Le jour où il m'a fait l'amour

Publié le par Frédérique Violette alias Mademoiselle Plume

Le jour où il m'a fait l'amour

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

Quelle péripétie! le jour où cet homme m'a fait l'amour, renversé les hormones, toute la nuit pour me faire devenir femme, comme un dieu, sans acrobaties ni grandes aventures, il m'a fait mal, m'a aimée de son mieux; mise à nu sans faire de chichis, j'étais une femme bien maquillée, parfumée, accessoirisée, secouée dans le lit, ma testostérone s'est transformée en oestrogènes, j'ai dit aïe! quand il m'a prise comme si je n'étais que de la viande, quand j'ai compris que je faisais partie de son carnet privé déjà bien rempli.

Tel est mon journal intime: périples romantiques où l'amour met sans dessus dessous les hormones d'une femme bien mise, transformée, transfigurée,  artificieuse ou artificielle, sous un maquillage pimpant,  une bouche rose à la fontaine de Vaucluse, le rouge aux lèvres, le violet aux paupières, sourcils épilés façon do it herself, une fille en mode make up at home, affriolante et catastrophique, énamourée pour un oui pour un non, sous cyclothymie portègne et séquestrée au sein d'une danse hormonale, qui le jour habille son coeur, et livre ses nuits fardées et parfumées dans l'intimité de son alcôve poétique...

 

En remontant ésotériquement le temps entre Sade et Mistral - même si pour cette fois-ci je ne suis pas une étudiante morte de froid dans la rue du bon martinet - mais quand même, sur les pavés avignonnais, comme attachée à l'Obélisque de Buenos Aires, un édicule, une histoire d' Ô Tango Mon Amour! en évitant soigneusement d'être empalée comme il faut telle une perle rare, et une précieuse ridicule par la même occasion, sur un fil conducteur qui vous électrise l'échine, sur le pont d'Avignon, juste en face de Montevideo, là, on y danse, on  y danse tous en rond, ma dernière danse, ma première fois, vierge je veux dire dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, et pour relancer l'intrigue, piétiner boussole sur place de l'Horloge, briser les os sur la roue de l'éternel bal, remonter le Rhône, remonter le cours du temps, voyage astral ou réminiscences d'une vie antérieure, valse glaciale avant les eaux-fortes, bien avant les sept fous, une folle de 1880 dans une maison close d'un quartier de Buenos Aires, sous injections poétiques, sous hormones argentines, sous mauvais traitements, coups et blessures et tentative de viol à l'intérieur d'un abrazo sulfureux, grotesque et outrageant, dans une étreinte à la poigne grivoise et harcelante, je suis une princesse, l'orpheline française abandonnée tout juste après la naissance du tango argentin, une petite reine de la milonga qui a oublié quelques orgasmes à la fin du dix-neuvième siècle, une femme égarée dont le fond de teint dégouline entre les doigts adipeux de quelques salauds, une pauvre fille de Provence diluée le long de la promenade spatio-temporelle de notre inconscient collectif, ses jouissances, ses cris.

Pourtant, je lui ai dit non.

 

Cinquante nuances de Fred, ou les malheurs aux douces sucreries de Mademoiselle Plume, une miss du jour portée aux nues, une miss ocytocine mal aimée. Quand Frédérique fait l'arc-en-ciel avec amour et dérision... ou comment faire l'amour dans l'exubérance et la poésie.

 

50 péripéties bariolées, mystiques, où je confonds l'érotisme et l'ésotérisme, la profondeur du vers et de la rime avec la musicalité agaçante d'une bimbo.

 

Mais on parle bien de sentiments?

 

Les cent vingt journées de sauts d'hommes, et gomme hors du temps et de l'espace les aspérités d'un voyage troublé, d'une féminité troublante et oublieuse de ma biologie bancale, d'un chemin escarpé vers ma sensualité poudrée, colorée, accessoirisée, de mon squelette construit tout en finesse, à la cambrure trop prononcée, d'un départ sans retour à destination d'une féminité exacerbée, exacerbante, tandis qu'en catimini ma testostérone se mute en cachette en oestrogène, un voyage avec billet simple, onirique et onéreux, une introspection empreinte de délicatesse spécifiquement gothique, - à quoi bon de faire le tour du monde si l'on n'a pas fait une seule fois le tour de soi-même? - une auto-pseudo-analyse à travers laquelle la lolita luciférienne s'oppose aux sataniques méfaits du monde extérieur, fort heureusement il y a ce jour d'amour duquel ont jailli...

