle une anguille,

 

mais non, je n'ai jamais électrocuté les hommes qui m'invitent à danser, même si j'invite mes cavaliers avec de la foudre dans mon regard charbonneux, malgré la mirada foudroyante que je fais, cherchez pas midi à quatorze heure, y a pas anguille sous roche, je ne suis pas toute nue sous ma robe ou ma jupe, suis blonde comme le blé en été, blanche comme de la nacre, claire comme l'eau de roche, ne suis ni contagieuse, ni chiante, bien au contraire je me fais docile en abrazo, douce et infiniment musicale pour le plaisir de mes danseurs attitrés!

 

Frédérique Violette, alias Mademoiselle Plume, votre blonde du tango, qu'à moitié dénudée, petite bombe sulfureuse et salvatrice des pistes provençales!

Avignon, France

(*) Hermès, dieu du commerce + Aphrodite, déesse de l'amour = Hermaphrodite, cf le mythe de la naïade Salmacis

La Nouvelle Créature Tanguera ~ élection Miss Ocytocine 2017

Au sein de cette nouvelle page gothique qui se veut moins scandaleuse que licencieuse,

 

même si je suis loin d'être une BOMBE SEXUELLE, telle une vieille marquise indolente et allongée à moitié nue sur son divan, prête à devenir le modèle d'un artiste peintre plus ou moins homosexuel, la petite bourgeoise très coquette qui aime se faire une beauté pour se taper son photographe après séance shooting torride, ou encore la bimbo forçant la naïveté, jouant de sa fausse pudeur, à mi-chemin entre la lolita déboussolée et une pinkie accomplie, artistiquement et publiquement, dans ce boudoir où je remue des idées étranges, tamise des philosophies scabreuses, cette minuscule pièce avignonnaise qui pourrait tout aussi bien être une chambre de bonne que la garçonnière qu'un richissime homme marié me permet d'occuper, étant sa muse aux multiples dons et arts libéraux, sa maîtresse trop soumise, qu'il oublie trop souvent, un alcôve littéraire, théosophique, prétexte aux ivresses interdites de la nuit, une piaule de travelo, une geôle de soubrette, entre une expérimentation culinaire, poêlée de sucré-salé qui mélange sel fin de Camargue, herbes de Provence, clou de girofle, et fenugrec en épice, une cuillère à soupe de confiture de clémentine de Corse et de figue de Provence, protéines de soja texturées, riz sauvage, lentilles rouges, quinoa, une carotte, une courgette, coupées en rondelle, du miel à la propolis, quelques tranches de pomme et de poire, après avoir fait revenir ails, oignon, échalotes, pignons de pin, amandes, noix de cajou, crème de sésame noir et de sésame complet séché au feu de bois, broyé à la meule à basse température, dans un généreux filet d'huile d'olive vierge extra du Portugal obtenue par des procédés mécaniques recommandés par Rudolf Steiner, bref, une préparation hasardeuse issue de l'agriculture biologique, et une longue et fastidieuse mise en beauté pour aller avec joie et sérénité au bal, douche, shampoing bio aux céréales, masque à l'huile sublimatrice pour mes cheveux blonds, gommage du visage, crème anti-rides sous les yeux, crème hydratante de jour, redessiner les sourcils à la pince à épiler, jambes, aisselles passées sous crème dépilatoire, le rasage du visage, du cou, de la poitrine, en attendant d'atteindre mes sept, huit séances d'épilation au laser qui me rendront définitivement imberbe déjà en cet endroit-ci, et infiniment douce sous les caresses passionnées d'un homme amoureux que j'attends comme la vierge attend son prince charmant,  fond de teint, poudre, couleurs aux paupières, eyeliner, mascara, blush, coup de crayon sur les sourcils, rouge à lèvres, base puis vernis à ongles d'un sublime violet, aux mains, aux pieds, habillage, coiffure, parfum, boucles d'oreille, bracelets, bagues, chevillère, choix du collier assorti à la robe, ou au pantacourt, quels escarpins vais-je mettre pour descendre de la voiture? vérification du sac à chaussures de danse, du sac à main, entre un repas préparé avec amour, donc, et mon rituel de soins et beauté apportés à mon corps de femme célibataire et de tanguera chevronnée - mes deux récents arts libéraux parmi les soixante-quatre de la liste officielle que présente le Kamasutra, qu'il conviendrait d'apprendre quand on se donne pour objectif de devenir une courtisane remarquée dans les assemblées où conversent les hommes galants,  deux disciplines auxquelles je suis en train de m'initier, à côté des deux autres que je maîtrise plus ou moins bien et étudie, depuis vingt-cinq années en ce qui concerne l'art d'écrire, et dix, pour le tango argentin, cet art majeur et merveilleux de danser en couple qui nous vient des berges du Rio de la Plata -,  je reçois, comme je l'ai déjà fait dans mes pages précédentes telle que celle intitulée "Adornos d'une plume romantique" ou encore ma page "Cabaret Chic & Choc d'une vilaine fille", des écrivains qui ne sont que de passage, de grands auteurs, des poètes, des philosophes, parfois une femme de lettres, issus du dix-neuvième siècle, de préférence, mais pas obligatoirement, ainsi aurez-vous sous vos yeux de lecteurs fidèles ou d'internautes curieux, répartis convenablement entre chacune de mes improvisations et entraînements de danseuse classique et contemporaine de tango rioplatense, des extraits d'oeuvres littéraires, poèmes, romans, préfaces, dont voici la liste des auteurs afin de vous mettre l'eau à la bouche: Charles Baudelaire (une fleur du mal, vraisemblablement sa préférée), le Marquis de Sade (introduction pernicieuse de ses 120 journées de Sodome), Guillaume Apollinaire (un poème grivois), Théophile Gautier (quand les morts font des crises de jalousies au fond de leur cercueil), Leopold von Sacher Masoch (la pécheuse d'âme), Saint Jean de la Croix (la créature et son Créateur, dans sa montée du Carmel), Vâtsyâyana (la Padmini du Kama soutra), Paulo Coelho (l'art d'aiguiser et de manier l'épée expliqué dans son manuel du Guerrier de la Lumière), Anaïs Nin (son bel amant Arabe et le post-scriptum de sa Vénus Erotica), enfin, Jacques Prévert (sa fatrasie!).

La Nouvelle Créature Tanguera ~ élection Miss Ocytocine 2017

Sarah la louchette, poème de Charles Baudelaire, Les fleurs du mal

 

Je n'ai pas pour maîtresse une lionne illustre:

La gueuse de mon âme, emprunte tout son lustre;

Invisible aux regards de l'univers moqueur,

Sa beauté ne fleurit que dans mon triste coeur.

 

Pour avoir des souliers elle a vendu son âme.

Mais le bon Dieu rirait si, près de cette infâme,

Je tranchais du Tartufe et singerais la hauteur,

Moi qui vends ma pensée et qui veux être auteur.

 

Vice beaucoup plus grave, elle porte perruque.

Tous ses beaux cheveux noirs ont fui sa blanche nuque;

Ce qui n'empêche pas les baisers amoureux

De pleuvoir sur son front plus pelé qu'un lépreux.

 

Elle louche, et l'effet de ce regard étrange

Qu'ombragent des cils noirs plus longs que ceux d'un ange,

Est tel que tous les yeux pour qui l'on s'est damné

Ne valent pas pour moi son oeil juif et cerné.

 

Elle n'a que vingt ans, la gorge déjà basse

Pend de chaque côté comme une calebasse,

Et pourtant, me traînant chaque nuit sur son corps,

Ainsi qu'un nouveau-né, je la tête et la mords,

 

Et bien qu'elle n'ait pas souvent même une obole

Pour se frotter la chair et pour s'oindre l'épaule,

Je la lèche en silence avec plus de ferveur

Que Madeleine en feu les deux pieds du Sauveur.

 

La pauvre créature, au plaisir essoufflée,

A de rauques hoquets la poitrine gonflée,

Et je devine au bruit de son souffle brutal

Qu'elle a souvent mordu le pain de l'hôpital.

 

Ses grands yeux inquiets, durant la nuit cruelle,

Croient voir deux autres yeux au fond de la ruelle,

Car, ayant trop ouvert son coeur à tous venants,

Elle a peur sans lumière et croit aux revenants.

 

Ce qui fait que de suif elle use plus de livres

Qu'un vieux savant couché jour et nuit sur ses livres,

Et redoute bien moins la faim et ses tourments

Que l'apparition de ses défunts amants.

