Rituels d'une danseuse luciférienne

Publié le par Mademoiselle Plume

La malédiction de votre danseuse bien-aimée

La malédiction de votre danseuse bien-aimée

Initiation mystique par le rite de la rose gothique ~ de ma réconciliation à la guérison

Initiation mystique par le rite de la rose gothique ~ de ma réconciliation à la guérison

Rituels d'une danseuse luciférienne

 

Magicienne initiée à la Reine des danses

Rituels d'une lolita luciférienne du tango rioplatense en France

 

Après trois mois d'entraînement spécial et intensif de technique féminine sur des talons aiguilles de dix centimètres, de nombreuses séances d'initiation à la magie rose pour vivre ma métamorphose de candy boy ou goth girl du tango par le canal de la pratique individuelle, exigente et délicate, propre à la danseuse, je vous présente le rituel intermédiaire daté du 9 juin 2016, issu d'un ensemble de trois séances mystiques d'une demi-heure chacune et réparties sur la journée entière.

 

Etant donné que je suis une danseuse  transsexuelle* de tango argentin, égarée au beau milieu des possédés du tango, une novice autodidacte, une petite princesse curieuse de nature, véritable chercheuse opiniâtre dans l'Art du Mouvement, la Beauté de l'Expression féline et féminine dans ma danse de prédilection, ainsi que dans l'Improvisation et l'Interprétation Musicale, il va de soi que je travaille beaucoup en solo dans mon laboratoire secret de sorcière-alchimiste, ne trouvant pas de partenaire homme ou femme assez sérieux, persévérant et aussi authentique que moi dans la volonté de mettre à jour tous les secrets du guidage, de la connexion, et de l'abrazo, ce qui caractérise par ailleurs la tanguera luciférienne que je suis, par opposition au courant satanique des danseurs et danseuses qui s'inventent une tribu, s'en fabriquent une, pour servir le règne des apparences, quand ce n'est pas un business, nous imposer ipso facto une hiérarchie oppressante qui est basée très rarement sur un élitisme de véritables compétences et de talents en tango argentin, et qui préfére le cercle bon enfant du copinage et de la position socio-professionnelle avantagée, en prenant bien soin de créer un écran de fumée tout autour d'une ultra-codification du tango et de sa milonga, pour finir par nous écoeurer sur des aspects très périphériques à la danse elle-même, tels que:

- toute une littérature fantasque sur la mirada et le cabeceo, en réinventant l'invitation ancestrale et naturelle par le regard, comme si en dehors de la milonga, les gens ne savaient pas parler avec les yeux, notamment en France;

- le culte de l'Obélisque et le voyage impératif à BsAs, la Mecque du tango rioplatense (les meilleurs danseurs sont portègnes, après viennent les parisiens, ensuite les lyonnais et les marseillais, puis il y a le reste, les danseurs indigènes... qui sont forcément de piètres danseurs),

- l'importance consacrée au costume argentin et à la norme hétéronormée dans leurs pratiques ordinaires, un homme est un homme, une femme est une femme, le bon vieux moule binaire typiquement occidental...

- la considération de l'abrazo cerrado comme l'enlacement exclusif et immédiat, rejetant catégoriquement l'abrazo semi-ouvert et ouvert, sous prétexte que le bal bondé nécessite de s'écraser l'un contre l'autre, l'une sur l'autre, pour ne pas toucher, frôler, le couple d'à-côté (l'échangisme en bal étant catégorisé comme un trouble mental), nous faisant des remontrances si l'on ne respecte pas la règle sacro-sainte de la mirada, mais ordonnant sans contre-façon que la femme et l'homme qui ne se connaissent pas du tout se privent d'entrée de jeu de leur espace intime respectif, privés systématiquement qu'ils sont de s'accorder des préliminaires fort romantiques, en se connectant subtilement dans le cercle élargi et rassurant que forment des mains qui se prennent délicatement, qui se posent sans ramener tout à soi, des bras qui s'ouvrent en offrant toutes les promesses et les richesses d'une danse à deux qui est censée célèbrer le jeu amoureux, la séduction, l'union et la distanciation aussi;

- avec ceci et cela encore que nous imposent donc ces aficionados organisés en clan ou en petite affaire, et ce, bien souvent, au détriment d'un véritable travail en profondeur et complet de leur danse.

Malgré cela, je peux accorder  à ces derniers, en règle générale, leur maîtrise de la langue espagnole et leur connaissance des chefs d'orquestre de l'âge d'or du tango, ce qui constitue chez moi, pour être honnête, mes lacunes en terme  culturel et  intellectuel sur l'histoire et l'actualité des berges du Rio de la Plata.

