Le conte du vilain petit canard

Publié le par Violette Frédéric

Le conte du vilain petit canard. Un étrange volatile dans la basse cour tanguera. Happy feet, le théâtre de Violette, un drôle d'oiseau homosexuel transgenre à Avignon qui devient un grand danseur de tango argentin. Il était une fois un vilain petit canard qui dansait dans les milongas de la région provençale qui, par une belle soirée d'été dans le Vaucluse, découvrit qui il était vraiment devant le lac des cygnes. Révélation nouveau talent maestro tango danse Avignon 2018

 

Le conte du vilain petit canard,

révélation tango danse Avignon 2018

 

Un vilain petit canard était rejeté partout où il essayait de se rendre utile, toute la basse-cour le vilipendait.

 

Que ce soit les poules et leur coq, les dindons, les pigeons, ou les autres canards aussi, toute la basse-cour lui faisait comprendre qu'il n'avait pas sa place parmi eux.

 

Il passa sa jeunesse et son début de vie de jeune canard à errer, à tenter de s'insérer, par de nombreux boulots, mais en vain.

 

Un beau dimanche de septembre, abandonné des siens, voué à s'égarer dans un coin de la Provence, il décida de revenir au village où il avait cru en l'amour d'une canne...

 

En ce dimanche après-midi, il entendit une musique qui le subjuga. Puis une autre. Il s'approcha de la salle des fêtes où toutes les plumes des volatiles les plus âgés formaient un étrange artifice de couleurs. Tango, rumba, valse-musette, fox-trot, paso doble, swing, boston, boléro, chacha, polka, java, zouk, madison, bossa nova... On appelait cela "danser". Il découvrit que ses pattes palmées plus petites que celles de ses congénères mâles, réagissaient très bien au rythme de ces danses enjouées.

 

Depuis ce dimanche, sa vie prit un sens radicalement nouveau. Il n'aurait jamais imaginé que le tango argentin et ses milongas vécues en Provence allaient le porter au-delà de tout espoir. La piste de danse depuis ce jour devint pour le vilain petit canard, un lac où ses ailes de drôle d'oiseau se mirent à frétiller...

 

Plus il déployait ses ailes, plus il se rendait bien compte qu'il ressemblait de moins en moins à un canard.

 

Je crois qu'il ne sait pas encore aujourd'hui qu'il est devenu un beau cygne.

 

Mais chut!...

 

 

Il n'appartient qu'à lui de le découvrir!  

 


 Au pays des cigales, des olives et du mistral, le 13 novembre 2011

Les Portes n°17, une histoire secrète du tango argentin 2018

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article