 

Si vous la rencontrez, bizarrement parée,

Se faufilant, au coin d'une rue égarée,

Et la tête et l'oeil bas comme un pigeon blessé,

Traînant dans les ruisseaux un talon déchaussé,

 

Messieurs, ne crachez pas de jurons ni d'ordure

Au visage fardé de cette pauvre impure

Que déesse Famine a par un soir d'hiver,

Contrainte à relever ses jupons en plein air.

 

Cette bohème-là, c'est mon tout, ma richesse,

Ma perle, mon bijou, ma reine, ma duchesse,

Celle qui m'a bercé sur son giron vainqueur,

Et qui dans ses deux mains a réchauffé mon coeur.

La Nouvelle Créature Tanguera ~ élection Miss Ocytocine 2017

Les 120 Journées de Sodome ou l'Ecole du libertinage, le Marquis de Sade, extrait, introduction du roman

 

"Les guerres considérables que Louis XIV eut à soutenir pendant le cours de son règne, en épuisant les finances de l'état et les facultés du peuple trouvèrent pourtant le secret d'enrichir une énorme quantité de ces sangsues toujours à la suite des calamités publiques qu'ils font naître au lieu d'apaiser, et cela pour être à même d'en profiter avec plus d'avantage; la fin de ce règne si sublime d'ailleurs, est peut-être une des époques de l'empire françois, où l'on fit le plus de fortunes obscures, qui n'éclatent que par le luxe et des débauches aussi sourdes qu'elles. C'était vers la fin de ce règne, et peu avant que le régent eût envoyé par ce fameux tribunal comme fous les hommes de chambre de justice, de faire rendre gorge à cette multitude de traîtres, - que quatre entre eux imaginèrent la singulière partie de débauche, dont nous allons rendre compte. Ce serait à tort que l'on imaginait que les voleurs seuls s'étaient occupés de cette maltôte, elle avait à sa tête de très grands seigneurs. Le duc de Blangis et son frère l'évêque de.... qui tous deux y avaient fait des fortunes immenses, sont des preuves incontestables que la noblesse ne négligeait pas plus que les autres les moyens de s'enrichir par cette voie; car deux illustres personnages intimement liés et de plaisirs et d'affaires avec le célèbre Durcet et le président de Curval furent les premiers qui imaginèrent la débauche dont nous écrivons l'histoire, et l'ayant communiqué à ces deux amis tous quatre composèrent les acteurs de ces fameux orgies. Depuis plus de six ans ces quatre libertins qu'unissait une conformité de richesse et de goûts avaient imaginé de resserrer leurs liens par des alliances, où la débauche aurait bien plus de part qu'aucun autre motif, qui fondent ordinairement ces liens - voici quels avaient été leurs arrangements."

La Nouvelle Créature Tanguera ~ élection Miss Ocytocine 2017

Con large comme un estuaire, poème érotique de Wilhelm Apollinaris de Kostrowitski, dit Guillaume Apollinaire (Rome Italie, 1880 - Paris, 1918)

 

Con large comme un estuaire

Où meurt mon amoureux reflux

Tu as la saveur poissonnière

L'odeur de la bite et du cul

La fraîche odeur trouduculière

 

Femme ô vagin inépuisable

Dont le souvenir fait bander

Tes nichons distribuent la manne

Tes cuisses quelle volupté

Même tes menstrues sanglantes

Sont une liqueur violente

 

La rose-thé de ton prépuce

Auprès de moi s'épanouit

On dirait d'un vieux bogard russe

Le chibre sanguin et bouffi

Lorsqu'au plus fort de la partouse

Ma bouche à ton noeud fait ventouse

La Nouvelle Créature Tanguera ~ élection Miss Ocytocine 2017

La vie dans la mort I, extrait du poème, Théophile Gautier, La comédie de la mort, Poésies complètes Tome II

 

Mais non; il faut rester sur son lit mortuaire,

N'ayant pour se couvrir que le lin du suaire,

n'entendant aucun bruit;

Sinon le bruit du ver qui se traîne et chemine

Du côté de sa proie, ouvrant sa sourde mine,

Ne voyant que la nuit.

 

Puis, s'ils étaient jaloux, les morts, tout ce que Dante

A placé de tourments dans sa spirale ardente,

Près des leurs seraient doux.

Amants, vous qui savez ce qu'est la jalousie,

Ce qu'on souffre de maux à cette frénésie:

Un cadavre jaloux!

 

Impuissance et fureur! Être là, dans sa fosse,

Quand celle qu'on aimait de tout son amour, fausse

Aux beaux serments jurés,

En se raillant de vous, dans d'autres bras répète

Ce qu'elle vous disait, rouge et penchant la tête,

Avec des mots sacrés;

 

Et ne pouvoir venir, quelque nuit de décembre,

Pendant qu'elle est au bal, se tapir dans sa chambre,

Et lorsque, de retour,

Rieuse, elle défait au miroir sa toilette,

Dans un cristal profond réfléchir son squelette

Et sa poitrine à jour,

 

Riant affreusement d'un rire sans gencive,

Marbrer de baisers froids sa gorge convulsive,

Et, tenaillant sa main,

Sa main blanche et rosée avec sa main osseuse,

Faire râler ces mots d'une voix caverneuse

Qui n'a plus rien d'humain:

 

"Femme, vous m'avez fait des promesses sans nombre,

Si vous oubliez, vous, dans ma demeure sombre,

Moi, je me ressouviens.

Vous avez dit, à l'heure où la mort me vint prendre,

Que vous me suivrez bientôt; lassé d'attendre,

Pour vous chercher je viens!"

La Nouvelle Créature Tanguera ~ élection Miss Ocytocine 2017

La Pêcheuse d'âmes (Die Seelenfängen, 1886), roman gothique allemand de Leopold von Sacher Masoch (écrivain et journaliste autrichien, 1836-1895, célèbre auteur de La Vénus à la fourrure), extrait:

 

Zésim la regarda tout surpris. Elle s'était assise près de la fenêtre grillée, ses belles mains modestement jointes sur ses genoux. En ce moment, elle lui semblait une prisonnière, dans cette chambre blanchie à la chaux, dont tout l'ameublement consistait en un lit baldaquin, une armoire, une table et deux chaises. Le seul ornement était une image du Sauveur couronnée de fleurs séchées; une discipline y était suspendue.

Qu'est-ce que cela voulait dire? Cette jeune fille autrefois si gaie, si aimable, poussait-elle l'austérité jusqu'au délire religieux? Etait-elle son propre bourreau.

De plus en plus il se sentit devant une énigme qui lui serrait le coeur.

 

Une autre fois encore il la trouva seule. Elle était dans le jardin et avait une robe blanche tout unie, qui la rendait encore plus charmante. Elle fit un brusque mouvement d'effroi, quand il apparut devant elle à l'improviste, et elle rougit. C'était le premier signe de vie, d'émotion humaine qu'elle donnât.

"Je te suis donc bien désagréable, dit-il, que tu tressailles à mon aspect?

- Que t'imagines-tu là? répondit-elle avec calme, il n'y a rien qui pourrait m'effrayer; pourquoi aurais-je précisément peur de toi? Je t'aime autant que je le peux et que je le dois, et je sais que je n'ai rien à craindre de toi. Tu aurais plutôt des motifs d'éviter ma rencontre.

- Tu as raison.

- Oh! pas dans le sens où tu le prends.

- Dans quel sens alors?"

Dragomira arracha une branche de rosier et passa rapidement les épines sur son bras blanc. Des lignes apparurent et une goutte de sang tomba à terre.

"Que fais-tu là? demanda Zésim.

- Ce qui me fait du bien, répondit Dragomira.

- Aimes-tu donc à te martyriser?

- Comme tous ceux qui cherchent le ciel et méprisent la terre.

- Crois-tu que Dieu t'a créée pour le martyre? Je crois que c'est bien plutôt pour donner la félicitée et pour en jouir.

- C'est ainsi, répondit-elle, que parle l'homme dont l'esprit est emprisonné dans les lourdes et épaisses vapeurs de la terre. La femme est plus pure et plus sage que lui; aussi est-elle moins l'esclave du péché.

- Si tu es un ange, répliqua Zésim avec ou sourire qui la déconcerta un peu, alors sois le mien; conduis-moi sur ces pures hauteurs où tu résides.

- Ne le souhaite pas, la route qui y mène est pénible et douloureuse."