... 50 doigts pour des étreintes qui me déshabillent, 120 robes à essayer au palais des chimères et des vices, mille et une nuits d'amour, ou de colère, de frustrations et de jalousies, de joies sombres, de larmes transcendées, de rancoeurs et d'orgasmes, avec ma plume amoureuse pour étaler l'encre pourpre de mes yeux, le pinceau aux poils de blaireau pour dissimuler mes insomnies, et la houppette qui étale la poudre d'étoile sur mes cicatrices, plaies et sutures à demi défaites...

Je lui ai dit non, mais il m'a forcée à faire l'amour avec lui toute la nuit.

Et le jour d'après...

 

Confession: la première fois qu'un homme me fait l'amour 50 nuances d'une novice 120 journées qui font qu'il n'y a pas de mal à se faire du bien des amants des hommes mariés des rencontres sans lendemain journal secret d'une femme mtF blonde dévergondée égarée entre Lesbos et Sodome, lettres coquines d'une poétesse écrivaine artiste gothique et danseuse du Vaucluse

 

Souvenirs diffus  du jour où il m'a fait l'amour... mémoire dénudée d'une journée qui n'en finit plus... Les cinquante nuances d'une blonde à moitié vierge, les cinquante tableaux d'une gourgandine qui aime faire l'amour en des lieux insolites, des endroits non répertoriés par la raison bourgeoise, cinquante versets et les hormones en ébullition, et avec ça, peut-être, les cent-vingt rimes riches d'une pauvre petite orpheline qui rêve d'un château dans le Vaucluse et de quelques princes charmants pour égayer ses nuits de fille chaste et de voisine célibataire...

Cinquante nuances de rose...

 

ou les péripéties hormonales et poétiques d'une femme vêtue, maquillée, parfumée et accessoirisée selon les goûts de certains hommes

 

Le jour où il m'a fait l'amour ~ Poème épique / slam long, carnet intimiste et gothique: voici la mise à nu romantique d'une âme féminine...

 

Le jour où il m'a fait l'amour
Le jour où il m'a fait l'amour
Le jour où il m'a fait l'amour

 

I

Le jour où il m'a fait l'amour, des étincelles

 

La vague une amertume et la chaîne à mon coeur

Ont eu raison des frontières, et du faux bonheur

Que fière, j'avais posés devant ses ritournelles

D'inconnu tombé sous les charmes effrontés

D'un banci qui s'est voulu belle et honorée.

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

II

Belle farce à contretemps face contre terre

 

Ce jour où il m'a fait l'amour au détriment

D'un quotidien chaste où j'adorais seulement

Avoir une peau toute autre sous des faux airs

Avoir ce mystère élu, à corps défendant,

De la femme et encor sa vie et ses tenants.

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

III

Une étincelle et du frisson quand de sa vague

 

Sont nées troublantes infinies lames de fond

Et las, amer au coeur de mes chairs, se confond

Surpris le traître qui lâche aussitôt la dague

Le jour où d'amour il s'est glissé dans mes creux

Etroits que je lui livrais pour faire un heureux.

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

IV

Amertume aux chaudes saccades écoulée

 

Au fond tout au fond de mes gorges déployées

Liqueur inattendue dès lors que je quittais femme

- cette ancienne vie - quand j'ai retroussé mon âme

Traversé miroir et désert, hijra dont il

Renversa le songe vexé d'un bel exil.

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

V

Inconnu tombé sous les charmes effrontés

 

D'une sombre élégie de mon corps éhonté

J'ai ouvert ma porte et... il est entré. Un diable

J'ai connu la femme amoureuse et adorable

Demeurée ouverte où bien d'autres m'ont testée

Devenue femelle un soir je le suis restée.

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

VI

Indicibles et troublantes lames de fond

 

Mon exil a été si long jusqu'à Violette

Un moindre mal: agaçantes larmes de fond

Est venu le jour où il m'a rendue coquette

Est venu le cri sous son dard inespéré

Mettant terme à mon exil. Enfin! Respirer.