 

J'avertis mes lecteurs, qu'en tant que magicienne luciférienne, je n'en demeure pas moins une gentille sorcière tanguera, avenante un tantinet docile, généreuse, accueillante, honnête et ouverte d'esprit, pour qui le tango ne doit pas être une industrie, ni un produit industriel dérivé de quelque esprit calculateur et spéculatif qui tente d'asseoir son petit pouvoir en imposant aux autres ses propres lacunes et défauts de danseur (ou danseuse), à défaut de se remettre en question et de reprendre tout simplement l'entraînement, voire un statut d'élève...

 

Je m'oppose au courant satanique du tango argentin par le fait que mon étude de chercheuse concrète se fait à la lumière du jour, via par exemple mes improvisations filmées, par lesquels vous pouvez constater bel et bien que j'écris ce que je danse, et danse ce que j'écris, par le fait encore que je danse avec tout le monde, dans tous les styles, sur toutes les musiques, sans rien cacher de mes échecs mais aussi de mes réussites, progrès et talents de danseuse mixte.

 

Pas de magie noire chez moi, ni blanche, je n'ai de but que de mettre en lumière les arcanes du tango, de la connexion, du guidage, du jeu de jambes et des façons d'interpréter la musique.

Dans les ténèbres, je trouve la Lumière, et même si je m'habille de noir et de rouge, gothique jusqu'au bout des ongles, si l'on me donne une gifle, je tends l'autre joue, ma façon à moi de briser le cercle de la violence de ce monde qui est entretenue de génération en génération: les paroles et les actes de Jésus sont mon Enseignement.

 

Danseuse luciférienne, et transgenre solitaire

 

qui refuse de jouer le jeu de l'hypocrisie ambiante et du mensonge, je me présente comme une guerrière de la Lumière (symbole de la connaissance, du discernement, de la justice et de la sincérité de toute démarche spirituelle), qui se rebelle contre le conformisme, le nivellement par le bas, l'autorité contemporaine basée sur des valeurs inversée, et donc inhumaines et déshumanisantes, qui exprime aussi sa souffrance et sa solitude, ses carences affectives et son ostracisme lié intrinsèquement à son douloureux déconditionnement ou désendoctrinement après quarante ans de soumission à l'autorité sociétale moderne issue d'une industrialisation massive et aliénante, mais connaissant une certaine forme de liberté en prenant conscience de ses propres chaînes.

"Si tu sers un maître ingrat, continue de le servir"

"Mieux vaut une mauvaise loi que l'absence de loi."

A quoi bon faire 33 ou 66 fois le tour du monde, si l'on n'a jamais fait une seule fois le tour de soi-même?

 

Ce n'est qu'au terme de mon existence, que j'aspirerai à la Rédemption, puisque je suis obligée de prendre la forme de mes adversaires et de ce que je n'aime pas, pour mieux combattre mes démons intérieurs, prendre conscience de la dualité, et tourner en dérision les voiles de satan, autrement dit les illusions et mensonges que la société  m'a imposé de considérer comme étant des choses bien tangibles et à ne jamais remettre en question sous aucun prétexte, sous peine, paradoxalement, de me voir... diabolisée!

Avignon, le 17 juin 2016

 

Ci-joint, une de mes improvisations issues du deuxième rituel technique femme de ma dernière séance de danseuse victorienne et luciférienne:

Maestra, Maestro, voici la française la plus chaste du Bal des Servantes

Rituels d'une danseuse luciférienne

Le Luciférisme, brèves notions historiques

 

"Le luciférisme apparaît toujours partiellement à travers les oeuvres de nombreux auteurs, en particuliers les Romantiques britanniques et certains auteurs plus tardifs tel que Victor Hugo.

[...] Né d'une tradition littéraire cherchant le plus souvent à s'affranchir des conventions d'une société perçue comme oppressante, le luciférisme ne saurait en aucun cas être considéré comme une religion, une secte..."

Citations source: Luciférisme -  Wikipedia

Rituels d'une danseuse luciférienne

(*) Pourquoi une pratique luciférienne de danseuse transgenre?

 

La vie m'a imposé une incarnation imparfaite. Dieu a sans doute voulu que je traverse les épreuves d'un être Lune~Soleil, hypersensible, autrement dit une existence transidentitaire, de berdache/hijra française qui ne me laisse pas d'autres choix que de faire l'inlassable effort de m'incarner quotidiennement à mi-chemin que je suis, entre l'homme et la femme.

Grâce au bal, aux cours, stages, et à mes séances personnelles Adornos y Técnica para la Mujer, j'ai trouvé ma voie, ainsi que mon épanouissement de tanguera ladyboy, un travail assez éprouvant, mais enrichissant sur le plan humain, affectif et social, qui fait de moi, que je le veuille ou non, une éveilleuse des consciences, une pourfendeuse d'idées reçues, une lolita folle amoureuse de la Beauté du Mouvement au féminin, et de la Magie de la Connexion en tango argentin.

Rituels d'une danseuse luciférienne

Commenter cet article