 

Elle attacha pour la première fois sur lui un regard de compassion et presque de prière. Puis elle eut comme un frisson soudain et elle lui saisit la main.

"Va-t-en, maintenant, va-t-en. On me cherche."

Elle le salua encore d'un mouvement de tête et le quitta rapidement.

 

Pendant qu'elle s'éloignait et que sa taille élancée disparaissait avec un doux balancement entre les buissons de groseilliers et les arbres du verger, un sinistre et menaçant personnage se montrait à la porte du jardin. C'était un homme grand et fort, d'environ quarante ans, à la chevelure blonde et bouclée, à la barbe blonde, vêtu d'une longue robe noire à plis. Sur ses traits se lisait la conscience froide et impitoyable d'une puissance illimitée.

"Est-ce un prêtre ou un démon? se demanda Zésim, et qu'est-ce que tout cela signifie?"

La Nouvelle Créature Tanguera ~ élection Miss Ocytocine 2017

Préférer Dieu aux créatures de Dieu, chasser le singe et questionner le Bouddha, ou encore... lire le Feu Blanc qui se cache derrière le Feu Noir / Beauté de Dieu, laideur du monde / La malice et la bonté... quelques citations communes pour une entrée en matière ésotérique et religieuse:

 

La Montée du Carmel, Saint Jean de la Croix (1542-1591), docteur de l'Eglise et poète mystique, Carme déchaux*, béatifié en 1675, canonisé en 1726 ~ Extrait:

 

C'est pourquoi celui qui s'attache de la sorte à la créature est aussi vil qu'elle; il est même en quelque façon plus abaissé, puisque l'amour le rend inférieur à l'objet aimé, ou plutôt le fait l'esclave de ce qu'il aime. Il suit de là que, quand l'âme s'unit par amour à quelque autre chose qu'à Dieu, elle ne saurait ni parvenir à une parfaite union avec le Créateur, ni se transformer en lui. La petitesse de la créature peut bien moins monter à la grandeur de Dieu, que les ténèbres ne peuvent s'accommoder avec la lumière.

En effet, tout ce qui est sur terre et dans le ciel, si on le compare avec Dieu, n'est rien, comme Jérémie l'assure quand il dit qu'il a regardé la terre, et qu'elle était un vide et un néant; qu'il a jeté les yeux sur les cieux, et qu'il n'y avait point de lumière [Jérémie, IV,23]. Il signifie, par toutes ces expressions, que ni la terre ni les créatures qu'elle soutient, ne paraissent qu'un rien devant Dieu, et que les cieux, quoique brillants de lumière, ne doivent être estimés que ténèbres devant lui.

Nous pouvons donc inférer de là que les créatures, considérées de cette sorte, ne sont rien, et que l'amour qui nous unit à elles nous réduit à quelque chose de moindre que le rien, puisque c'est un obstacle à notre union avec Dieu, et une privation de notre transformation en lui; comme les ténèbres ne sont qu'un rien et qu'une privation de la lumière. J'ajoute que, comme celui qui est couvert de ténèbres ne reçoit et ne comprend pas la lumière, de même l'âme qui aime quelque chose de créé ne pourra ni connaître Dieu, ni jouir de lui en cette vie par la pure transformation d'elle-même en Dieu, ni la posséder en l'autre monde par la vision béatifique. Pour faciliter l'intelligence de ceci, j'apporterai plusieurs comparaisons.

L'être de toutes les créatures n'est rien en comparaison de l'être infini de Dieu, et conséquemment l'âme qui leur donne son amour n'est rien, et même moins que rien; elle ne peut donc unir son être à l'être de Dieu, le néant ne pouvant avoir ni convenance ni union avec un élan infini et nécessaire.

Toute la beauté créée n'est rien auprès de la beauté infinie du Créateur, et on doit même confesser, après Salomon, qu'elle n'est qu'une illusion ou plutôt une véritable laideur; de sorte que, quand on l'aime dérèglement, l'âme est très laide aux yeux de Dieu, et ne saurait être transformée en la beauté divine, puisque la laideur ne peut être en même temps la beauté.

De plus, tout ce que les créatures ont d'agréable et d'engageant, si on en fait la comparaison avec les attraits infinis de Dieu, paraîtra rebutant et insipide. Il faut donc que l'âme qui s'y plaît soit désagréable au Seigneur, et infiniment éloignée de ses charmes, car il y a une différence incompréhensible entre ces deux contraires.

Si on compare aussi toute la bonté des créatures avec la bonté infinie de Dieu, il faudra l'appeler malice plutôt que bonté, puisque, suivant cet oracle divin, il n'y a que Dieu qui soit bon [Luc, XVIII,19]. C'est pourquoi l'âme qui adhère, par un amour particulier, à la bonté créée est mauvaise en la présence de Dieu; et, comme la malice ne fait point d'accord avec la bonté, de même l'âme ne pourra jamais, en cet état, s'approcher de Dieu.

 

(*) L'Ordre des Carmes déchaux (O.C.D.), ou ordres des Frères déchaux et des Moniales déchaussées de la bienheureuse Vierge Marie du Mont-Carmel, est un ordre religieux catholique contemplatif et apostolique (ordres mendiants)

 

La Nouvelle Créature Tanguera ~ élection Miss Ocytocine 2017

Kama Soutra, les règles de l'amour, de Vatsyayana ~ Citation choisie (l'un des passages qui inspirent abondamment  mon chemin d'écrivaine et de danseuse de tango): description et éloge de la Padmini, la femme Lotus

 

Dans le kamasutra, Vatsyayana traite du sujet des quatre classes de femmes et des qualités qui leur sont propres. Les auteurs indiens ont pour habitude de diviser les femmes en quatre groupes d'après leurs caractères physiques et moraux. Le type parfait est la femme Lotus, appelée la Padmini:

 

Elle est belle comme un bouton de Lotus, comme Rathi (la volupté). Sa taille svelte contraste heureusement avec l'amplitude de ses flancs; elle a le port du cygne, elle marche doucement et avec grâce.

Son corps souple et élégant a le parfum du bois de santal; il est naturellement droit et élancé comme l'arbre de Ciricha, lustré comme la tige du Mirobolam.

Sa peau lisse, tendre, est douce au toucher comme la trompe d'un jeune éléphant. Elle a la couleur de l'or et elle étincelle comme l'éclair.

Sa voix est le chant du Kokila mâle captivant sa femelle; sa parole est de l'ambroisie.

Sa sueur a l'odeur du musc. Elle exhale naturellement plus de parfums qu'aucune autre femme; l'abeille la suit comme une fleur au doux parfum de miel.

Ses cheveux soyeux, longs et bouclés, odorants par eux-mêmes, noirs comme les abeilles, encadrent délicieusement son visage semblable au disque de la pleine lune et retombent en torsades de jais sur ses riches épaules.

Son front est pur: ses sourcils bien arqués sont deux croissants; légèrement agités par l'émotion, ils l'emportent sur l'arc de Kama.

Ses yeux bien fendus sont brillants, doux et timides comme ceux de la gazelle et rouges aux coins. Aussi noirs que la nuit au fond de leurs orbites, leurs prunelles étincellent comme des étoiles dans un ciel sombre. Ses cils longs et soyeux donnent à son regard une douceur qui fascine.

Son nez pareil au bouton du sésame est droit, puis s'arrondit comme un bec de perroquet.

Ses lèvres voluptueuses sont roses comme un bouton de fleur qui s'épanouit ou rouges comme les fruits du bimba et le corail.

Ses dents blanches comme le jasmin d'Arabie ont l'éclat poli de l'ivoire; quand elle sourit, elles se montrent comme un chapelet de perles montées sur corail.

Son cou rond et poli ressemble à une tour d'or pur. Ses épaules s'y joignent par de fines attaches, ainsi qu'à ses bras bien modelés, semblables à la tige du manguier et qui se terminent par deux mains délicates pareilles chacune à un rameau de l'arbre ashoka (açoka, orthographe employée par Leconte de Lisle et Arthur Rimbaud).

Ses seins amples et fermes ressemblent aux fruits du bilva (bael, madtoum); ils se dressent comme deux coupes d'or renversées et surmontées du bouton de la fleur du grenadier.

Ses reins bien cambrés ont la souplesse du serpent; ils se fondent harmonieusement avec ses fesses et ses larges hanches qui ressemblent au corsage de la colombe verte.

Sonjadgana, pur et délicatement arrondi, laisse apercevoir un ombilic profond et luisant comme une baie mure. Trois plis gracieux s'accusent à sa taille comme une ceinture au-dessus de ses hanches.