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

VII

Un corps d'homme, un corps frêle, dans une âme de femme

 

Un corps frêle au poids plume, cet homme efféminé!

Le poids du passé, vie que je pensais infâme

Une double vie passée, maigre blondinet

Doux, menu, avec ce quelque chose en travers

Créature ondulante à la façon d'un ver.

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

VIII

Mourir avant Nouvel An mourir pour minuit

 

Mort du trente-et-un décembre après rituel

Quatorze hivers, soit deux cycles, sortir de la nuit

La mort. Accouchement - processus factuel

Précieuse ridicule ornementée aux lobes

Je meurs de ma vieille vie. Perle rare à l'aube...

 

Le jour où il m'a fait l'amour
Le jour où il m'a fait l'amour

 

IX

Je m'oublie je m'abandonne aux quelques minutes

 

Qu'ils me volent, quelques heures - égarée au milieu

De ce qu'il décide, lui - entre leurs mains hirsutes

J'en oublie mon propre plaisir pourvu qu'aient lieu

leur victoire et leurs petites morts! J'abandonne

Mes réclamations larmoyante ô je me donne!

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

X

Amant sans patience, fais-moi l'amour fais-moi mal

 

J'aime tes absences, de ma vertu les malheurs

Aimant collé à ma peau dru dur un beau mâle

Sur une fille artificielle et gaie un leurre

Erigé tu glisses (à mon oreille) l'anathème

- Ah ma petite Violette! dis-tu, que je t'aime!

 

Le jour où il m'a fait l'amour
Le jour où il m'a fait l'amour

 

XI

Plutôt fuir les hommes curieux mariés ils viennent

 

Ils vont arracher cris et pleurs gémissements

Une plainte longue et langoureuse et ne tiennent

Qu'à leur noire obsession sous mes vomissements

J'en oublie rose exaltation pourvu qu'ait lieu

Leur petite mort dans ma chair aux beaux milieux.

 

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

XII

- Ah ma petite Violette! dit-il, que je t'aime!

 

- Pareil! ô mon amant mon prince mon violeur

Mais aucun n'a décliné de généreux thème

Pressés qu'ils étaient d'en finir ces vils miauleurs

Qui vous ronronnent, le neurone à vif - Tiens cochonne!

Suis-je donc la valseuse de secours leur chaconne?

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

XIII

Balle perdue de Verlaine à destination

 

De Rimbaud mais moi je ne peux leur en vouloir

Car sur cette invisible et discrète nation

Du libertinage masculin des couloirs

De hammam sombres bois parking chambres d'hôtel

J'ignorais tout novice leur servais d'autel.

 

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

XIV

Rectum frêle silhouette à la peau blanche huilée

 

Muqueuses parfumées garnir hanches et lèvres

Vagin tous mes aspects de l'homme annihilés

Corps accessoirisé de Sir Seguin la chèvre

A l'orée des chênes me faisant les yeux doux

Ma féminité attend faut-il partir? d'où?

 

Le jour où il m'a fait l'amour
Le jour où il m'a fait l'amour

 

XV

Un corps frêle un garçon dans une âme de fille

 

Mise au pied du mur ventre et face contre terre

Mise à nu des pieds au front leurs vents de folie

Ont volé mon coeur vous m'invitez à me taire

Belle farce à contretemps face contre mur

Ceinte et captive cueillie je suis un fruit mûr.

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

XVI

Que je tire ma révérence au bal nuptial

 

Qu'auguste altier votre geste irrévérencieux

Ait pressé mon coeur naïf aux septièmes cieux

Ô mon Roi mon Amant et cher Monsieur martial

Je ne ferai plus cette erreur de vous céder

Mon âme à vaincre ses peurs soi-même s'aider.

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

XVII

En lolita conquise excitante amoureuse

 

Je vous fais à corps défendant la révérence

Ô mon Roi vous qui me soumettez rêve errances

Vous réussissez à combler mon rêve heureuse

A me rendre à l'évidence imposer vos lois

Sur mes errances les remplir de bon aloi.