Ses fesses sont merveilleuses; c'est une Nitambini*.

Comme le Lotus épanoui à l'ombre d'une tendre motte d'herbe kusha (herbe sacrée par excellence), son yoni petit s'ouvre mystérieusement sous le pubis ombragé par un voile velu large de six pouces.

Sa semence d'amour est parfumée comme le lys qui vient d'éclore, ses cuisses rondes, fermes, potelées, ressemblent à la tige polie d'un jeune bananier.

Ses pieds petits et mignons se joignent finement à ses jambes, on dirait deux lotus.

Quand elle se baigne dans un étang sacré, par toutes sortes de jeux elle réveille l'amour, les dieux se troubleraient à la voir se jouer dans l'eau.

Des perles tremblent à ses oreilles; sur son sein repose un collier de pierres précieuses; elle a, mais en petit nombre, des ornements aux bras et au bas des jambes.

Elle aime les vêtements blancs, les blanches fleurs, les beaux bijoux et les riches costumes. Elle porte un triple vêtement de mousseline rayée.

Délicate comme la feuille du béthel, elle aime les aliments doux, purs, légers; elle mange peu et dort d'un sommeil léger.

Elle connaît bien les trente-deux modes musicaux de Radha; aussi bien que l'amante de Krishna, elle chante harmonieusement en s'accompagnant de la vînâ qu'elle touche avec grâce de ses doigts effilés et agiles.

Quand elle danse, ses bras aux mouvements souples et harmonieux s'arrondissent en courbes gracieuses et semblent parfois vouloir dérober aux regards ses merveilleux appâts, car sa pudeur est extrême (dans I'Inde une femme danse toujours seule).

Elle a une conversation agréable, son sourire répand la béatitude; elle est espiègle et folâtre, pleine d'enjouement dans les plaisirs.

Elle excelle dans les oeuvres qui lui sont propres.

Elle fuit la société des malhonnêtes gens et accomplit scrupuleusement ses devoirs; le mensonge lui est inconnu.

Incessamment, elle vénère et adore les brahmanes, son père et les dieux; elle recherche la société et la conversation des brahmanes; elle est libérale envers eux et charitable aux pauvres. Pour ceux-ci elle épuiserait le trésor de son mari.

Elle se plaît avec son époux et sait exciter ses désirs par des caresses.

Le dieu d'amour trouverait un superbe plaisir à reposer près d'elle.

Son affection pour son époux est extrême et elle n'aura peur aucun autre une pareille tendresse. Elle est affectueuse dans toutes ses paroles et absolument dévouée à son mari. Elle est parfaite en tout point.

(*) Callipyge - Sakountala était une Nitambini, ou Shâkountalâ, drame écrit par le poète hindou Kâlidâsa qui raconte l'amour champêtre entre le roi Dushyanta et Shâkountalâ, oeuvre qui parle également de la naissance de Bharata, ancêtre de la nation indienne

La Nouvelle Créature Tanguera ~ élection Miss Ocytocine 2017

Son épée est aiguisée, page 84, Manuel du Guerrier de la Lumière, Paulo Coelho, éditions Anne Carrière

 

Le guerrier sait que le combat s'interrompt, de temps à autre. Il ne sert à rien de précipiter la lutte; il est nécessaire d'avoir de la patience, d'attendre que les forces s'entrechoquent de nouveau.

Dans le silence du champ de bataille, il écoute les battements de son coeur et constate qu'il est tendu, qu'il a peur.

Il fait un bilan de sa vie; il vérifie que son épée est aiguisée, son coeur satisfait, et que la foi embrasse son âme. Il sait que la préparation est aussi importante que l'action.

Il manque toujours quelque chose. Et le guerrier profite des moments où le temps est suspendu pour mieux se préparer.

La Nouvelle Créature Tanguera ~ élection Miss Ocytocine 2017

Un ange et un démon, page 85, Manuel du Guerrier de la Lumière, Paulo Coelho, éditions Anne Carrière

 

Un guerrier sait qu'un ange et un démon se disputent la main qui tient l'épée.

Le démon dit: "Tu vas faiblir. Tu ne vas pas savoir quel est le bon moment. Tu as peur."

L'ange dit: "Tu vas faiblir. Tu ne vas pas savoir quel est le bon moment. Tu as peur."

Le guerrier est surpris. Tous deux ont dit la même chose.

Le démon continue: "Laisse-moi t'aider."

Et l'ange dit: "Je t'aide."

Le guerrier comprend alors la différence. Les mots sont les mêmes, mais les alliés sont dissemblables.

Et il choisit la main de l'ange.

La Nouvelle Créature Tanguera ~ élection Miss Ocytocine 2017

Vénus Erotica, Anaïs Nin, Stock Le livre de poche, extrait pp 288-289:

 

"J'habite là-haut. Accepteriez-vous de venir prendre un apéritif sur ma terrasse?"

Linda accepta. Elle avait l'impression que, si elle se privait maintenant de ce parfum qui l'enchantait, elle allait suffoquer. Ils s'assirent sur la terrasse, burent tranquillement. Linda se laissa aller en arrière, très langoureuse. L'étranger ne cessait pas de regarder ses seins. Puis il ferma les yeux. Aucun d'eux ne faisait un geste. Ils rêvaient.

Ce fut lui qui bougea le premier. Il embrassa Linda, qui eut l'impression d'être transportée à Fez, dans le jardin du bel Arabe. Elle se rappelait les sensations qu'elle avait éprouvées ce jour-là, son désir de se blottir dans le grand burnous blanc de l'Arabe, son désir d'entendre sa voix puissante et de voir ses yeux de feu. Le sourire de l'étranger était cet Arabe, cet Arabe avec ses épais cheveux noirs, parfumés comme la ville de Fez. Deux hommes lui faisaient l'amour. Elle gardait les yeux fermés. L'Arabe la déshabillait. L'Arabe la touchait avec ses mains passionnées. Des vagues de parfum dilataient son corps, l'ouvraient, le préparaient à céder. Ses nerfs étaient prêts pour le plaisir, pour une apothéose.

Elle ouvrit à moitié les yeux et remarqua les dents étincelantes de l'homme, prêtes à la mordre. Puis elle sentit sa verge sur sa chair et il la pénétra. Chacun de ses coups ressemblait à une décharge électrique qui envoyait des ondes à travers tout le corps de Linda.

La Nouvelle Créature Tanguera ~ élection Miss Ocytocine 2017

C'était l'été

 

Dans ses deux mains

Sous ma jupe relevée

J'étais nue comme jamais

 

Tout mon jeune corps

était en fête

des cheveux de ma tête

aux ongles de mes pieds

J'étais une source qui guidait

la baguette du sourcier

Nous faisions le mal

et le mal était bienfait.

 

Poème de Jacques Prévert, Fatras, Collection Folio, page 132, Gallimard, 1966

La Nouvelle Créature Tanguera ~ élection Miss Ocytocine 2017

L'exhibitionniste...

 

"Dieu a fait l'homme

à son image

L'exhibitionniste

lui rend hommage."

 

Citation: Jacques Prévert, Fatras, page 167

La Nouvelle Créature Tanguera ~ élection Miss Ocytocine 2017

Lettre d'un petit monstre, citation Jacques Prévert, Fatras, page 152:

 

Pourquoi dire des monstruosités à un monstre?

Est-ce utile et gentil pour lui?

C'est terrible d'être un monstre sans le savoir

Mais comment un monstre peut-il se débrouiller

pour vivre heureux sachant ce qu'il est?

Pourquoi l'avoir renseigné?

Pauvre monstre

Il est bien gentil pourtant

Tu ne le connais pas.

La Nouvelle Créature Tanguera ~ élection Miss Ocytocine 2017

Je suis heureuse

Il m'a dit hier

Qu'il m'aimait

 

Je suis heureuse et fière

et libre comme le jour

Il n'a pas ajouté

que c'était pour toujours.

 

Poème court de Jacques Prévert, Fatras, page 159

La Nouvelle Créature Tanguera ~ élection Miss Ocytocine 2017

"Les femmes, pensais-je, étaient plus aptes à mêler la sexualité à l'émotion, à l'amour; elles préféraient un seul homme à la promiscuité.

 

Cela me parut assez évident lorsque j'écrivais mes romans et mon journal, et devint encore plus clair à l'occasion de mes contacts avec les étudiants. Mais, malgré la différence fondamentale entre l'attitude de la femme et celle de l'homme sur ces questions, nous ne possédions pas encore de langage pour l'exprimer."

 

Citation d'Anaïs Nin, Post-Scriptum, Los Angeles, septembre 1976, Vénus Erotica, Stock Le livre de poche

Quelle est la différence fondamentale entre la sexualité de l'homme et celle de la femme? La psychologie féminine, en ce qui concerne la libido de la femme et ce qui la conduit aux rapports intimes et l'en fait ressortir, est-elle plus complexe, plus mystérieuse, que chez l'homme?....... Entre le faible et le fort, de quel sexe la psychologie d'une transsexuelle tient-elle véritablement?

Quelle est la différence fondamentale entre la sexualité de l'homme et celle de la femme? La psychologie féminine, en ce qui concerne la libido de la femme et ce qui la conduit aux rapports intimes et l'en fait ressortir, est-elle plus complexe, plus mystérieuse, que chez l'homme?....... Entre le faible et le fort, de quel sexe la psychologie d'une transsexuelle tient-elle véritablement?

La Nouvelle Créature Tanguera ~ élection Miss Ocytocine 2017

"Dans de nombreux passages, de façon intuitive, j'ai utilisé le langage d'une femme, décrivant les rapports sexuels comme les vit une femme.

 

J'ai finalement décidé de publier ces textes érotiques, parce qu'ils représentent les efforts premiers d'une femme pour parler d'un domaine qui avait été jusqu'alors réservé aux hommes."

 

Extrait de la préface du livre d'Anaïs Nin, Vénus Erotica, Post-Scriptum

Pourquoi reproche-t'on aux hommes de fantasmer? Qu'en est-il des rêves, ou des fantasmes de la femme? Les femmes préfèrent-elles l'homme sans fantasme, qui va droit au but? Pourquoi au sein de notre société, aurait-on une tendance à se moquer de l'amoureux qui fantasme, qui ne peut pas se contenter de son seul acte mécanique, viril? La femme occidentale préfère-t'elle l'homme d'action, en se réservant pour elle seule le droit de (fantasmer) rêver, sous ses paupières fardées, à demi closes?....... Et qu'en est-il du troisième sexe?

Pourquoi reproche-t'on aux hommes de fantasmer? Qu'en est-il des rêves, ou des fantasmes de la femme? Les femmes préfèrent-elles l'homme sans fantasme, qui va droit au but? Pourquoi au sein de notre société, aurait-on une tendance à se moquer de l'amoureux qui fantasme, qui ne peut pas se contenter de son seul acte mécanique, viril? La femme occidentale préfère-t'elle l'homme d'action, en se réservant pour elle seule le droit de (fantasmer) rêver, sous ses paupières fardées, à demi closes?....... Et qu'en est-il du troisième sexe?

La Nouvelle Créature Tanguera ~ élection Miss Ocytocine 2017

"Si la version non expurgée de mon journal est publié un jour, ce point de vue féminin sera exprimé encore plus clairement.

 

Cela montrera que les femmes (et moi-même, dans le journal) n'ont jamais séparé l'acte sexuel du sentiment, et de l'amour de l'homme tout entier."

 

Anaïs Nin, Post-Scriptum, Vénus Erotica

Pourquoi dit-on que l'orgasme au féminin est différent de celui de l'homme? Cette différence découle-t'elle seulement de l'activité hormonale et de la disposition respective des organes sexuels de l'un et l'autre; ou bien obéit-elle davantage au rôle que femmes et hommes se répartissent plus ou moins scrupuleusement, inconsciemment, afin de respecter coûte que coûte la norme sociétale, la morale, par le biais d'un conditionnement collectif? L'homme propose, la femme dispose: l'homme initie-t'il toujours le jeu amoureux? la femme n'a-t'elle pour unique fonction que celle de transformer le jeu mécanique et sensuel du mâle pour faire descendre en ce dernier, par son offrande charnelle, son consentement, la volupté et puissance intérieure de son propre orgasme, l'énergie spirituelle qui le rendra encore plus amoureux et fervent amant ou fidèle mari?..... Le transgenre doit-il s'enfermer dans une case ou l'autre? doit-il passer obligatoirement par une THS (hormonothérapie), se faire opérer (castration et vaginoplastie), ou traverser une longue et coûteuse transformation plastique (chirurgie esthétique, implants mammaires), afin de se conformer au genre auquel il se sent appartenir, ou bien encore parce que sa position inconfortable d'androgyne, d'hermaphrodite, une vie sentimentale qui semblerait être difficile à vivre, voire désastreuse, ou néante, le regard et la pression de la société, finissent par l'y contraindre?

Pourquoi dit-on que l'orgasme au féminin est différent de celui de l'homme? Cette différence découle-t'elle seulement de l'activité hormonale et de la disposition respective des organes sexuels de l'un et l'autre; ou bien obéit-elle davantage au rôle que femmes et hommes se répartissent plus ou moins scrupuleusement, inconsciemment, afin de respecter coûte que coûte la norme sociétale, la morale, par le biais d'un conditionnement collectif? L'homme propose, la femme dispose: l'homme initie-t'il toujours le jeu amoureux? la femme n'a-t'elle pour unique fonction que celle de transformer le jeu mécanique et sensuel du mâle pour faire descendre en ce dernier, par son offrande charnelle, son consentement, la volupté et puissance intérieure de son propre orgasme, l'énergie spirituelle qui le rendra encore plus amoureux et fervent amant ou fidèle mari?..... Le transgenre doit-il s'enfermer dans une case ou l'autre? doit-il passer obligatoirement par une THS (hormonothérapie), se faire opérer (castration et vaginoplastie), ou traverser une longue et coûteuse transformation plastique (chirurgie esthétique, implants mammaires), afin de se conformer au genre auquel il se sent appartenir, ou bien encore parce que sa position inconfortable d'androgyne, d'hermaphrodite, une vie sentimentale qui semblerait être difficile à vivre, voire désastreuse, ou néante, le regard et la pression de la société, finissent par l'y contraindre?

La Nouvelle Créature Tanguera ~ élection Miss Ocytocine 2017

Les 7 règles de la nouvelle (genre littéraire), proposées par H. Engelhard:

 

1 - Ayez une idée

2 - Soyez vrai

3 - Suggérez, ne décrivez pas

4 - Partez vite

5 - Ayez la terreur d'ennuyer

6 - Créer un choc

7 - Laissez la porte ouverte

 

 

"Roman: nouvelle considérablement rembourrée."

Citation d'Ambroise Bierce

 

"Lorsque la nouvelle littérature règnera sans partage et que vous n'aurez plus d'histoires, vous n'aurez plus de héros."

Karen Blixen dans Contes d'hiver (1960)

La Nouvelle Créature Tanguera ~ élection Miss Ocytocine 2017

Vive la Nouvelle Année! Que 2017 nous soit joyeuse, prospère et sereine; une rentrée littéraire et artistique, belle et intense, pour Mademoiselle Plume!

Des citations, quoi de neuf? Des anciens paradigmes au renouveau sociétal, récréation:

 

 

"Certains prétendent qu'il n'y a plus de beauté dans le monde, plus de magie. Alors comment expliquer que le monde entier se rassemble le même soir pour fêter l'espoir d'une nouvelle année?"

Citation d'un personnage dans le film Happy New Year (2011), réalisé par Garry Marshall, avec Robert De Niro

 

"En cette nouvelle année, on ne demande pas grand-chose: du travail et de la santé."

Citation d'Albert Camus

 

 

"La femme est en train de fournir le modèle d'une nouvelle condition, non plus féminine mais humaine."

Camille Froidevaux-Metterie, Télérama, 25 février 2015

 

 

"Dans le tango, on ne voit que des figures qui s'ennuient et des derrières qui s'amusent."

Citation drôle de Georges Benjamin Clemenceau, homme d'Etat français (1841-1929)

 

"Le tango, je me demande pourquoi ça se danse debout."

Citation coquine de Sacha Guitry, dramaturge, acteur, metteur en scène, réalisateur et scénariste (1885-1957)

 

 

"A moins que nous mettions la liberté de se soigner dans la Constitution, le temps viendra où la médecine s'organisera en une dictature secrète. Restreindre l'art de guérir à une seule catégorie de personnes et refuser ce même privilège à d'autres constituera la Bastille de la science médicale."