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

XVIII

Pas d'ouvertures possibles sans tes caresses

 

Laisse-moi le temps glisse-toi d'une paresse

Qui fait se lever des montagnes sans forcer

Laisse-toi venir non! retires-toi orser

N'est pas jouer tu me fais mal mon vilain mâle

Jette un oeil j'ai des accessoires dans la malle.

 

Le jour où il m'a fait l'amour
Le jour où il m'a fait l'amour

 

XIX

- Tu es une fleur du mal petite Violette

 

- Une possédée du tango plutôt! beau prince

Ô mon ami! et votre esclave sur sellette;

Après la fessée il reprend: - pour toi j'en pince

Mais pour toi - aïe! - je ne ferai aucun effort!

Dans l'art et façon de me soumettre il est fort.

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

XX

Hystérie d'une fille à marier lolita

 

Hystérique un peu trop chaste aux airs de princesse

Mariage de raison devenir Conchita

Demeurer chaste et sous clef servante sans cesse

Chasteté d'une ladyboy émasculée

Et dans le cachot d'un mari être acculée.

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

XXI

Une philosophie dans le boudoir soubrette

 

Du vice et d'un marquis dans les couloirs sordides

D'un dix-neuvième siècle en lugubres sornettes

Des sofas d'antiquaire et des éphémérides

Pour recenser les sécrétions et les fragrances

Du crime et du viol des chairs lacérées et rances.

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

XXII

A vingt-et-un ans j'ai dîné chez un médium

 

A trois reprises: soirées passionnantes et vraies

Puisque je me souviens encor de son nom d'homme

Clairvoyant qui ma bonne graine de l'ivraie

M'a proposé de commencer à séparer

Des vies antérieures et des anges m'a parlé...

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

XXIII

Moi je veux vivre une vie banale de femme

 

Abondante testostérone appareillant

Monstrueusement ma charpente ourlée de dame

A contre-courant remonter en éveillant

Les synaptiques chemins fleuris et ourdir

Une métamorphose à rebours c'est pour dire!

 

Le jour où il m'a fait l'amour
Le jour où il m'a fait l'amour

 

XXIV

Je n'étais pas le bourreau mais l'inquisiteur

 

Telle a été l'une de mes vies antérieures

Du Saint-Office en garderais-je un souvenir?

Non fut réponse à ma question: vais-je devenir

Un écrivain? - tu ne seras pas publié

Mais tes vies vont être par ta plume reliées.

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

XXV

Poëtesse et danseuse de tango en France

 

Frédérique Violette, femme de Lettres, écrivaine

Combien d'amours sans lendemain et de souffrances

De brèves rencontres, d'hommes trop fades, de nuits vaines

De minutes redoutées tandis qu'ils jouissaient

Pour permettre à mon étendard de se hisser?

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

XXVI

Moi je voulais savoir si j'étais une femme

 

(Abondante testostérone enorgueillie

Malheureusement sur ma pente ourlée de dame

A contre-courant qui était ainsi cueillie

Par sympathiques beaux mecs époux et curieux)

Connaître ce féminin en moi... impérieux!

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

XXVII

Deux hommes dans un lit d'hôtel pour un massage

 

Deux hommes, comme deux filles, j'ai compris ce jour-là

Que je n'étais pas du tout réversible et sage

Je ne partage pas mon rôle qui pour la

Peine et l'indomptable posture me rapproche

De la gente féminine - asseoir mon encoche.

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

XXVIII

La chasteté est ce quelque chose de bien

 

Qui me rapproche de la femme et de la vierge

Cette hystérie des mille et une nuits eh bien

Me renvoie donc à la chambrière aux dix verges

Aux morsures d'un fouet aux sillages rougeâtres

De la badine et au feu promis de mon âtre.

 

Le jour où il m'a fait l'amour
Le jour où il m'a fait l'amour

 

XXIX

Fière d'arborer mon altocalciphilie

 

Perle rare et dorée précieuse ridicule

Précieuse pierre du tango un édicule

Baignée sur talons hauts dans ma gynéphilie

Soulagée! vêtements d'homme que j'ai jetés

Pour construire sereinement mon gynécée.

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

XXX

Comment séduire un homme élégant et gentil?