Dr. Benjamin Rush, signataire de la Déclaration d'Indépendance, une des trois citations qui précèdent la table des matières du célèbre livre: "Le Miracle de la Détoxination" de Dr. Robert Morse

 

"Les anciens Grecs, d'avant Lycurgue, ne mangeaient que des fruits" (Plutarque) et "chaque génération atteignait l'âge de 200 ans." (Onomacrite d'Athènes)

Cités dans "Le Miracle de la Détoxination", Dr. Robert Morse, page 11, chapitre un, aux Editions Biovie, 34400 Saint Just, France, en collaboration avec l'association Régénère, ouvrage préfacé par Thierry Casanovas

 

 

"Si voter changeait quelque chose, il y a longtemps que ça serait interdit."

Coluche

 

"Il y a deux sortes de justice: vous avez l'avocat qui connaît bien la loi, et l'avocat qui connaît bien le juge."

Coluche, Le chômeur

 

"Technocrates, c'est les mecs que, quand tu leur poses une question, une fois qu'ils ont fini de répondre, tu comprends plus la question que t'as posée."

Coluche, L'étudiant

 

 

"Pour faire passer une idée, une bombe de peinture est plus efficace qu'une bombe au napalm."

Régis Hauser, Les murs se marrent

 

"Il faut se méfier des ingénieurs, ça commence par la machine à coudre, ça finit par la bombe atomique."

Marcel Pagnol, Critique des critiques

 

"Les bombes: je les préfère sexuelles, et les attentats, à la pudeur."

Frédéric Beigbeder, Au secours pardon

La Nouvelle Créature Tanguera ~ élection Miss Ocytocine 2017

Diglee? Des répliques amusantes, un monde carrément au féminin, qui arrondit nos angles, courbe nos lignes de vie parfois si droites, si rigides: voici quelques citations drôles, de la BD Girly, une artiste illustratrice, qui se présente également lectrice et féministe sur son célèbre blog

 

Diglee (Maureen Wingrove), est une illustratrice lyonnaise de BD pour nous, les filles - je dois désormais m'inclure dans la gente féminine puisque ma vie sociale, affective, artistique, sentimentale, sensuelle, publique, dans la rue, au bal, comme sur mon blog et chez moi, est devenue radicalement et délicieusement celle d'une femme, femme transgenre, certes, mais femme quand même. Ses bandes dessinées proposent un univers humoristique, frais, gai, poussé au féminin jusqu'à prendre le "risque" de nous voir flanquées des étiquettes habituelles, de bimbo, de blonde, de barbie girl, de sotte, de femme vénale, de précieuse ridicule, et le toutim, soit, alors! un univers GIRLY que je kiffe!

Drôle... Superficiel? Oui et non: il y a là-dessous, derrière les apparences trompeuses comme derrière les excès féminins, dans cette vie joyeuse, ou folichonne, de fille caricaturée, parfois à outrance, de personnage naïf qui fait les blagues de blonde, de créature écervelée, la profondeur du sentiment, cette profondeur que seuls les méandres féminins sont capables de nous faire toucher du doigt, profondeur, grâce et subtilité, sans doute inaccessibles pour certains hommes, pour ne pas dire la plupart? auxquelles les artistes, les garçons sensibles, ont accès, parfois d'une manière très éclairée, ce mystère établi à partir de l'art d'être une femme, qui aime jouer des artifices, des apparences, jongler avec les choses simples de la vie, ce savoir-faire et savoir-être au féminin qui tape sur les nerfs des hommes un peu misogynes ou un peu trop machos, surtout de ceux qui ont la fâcheuse tendance à ne penser qu'avec leur queue: on parle de fille candide, superficielle, voire écervelée, mais que dire alors de l'unique neurone de certains mecs, neurone qu'on ne trouvera même pas à l'intérieur de la boîte crânienne par ailleurs... peut-être dans le caleçon? Je leur souhaite! Je parle ici surtout de la violence "gratuite" de certains hommes.

Je le vis maintenant tous les jours, avec ma situation de "transsexuelle accessoirisée/travestie", ou de femme trans, histoire d'utiliser des étiquettes; je me trouve régulièrement, à travers ma vie quotidienne, dans la société, avec mes ami(e)s, dans un bar, en milonga, en faisant les courses, ou ailleurs, portée par des prétextes humoristiques, drôles, moi qui étais si sérieuse, si coincée, me voilà dédramatiser ma transidentité vécue au grand jour, en pantacourt débardeur court, vêtue d'une jupe rose, ou d'une robe échancrée, à plat comme dans des escarpins, à mes lèvres des réflexions pleines de dérision et d'autodérision, un bel éveil de conscience pour moi, et ça me rappelle Victor Hugo, sa définition de la "Forme" et du "Beau" dans l'Art contemporain, que j'ai cité je crois dans ma page "Adornos d'une plume romantique"...

Oui! Que j'aime la femme superficielle: elle a ce quelque chose de juste qui nous fait ressentir l'harmonie à laquelle chaque être humain aspire, nous  invite à assumer le droit à l'erreur, à l'échec, à porter des bas résilles, à défendre notre vulnérabilité notoire, à condamner les malotrus qui nous crachent dessus, à crier "ni pute ni soumise", qui respire encore la joie, la simplicité d'Être, avec son Prochain, avec Soi, avec Dieu..... un Chemin Juste vers la délivrance, le pardon, la compassion et... l'Amour. Girlie, blondinette naïve, ô l'idiote, ô la garce, l'araignée, la louve, la mante religieuse, la tigresse... la femme irrationnelle? Une éveilleuse des consciences, une magicienne qui nous oblige à quitter ce mental qui a l'air bien atrophié chez l'homme occidental, et générateur d'idées tordues et de violences quotidiennes...

 

 

Les citations GIRLIE de Diglee:

 

"J'ai à peu près autant de recul sur mes fringues qu'une gogo danseuse de casino à Las Vegas... mais je me soigne!"

Diglee, Confessions d'une Glitter Addict

 

"Si tu avais un voeux... un seul! Ce serait quoi?

- Mmh...

- Fais pas genre tu réfléchis...

- Être riche.

- Je le savais!"

Diglee, Autobiographie d'une fille Gaga

 

"Putain mais meuf!!! t'es sérieuse?! Comment j'y crois, moi, à votre bordel de prince charmant, maintenant?! Hein?!! Faut faire quoi pour garder un mec dans ce pays pourri?! Tu m'expliques?"

Diglee, Forever Bitch

 

"Mmh, vous êtes venue jusqu'ici dans cette tenue?...

- Ouiii !!! ça vous plaît? Bon, j'ai fait sobre parce que je prenais le bus."

Diglee, Confessions d'une Glitter Addict

 

"L'amour le plus fort ne réside pas exclusivement dans la tendresse et la compréhension. Il va parfois se loger bien plus loin, dans la violence et la perte de soi... Dans l'absence."

Diglee, George Soichot, à Renaud

 

La Nouvelle Créature Tanguera ~ élection Miss Ocytocine 2017

Quid de la sexualité humaine et des amours entre le sexe fort et le beau sexe?

Sexo-citations:

 

"Entre le roman sensuel et le roman sexuel, il y a cet écart essentiel, que le premier voit dans la vie du sexe la chose la plus curieuse du monde, le second la chose la plus sérieuse du monde."

Albert Thibaudet

 

"Sur toute expérience nouvelle, règne la permanence d'un danger."

Philippe Labro, Quinze ans

 

"L'éducation confère aux femmes le privilège de retrouver à chaque nouvelle aventure amoureuse l'essentiel de leur virginité: la pudeur."

Sacha Guitry

 

"Chaque Dame a ses dons et remplit bien sa place

L'une a la majesté, l'autre a la bonne grâce,

L'une a tous les traits beaux, l'autre un teint délicat

L'une a de l'agrément, l'autre beaucoup d'éclat

Enfin le Ciel a fait, pour charmer tout le monde

La belle, l'agréable, et la brune, et la blonde,

Mais jusques à présent nul n'a pu décider

Entre tant de beautés laquelle doit céder"

Ovide, Les Amours d'Ovide de Gabriel Gilbert

 

"Le sexe masculin est ce qu'il y a de plus léger au monde, une simple pensée le soulève."

San-Antonio

 

"Il y a un siècle pour les blondes, un autre pour les brunes, et le partage qu'il y a entre les femmes sur l'estime des unes ou des autres fait aussi le partage entre les hommes dans un même temps sur les unes et sur les autres. La mode même et les pays règlent souvent ce que l'on appelle beauté."

Blaise Pascal, Discours sur les passions de l'amour

 

"Seul le battement à l'unisson du sexe et du coeur peut créer l'extase."

Anaïs Nin

 

"L'amour ressemble à s'y méprendre au mécanisme des bombes atomiques, deux morceaux de matière fissile rassemblés brusquement pour atteindre la masse critique. Réaction en chîne. Haute énergie."

Maurice Georges Dantec, Les Racines du mal

 

"Au-dessous de la ceinture elles sont centauresses bien que femmes au-dessus; en haut règnent les dieux mais en bas tous les démons: là, c'est l'enfer, ténèbres, abîmes sulfureux, brûlure, bouillonnement, puanteur, consomption."

William Shakespeare, Le Roi Lear

 

"L'indifférence est ce que le beau sexe pardonne le moins aux hommes."

Henri Frédéric Amiel, Fragments d'un journal intime

 

"Rien n'est pur ou impur de soi. La même salive fait le crachat ou le baiser; le même désir fait le viol ou l'amour. Ce n'est pas le sexe qui est impur: c'est la force, la contrainte."

André Comte-Sponville, Petit traité des grandes vertus

 

"Mon mari est sexuel. Je suis sensuelle. Je considère évidemment que la sensualité est une étape supérieure. L'animal est sexuel, le barbare aussi."

Claire Fourier, Métro Ciel, Vague conjugale

 

"L'amour est la clef de tout. Pas le sexe, pas la chiennerie que l'on confond un peu trop, ces temps-ci, avec la liberté d'aimer."

René Barjavel, France-Soir Magazine, 13 octobre 1984

 

"Les types n'arrivent pas à admettre qu'ils puissent rester toute leur vie avec la même femme. La solution est simple: il faut qu'elle soit bonniche et putain, vamp et lolita, bombe sexuelle et vierge effarouchée, infirmière et malade."

Frédéric Beigbeder, Mémoires d'un jeune homme dérangé

 

"Il faut être philologue, métaphysicien, mystique, artiste peintre ou obsédé sexuel pour préférer les Grecs aux Latins."

Amélie Nothomb, Péplum (1996)

 

"Mais, en réalité, l'avarice, l'ambition, le désir sexuel, etc..., sont des sortes de délire, quoiqu'on ne les range pas dans les maladies."

Baruch Spinoza, L'Ethique (1677)

 

"Gentilhomme. Article produit par la nature pour les riches jeunes filles américaines qui ambitionnent d'encourir une nouvelle distinction sociale et de supporter la haute société."

Ambrose Bierce, Le dictionnaire du Diable

 

"Le sexe est le plus illogique des besoins."

Björk

 

"Les femmes ne disent pas toujours des sottises quand elles parlent des hommes, mais c'est aussi sans doute parce que les femmes se préoccupent des hommes toute la journée et que l'homme ne s'en préoccupe que dans la marge de ses appétits?"

Jacques Brel, entretien radioscopie de Jacques Chancel, le livre du souvenir, par Martin Monestier, France Loisirs avec l'autorisation des éditions Tchou

La Nouvelle Créature Tanguera ~ élection Miss Ocytocine 2017

L'amour sous toutes les coutures dans la chanson française, paroles, extraits:

 

"Une robe de cuir comme un fuseau

Qu'aurait du chien sans l'faire exprès

Et dedans comme un matelot

Une fille qui tangue un air anglais

C'est extra

un moody blues qui chante la nuit

Comme un satin de blanc marié

Et dans le port de cette nuit

une fille qui tangue et vient mouiller"

Léo Ferré, C'est extra

 

"Quand la poussière aura effacé nos pas

Que la lumière ne viendra plus d'en-bas

Ceux qui viendront visiter notre ici-bas

Ne comprendront pas ce qu'on faisait là

Mais ça ira

ça ira

On nous trouvera

Dans les positions d'Kâmasûtra

En se demandant ce qu'on faisait là

On nous demandera

D'où vient d'où l'on va

Et caetera"

Michel Polnareff, Kâma Sûtra

 

"Tu fus le premier homme

Qui m'ait, chaste et pure, tenue dans ses bras.

Oui, ça te fais sourire,

Ben souris, mon bonhomme,

Mais ça, c'est une chose

Qu'une femme n'oublie pas.

Ah oui, j'étais pure!

C'était ridicule.

Des choses de la vie,

J'savais rien de rien,

A ce point que toi,

Pourtant, qu'est pas un hercule,

Ben, ce que tu m'faisais,

J'trouvais ça très bien."

Barbara, D'elle à lui

 

"Métamorphose inouï métempsychose infâme

Les joies charnell's me perdent

C'est le tonneau des Danaïd's changé en femme

Les joies charnell's m'emmerdent

J'en arrive à souhaiter qu'elle se dévergonde

Les joies charnell's me perdent

Qu'elle prenne un amant ou deux qui me secondent

Les joies charnell's m'emmerdent

Or malheureusement la bougresse est fidèle

Les joies charnell's me perdent

Pénélope est une rouleuse à côté d'elle

Les joies charnell's m'emmerdent"

Georges Brassens, La nymphomane

 

"J'la croise tous les matins,

Cinq heures quarante.

Elle va prendre son train et moi j'rentre.

Elle commence sa journée toujours à l'heure.

Moi, la lumière me fait peur.

Elle a cette assurance inaccessible

De ceux qu'ont d'la chance de naissance.

Elle est belle comme les filles du jour,

Comme celles qui n'ont rien à cacher.

Et moi j'attends toujours, avant de rentrer,

Juste pour la regarder.

A la voir on devine des enfants coiffés,

Un homme, l'odeur du café,

La vie qu'on imagine, avant de plonger,

Celle que j'naurais jamais."

Johnny Hallyday, J'la croise tous les matins

 

"Que c'est bon d'être demoiselle

Car le soir dans mon petit lit

Quand l'étoile Vénus étincelle

Quand doucement tombe la nuit

Je me fais sucer la friandise

Je me fais caresser le gardon

Je me fais empeser la chemise

Je me fais picorer le bonbon

Je me fais frotter le péninsule

Je me fais béliner le joyau

Je me fais remplir le vestibule

Je me fais ramoner l'abricot."

Colette Renard, Les nuits d'une demoiselle

 

"Pour que point l'on ne voie

Le sourire entendu

Qui fera de vous et moi

De très nobles cocus

Pour nous faire oublier

Que les putains les vraies

Sont celles qui font payer

Pas avant mais après

Pour qu'il puisse m'arriver

De croiser certains soirs

Ton regard familier

Au fond de mon miroir."

Jacques Brel, L'air de la bêtise

 

"C'est encore un de ces soirs

Où j'ai mon coeur d'automne

Où je viens chercher ton amitié d'homme

Combien de fois j'ai poussé ta porte

En sanglots

Et bu dans ton verre

L'alcool qui réconforte

Les mots faut bien qu'ils sortent

Là j'aimerais tellement

Être un mystère

Et que tu me parles

Comme à un être cher

Cher au-delà

De notre entente

Que tu aies de moi

Un besoin si tendre

Une envie si tendre"

Patricia Kaas, Fais-moi l'amitié

 

"Mon préféré c'est celui d'Lucette

Le seul qui ait des senteurs de violette

Quand j'le vois pas d'une semaine je pleure

C'est vraiment lui le cul de mon coeur"

Pierre Perret, Le cul de Lucette

 

"Moi je voudrais des chambres pleines

Où je m'étendrais toute nue

Cerclée de chiennes et de chaînes

Buvant des boissons inconnues

Des boissons de vie et de mort

Des coupes pleines à ras bord

Où poser mes lèvres mouillées

Sur des sofas agenouillée

Moi je voudrais un noir esclave

Aux dents blanches fortes et cruelles

Qui partagerait mes entraves

Et qui m'emmènerait au ciel"

Serge Lama, L'esclave

 

"Lorsqu'elle n'a sur sa langue

Que le petit bâton

Elle prend ses jambes à son corps

Et retourne au drugstore

Pour quelques penny Annie

A ses sucettes à l'anis

Elles ont la couleur de ses grands yeux

La couleur des jours heureux

Lorsque le sucre d'orge

Parfumé à l'anis

Coule dans la gorge d'Annie

Elle est au paradis"

Serge Gainsbourg, Les Sucettes

 

"Pas trop vite

Sachez me convoiter

Me désirer

Me captiver

Déshabillez-moi

Déshabillez-moi

Mais ne soyez pas comme

Tous les hommes

Trop pressés

Et d'abord, le regard

Tout le temps du prélude

Ne doit pas être rude, ni hagard

Dévorez-moi des yeux

Mais avec retenue

Pour que je m'habitue, peu à peu..."