 

Les hommes ça va ça vient puis on n'en veut plus

Pas des comme ça en tout cas petits plats lentilles

Courgettes et carottes, ails oignons un peu plus

Je suis bonne à marier: mettre l'huile d'olive

Une entrecôte pour lui pour moi les endives.

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

XXXI

Je suis une nouvelle amie dans le tango

 

Comme à la ville une nouvelle amie docile

Adorable je ne fais pas la difficile

Douce, belle amie qui perd toujours au jeu de go

Câline en jouant aux dames, échec à mon Roi

Et mat: blonde à l'intérieur d'un cheval de Troie.

 

Le jour où il m'a fait l'amour
Le jour où il m'a fait l'amour

 

XXXII

De l'Arlésienne selon Daudet à la Mireille de Mistral

 

Entre Justine ou sa vertu et ses malheurs

Et Madame de Saint-Ange, du Marquis de Sade

De Mérimée sa Carmen gitane en chaleur

Au coeur glacial d'une Vénus à la fourrure

Sacher-Masoch, je vis sous toutes les coutures.

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

XXXIII

A mes 33 ans j'ai fait les quatre saisons

 

Dans un mobil-home cabane égarée des Landes

Pour mes 33 ans végétale et boisée bande

Sonore et bien hors du temps son exhalaison

Funeste où je me perdais dans l'isolement

Où j'ai trouvé la Foi par le retranchement.

 

Le jour où il m'a fait l'amour
Le jour où il m'a fait l'amour

 

XXXIV

Je jouais à l'élastique et à la marelle

 

Les gars de mon âge me traitaient de gonzesse

C'est à dix-huit ans que j'enfilai en cachette

Des collants avec un pull en guise de robe

Dans les bois ainsi petits souliers de fillette

Ne pourrai donc malheur! jamais porter de robe.

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

XXXV

Corps frêle au poids plume un garçon efféminé

 

Une double vie passée cachée mais innée

Et mon second malheur: ne pas avoir corps d'homme

Maigre et petit pareil ô mon second malheur

Moins un par moins un ça fait plus un et je gomme

En même temps ah l'heureux sort! mes deux malheurs.

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

XXXVI

Avoir des seins rêver de gynécomastie

 

L'exemple d'une bien étrange dynastie

D'amazones en Allemagne en effet: soldats

De l'armée qui frappaient arme et marchaient au pas

Déclenchant une forte poussée du sein gauche

Bons pour une ablation! d'un seul côté c'est moche!

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

XXXVII

Gynécomastie pour le garçon qui avale

 

La plaquette de pilules contraceptives

Par mégarde oubliée par maman oisive

Gynécomastie pareillement qui détale

Après la prise de certains médicaments

Ou chez bodybuilders sous anabolisants

 

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

XXXVIII

Une graine de maestra petite reine de milonga

 

Tango Reine des danses, une danse... si longue à

Découvrir apprivoiser apprendre et dompter

Riche humainement c'est elle qui m'a domptée

Ses secrets ont été enfouis dans mes entrailles

Je suis sa servante sans relâche ni faille.

 

Le jour où il m'a fait l'amour
Le jour où il m'a fait l'amour

 

XXXIX

Mon homme m'a fait mal en me faisant l'amour

 

Une vie bel et bien je veux au féminin

Que mon chef mon beau prince affamé s'énamoure

En voyant ma silhouette au verso masculin

Qu'entre deux rendez-vous mâle passe et retrousse

Ma jolie jupe ô! reste au moins pour ma frimousse!

 

Le jour où il m'a fait l'amour
Le jour où il m'a fait l'amour

 

XL

Du rouge, du rose, du gloss à mes lèvres colore

 

Mon coeur du mauve, du bleu un peu de blush et l'or

Pendentifs bijoux et chaînes au cou aux lobes

A mes poignets et mes chevilles, arrive l'aube

Epuisée d'amour et le souffle de sa bouche

Du rouge, du rose, un homme en furie dans ma couche.

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

XLI

L'émasculation et la gynécomastie

 

L'opération mais pas de vaginoplastie

Des hormones pour la vie jolie dépendance

L'oestrogène un choix de vie: sortilège ou danse?