Juliette Gréco, Déshabillez-moi

 

"Voyant qu'il ne s'excitait guère

Je l'ai insulté sauvagement

J'y ai donné tous les noms d'la terre

Et encore d'autres bien moins courants

ça l'a réveillé aussi sec

Et il m'a dit: arrête ton charre

Tu m'prends vraiment pour un pauvre mec

J'vais t'en refiler d'la série noire

Tu m'fais mal Johnny Johnny Johnny

Pas avec des pieds zing!

Tu m'fais mal Johnny Johnny Johnny

J'aime pas l'amour qui fait bing"

Magali Noël et Boris Vian, Fais-moi mal Johnny

 

"Moi j'essuie les verres

Au fond du café

J'ai bien trop à faire

Pour pouvoir rêver

Et dans ce décor

Banal à pleurer

C'est corps contre corps

Qu'on les a trouvés

On les a trouvés

Se tenant par la main

Les yeux refermés

Vers d'autres matins

Remplis de soleil

On les a couchés

Unis et tranquilles

Dans un lit creusé

Au coeur de la ville

Et je me rappelle

Avoir refermé

Dans le petit jour

La chambre d'hôtel

Des amants d'un jour

Mais ils m'ont planté

Tout au fond du coeur

Un goût de leur soleil

Et tant de couleurs

Que ça m'a fait mal

Que ça m'a fait mal"

Edith Piaf, Les amants d'un jour

 

"A l'heure où naît un jour nouveau

Je retrouve mon lot

De solitude

J'ôte mes cils et mes cheveux

Comme un pauvre clown malheureux

De lassitude

Je me couche mais ne dors pas

Je pense à mes amours sans joie

Si dérisoires

A ce garçon beau comme un dieu

Qui sans rien faire a mis le feu

A ma mémoire

Ma bouche n'osera jamais

Lui avouer mon doux secret

Mon tendre drame

Car l'objet de tous mes tourments

Passe le plus clair de son temps

Aux lits des femmes

Nul n'a le droit en vérité

De me blâmer de me juger

Et je précise

Que c'est bien la nature qui

Est seule responsable si

Je suis un homo

Comme ils disent."

Charles Aznavour, Comme ils disent

La Nouvelle Créature Tanguera ~ élection Miss Ocytocine 2017
Obsession & Souffrance ~ Addiction aux plaisirs (ou aux vices) de la chair, quand le sexe devient une drogue dure, témoignage de Jérôme, extrait:

 

Question: Pourquoi avoir choisi une prostituée pour votre première relation?

Réponse: A cause de mes échecs affectifs précédents, j'en étais venu à penser que les prostituées étaient la seule solution pour aller plus loin avec une femme... Mais même là, ce n'était pas gagné! La toute première fois, il ne s'est rien passé: je me suis rendu compte en cours de route que c'était un transsexuel! Et ça n'était vraiment pas mon truc. La fois suivante, j'ai donné rendez-vous par Internet à une escorte, qui n'est n'est jamais venue! A ma troisième tentative, il a fallu que je m'y reprenne à plusieurs fois. J'étais Porte de Saint-Cloud, en train de prendre l'essence, quand j'ai remarqué une jolie femme qui marchait de long en large sur le trottoir. Je me suis tout de suite demandé ce qu'elle faisait. J'avais l'impression qu'elle attendait des clients, mais je n'en étais pas totalement sûr, j'ai eu peur de l'aborder et de commettre une bévue. Alors je suis parti... mais je suis revenu le lendemain soir. Elle était toujours là. Et cette fois, j'ai réussi à lui parler. Elle m'a emmené dans un petit hôtel et nous avons eu une relation sexuelle. C'était plutôt agréable, mais c'était sans âme, tarifé... Je ne connaissais rien aux femmes, encore moins aux prostituées, mais je voyais qu'elle n'allait pas bien. Après avoir eu ce premier rapport sexuel, j'ai essayé de discuter avec elle. Pas facile. Elle était roumaine, et son anglais n'était pas très bon, mais j'ai compris qu'elle faisait le trottoir contre son gré; un réseau de prostitution lui avais pris son passeport. Elle ne quittait pas sa petite chambre d'hôtel de la journée. Son histoire était assez sordide. Quand elle n'allait pas recruter ses clients à la sortie du périphérique, les types du réseau lui en envoyaient. Evidemment, elle ne pouvait presque rien garder de l'argent que lui donnaient les hommes. Un gros bras passait la racketter tous les jours. Je ne sais pas ce qui m'a pris, mais j'ai proposé de l'aider. Je lui ai donné rendez-vous le lendemain à côté de l'hôtel. Je l'ai directement emmenée à son ambassade et je l'ai hébergée quelques jours chez moi, le temps qu'ils lui refassent un passeport. Là, nous avons d'ailleurs eu des rapports plus charnels que la première fois, un début de véritable échange, mais qui n'a pu durer. J'avais demandé à un ami de me prêter de l'argent afin de lui payer son billet d'avion pour rentrer en Roumanie. Et je crois qu'elle a pu rentrer. J'étais très fier.

Les sex-addicts, Quand le sexe devient une drogue dure, Témoignages, Florence Sandis avec Jean-Benoît Dumonteix, préface de Marc Valleur, Editions Hors Collection, 2012, pp 54-55

La Nouvelle Créature Tanguera ~ élection Miss Ocytocine 2017
Pourquoi les femmes sont plus près de l'illumination que les hommes

 

"Les obstacles sur le chemin de l'illumination sont-ils les mêmes pour les hommes que pour les femmes?

 

Oui, mais de manière différente. Dans l'ensemble, il est plus facile pour une femme de sentir son corps et de l'habiter. Par conséquent, elle est naturellement plus près de l'Être et donc potentiellement plus près de l'illumination qu'un homme. C'est pourquoi de nombreuses cultures anciennes choisissaient instinctivement des personnages ou des symboles féminins pour représenter ou décrire la réalité transcendantale. Cette dernière a souvent été symbolisée par la matrice qui donne naissance à toute chose dans la création et qui la sustente et la nourrit durant sa vie en tant que forme. Dans le Tao-te-king, un des plus anciens et plus profonds livres jamais écrits, le tao, qui pourrait se traduire en français par "Être", est décrit comme "l'éternel et infini présent, la mère de l'univers". Les femmes lui sont plus proches que les hommes de par leur nature puisqu'elles "incarnent" virtuellement le non-manifesté. Qui plus est, toutes les créatures et toutes les choses doivent retourner à la source. "Toutes les choses se fondent dans le tao. Seul celui-ci se perpétue." Vu que la source est considérée comme étant de nature féminine, on attribue à cet archétype féminin les polarités de la lumière et de l'ombre à la mythologie et en psychologie. La déesse ou la divine mère a deux aspects: elle donne la vie et elle la reprend.

Lorsque la pensée prit le dessus et que les humains perdirent contact avec leur essence divine, ils se mirent à imaginer Dieu sous une forme masculine. La société devint peu à peu à dominance masculine, la femme étant soumise à celle-ci."

Le Pouvoir du Moment Présent, Eckhart Tolle, Guide d'éveil spirituel, J'ai lu, pp 181-182, extrait

La Nouvelle Créature Tanguera ~ élection Miss Ocytocine 2017
Petite graine de maestra, petite reine de milonga: élection Miss Ocytocine 2017!

 

Federica, histoire de faire plus "argentine"! Femme du bal, fille du tango... une danseuse dans le sud-est de la France

La Nouvelle Créature Tanguera ~ élection Miss Ocytocine 2017
Ma citation préférée sur le tango argentin, qui se marie fort bien avec mon esprit gothique: "Le tango est foncièrement baroque: l'esprit classique avance droit devant lui, l'esprit baroque s'offre des détours malicieux, délicieux. Ce n'est pas qu'il veuille arriver plus vite. Ce n'est même pas qu'il veuille arriver. C'est qu'il veut jouir du voyage."  Citation d'Alicia Dujorne Ortiz

Ma citation préférée sur le tango argentin, qui se marie fort bien avec mon esprit gothique: "Le tango est foncièrement baroque: l'esprit classique avance droit devant lui, l'esprit baroque s'offre des détours malicieux, délicieux. Ce n'est pas qu'il veuille arriver plus vite. Ce n'est même pas qu'il veuille arriver. C'est qu'il veut jouir du voyage." Citation d'Alicia Dujorne Ortiz