De la masse musculaire en diminution

Graisse féminine ô nouvelle partition!

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

XLII

Une histoire d'O: les cent-vingt journées de sauts d'hommes

 

Repousser le baiser d'un homme à vingt-deux ans

Craintive on recule souvent avant de s'en

Faire une raison pour se livrer à Sodome

Et gomme hors du temps et de l'espace une vague

Idée de Sa Majesté à mon doigt sa bague.

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

XLIII

Femme accessoirisée ou fille artificielle

 

Fardée poudrée yeux bleus le regard charbonneux

Bustier corset taille de guêpe et joli noeud

Des oeillets un lacet entrecroisé ficelle

Qui lacère une hanche un rein et sa cambrure

Ruban de satin dos et seins nus des zébrures.

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

XLIV

Il m'a forcée à faire l'amour avec eux

 

Maîtresse obligée que chiale une gourgandine

Détresse humaine et des chiens qui remuent la queue

N'en ont rien à foutre alors que je me dandine

Sous leur table une chienne en laisse et Messieurs dînent

Sur la table allongée - leur festin - mes Rois dînent.

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

XLV

Il m'a fait l'amour comme un dieu ils m'ont fait la

 

Misère aux quatre coins du salon il fêla

Une baguette en frappant le divan soubrette

Apeurée il n'y a pas mieux pour affoler

Sa jolie proie en éclats de sanglots voler

Rires et champagne en retroussant ma jupette.

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

XLVI

Les hommes sont comme des frères mais les soeurs?

 

Les soeurs trop souvent semblent compter pour du beurre

L'homme est fait ainsi à cet impérieux besoin

De se fondre inconscient collectif! et le mien?

Un bocal fermé rempli d'eau dans l'océan

Tant de murs pour tant de violence un point séant.

 

Le jour où il m'a fait l'amour
Le jour où il m'a fait l'amour

 

XLVII

Ô Tango mon amour je suis une princesse

 

Avec des inconnus coquins j'ai fait l'amour

L'amour toute la nuit amant voilà que cesse

Va et vient mon tourment les rencontres d'un jour

Des rois sans lendemain ma bouche fatiguait

Ô Tango mon ami je suis devenue gaie.

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

XLVIII

Je suis devenue femme en faits quand j'ai cessé

 

De vouloir en tout point ressembler à la femme

Partir de ma biologie vers combien d'essais

Pour ajuster mon corps aux vérités de l'âme

Combien d'initiations intimes et de rites

Anciens et acceptés Hermès et Aphrodite.

 

Le jour où il m'a fait l'amour
Le jour où il m'a fait l'amour

 

XLIX

Le jour où mon Bel Amant me fera l'amour

 

Je me ferai belle et envoûtante à peau lisse

Vilaine ou craquante fille obscure et glamour

Des préliminaires au miel de propolis

Un goût de voyage en un ciel gonflé de manne

Que de Lady Plume affables rayons émanent.

 

Le jour où il m'a fait l'amour
Le jour où il m'a fait l'amour

 

L

L'écriture est un expectorant une perle

 

Qu'une huître confectionne autour de l'infidèle

Cet intrus qui de l'autre côté du miroir

Se reflète en mots et en maux plume exutoire

Ecrire: ma thérapie dans le boudoir pour peu

Qu'elle plaise à mes lecteurs! Catharsis. Pour eux.

 

Le jour où il m'a fait l'amour

 

Frédérique Violette (Frédéric Zarod), alias Mademoiselle Plume

Le jour où il m'a fait l'amour ~ 50 nuances de rose

épopée gothique, texte intégral

Avignon le 20 janvier 2017

 

 

Le jour où il m'a fait l'amour

Femme du Bal, Fille du Tango ~ Les embellissements d'une danseuse dans le midi de la France, mes entraînements réguliers et improvisations technique femme de l'année 2016 ~ Federica Transition Tanguera, une ladyboy gothique du tango argentin, Avignon Vaucluse

Le jour où il m'a fait l'amour

Una reina del traspié, una chica de la milonga, una mujer de los bailes en el sur de Francia ~ Federica, bailarina de tango argentino ~ Abrazo muy fuerte amigos milongueros!

Le jour où il m'a fait l'amour

Commenter cet article