La Marche Tango ~ Une Fierté Milonguera

Publié le par Miss Violette, danseuse fière et têtue, femme gay transgenre et travestie intersexuelle, Avignon

Crevette d'O douce

Crevette d'O douce

Il est minuit 31, je m'apprête à rejoindre la marche des fiertés. Fille opiniâtre, au seuil de l'exclusion, sortant à peine de la précarité, dans la confiance et d'une manière noble, avec un petit air de bourgeoise coquine, dernière mise au point devant la glace avant de faire...

 

ma Pride2Nuit entre une dégommeuse, un drag queen et une escorte girl vêtue d'une salopette strass et paillettes couleur bleu de travail... Rejoindre la marche avec fierté!

 

La Gay Pride d'une fierté gothique avignonnaise, mise en marche de ma féminisation; sissy lolita presque lesbienne.
Journal d'une fierté gothique: les confidences d'une lolita gay avignonnaise

 

Tu es entrée dans la ronde, petite Violette, sous ce tango entêtant, et tu t'es mise à marcher.

Les garçons m'ont offert une rose rouge tango interversion queer interlope féminine intermède meeting milonga festiveJe porte à ma bouche l'orifice d'un ballon rose, je souffle et souffle encore; prenant une profonde inspiration, avant de vider tout l'air de mes poumons, je manque de m'évanouir. Je me relève, était-ce un rêve?

Ta marche les dérange, petite garce exilée dans la prairie. Ils disent de toi que tu es gonflée d'orgueil, mais à quoi peut bien servir ton talent de tanguera, de femme guidée, de meneuse sur talons, dans leur cercle où les âmes se sont figées à l'intérieur de postures incohérentes?

Costume déguisement noble chevalier marche défilé reconstitution historique médiéval culotte bouffante jeune homme gay13"Tiens! Prends la bouteille d'hélium!" Me dit une footballeuse  de Paris. L'hélium? ça me rappelle la reconstitution historique de Salon-de-Provence à laquelle j'avais participé, avec fierté, déguisé en noble chevalier, la culotte bouffante, les collants noirs, la plume au chapeau. A l'époque, sur la place Morgan, pendant le festival médiéval qui avait lieu fin juin début juillet, à l'occasion de la visite de Catherine de Médicis à Nostradamus, j'avais gonflé des tas de ballons à l'hélium. Les ballons rouges de mon adolescence...

 

Plus belle la vie en rose: un camaron devenu têtu comme du queer

 

Costume veste cravate mariage Se mettre sur son 31 Vieille photo, beau gosse gay84 crevette homo, mon coming outA l'époque, j'étais une crevette. Mais je ne le savais pas. Maintenant, j'en suis encore une, malgré moi et malgré mon âge, même gabarit, 1,60 m pour 45 kg, taille fine, poids plume et petit cul (cf mon premier texte de la série Tango Talent Aiguille, titre de l'article: Petits pieds et jolies chevilles, à ouvrir comme un lit gigogne, ou une poupée russe si vous préférez, bref, dans une nouvelle fenêtre), et si je ne suis plus le petit crustacé (pre) marin, timide, d'ailleurs bien plus joufflu qu'aujourd'hui, la chair rose et tendre, les Au lit baldaquin, je lis un roman à l'eau de rose, mon ami gay joue avec du papier crepon crafting. Sa crevettejoues couperosées, qui pesait encore cinquante kilos, je demeure une chevrette qui évolue à présent dans les eaux douces continentales du tango argentin; une vieille jeune écrevisse, ni opérée, ni hormonée; une lolita de la quarantaine. Mon corps de crevette reste le même, des gambettes d'étudiante, des poignets de fofolle qui peuvent recevoir n'importe quel bracelet pour femme, et encore, certains sont trop larges.

Homo passif célibataire 1m60 48kg trans non op, trav imberbe très mince,  reçoit gratuit dans son appart à Avignon
Lettres & Tango à Coeur

 

Danseuse transsexuelle, niaise et naïve?

 

Comment faire une mirada dans un encuentro de tango queer, est-ce que ce danseur est leader ou follower?

Petite et charmante danseuse de tango, rédactrice de textes romantiques, drôles et coquins, apprentie écrivaine provençale dont un ami a dit qu'elle était dotée de remarquables qualités littéraires, homo et transsexuelle, peut-être intersexuelle? pas encore hormoné-e ni opéré-e, suis-je toujours niaise et naïve au regard de ma longue et riche expérience, de mon expertise approfondie,  et de mes précieuses compétences de milonguera? inconsciente de mon talent de danseuse leader/follower? que je n'aie toujours pas pris le grand large, jamais trempé un seul orteil dans les eaux internationales du tango, ni participé à aucun encuentro, marathon, festival, de Paris, de Tarbes, queer ou cisgenre? Pensiez-vous alors me retrouver en train de crier un slogan, de revendiquer le changement d'état civil pour personne trans, ou d'alerter les pouvoirs publics sur les effets secondaires et fort inquiétants d'un bloqueur d'androgène tel que l'Androcur ou la finastéride, dans une gay pride?

Passif avignonnais déçu par des rencontres sans lendemain avec bi curieux aspire au mariage gay docile

 

Je ne me suis jamais sentie très à l'aise dans les mouvements de foule, une tendance à l'agoraphobie qui ne date pas d'hier. Les manifs? J'avoue que ça me fait peur.

 

Je suis une gay solitaire, et ma Tanguera Pride, je l'ai fêtée à ma façon, parmi mes ami-e-s cisgenres.

L'amour est dans le pré pour un mec du 84 féminisé de 40 ans, plus belle la vie gay! Minet fluet et imberbeJ'aime les coins de nature, les promenades du dimanche, même au bord du Rhône, autour des remparts d'Avignon, par exemple. Être contemplatif, je célèbre à ma fenêtre le jour qui se lève, j'adore l'aube, ce moment privilégié où la ville dort encore, me balader aussi dans un sous-bois, en plein après-midi d'été, loin des plages bondées où les filles et les garçons se font frire comme des poulets: bien sûr, ma peau est souvent blanche comme un cachet d'aspirine, ça a son charme aussi.

Poulet gay bouche en cul-de-poule, rasé fluet et passif, bronze son verso sur l'Ile de la Barthelasse, reçoit à Avignon

Parfois je bronze par inadvertance. D'ailleurs le week end dernier dans les Alpes de Haute Provence, j'ai failli prendre un coup de soleil sur les épaules: j'ai la trace du soutien-gorge! Faut que je fasse attention, car il est hors de question que mon visage soit exposé au soleil, j'ai une quatrième séance d'épilation au laser qui m'attend en juillet. Heureuse, parce qu'après cette séance, 50% de ma barbe aura définitivement disparu. Je vais devenir imberbe. Je me languis du résultat final, même s'il ne faut crier victoire qu'à 80%! En effet, le laser ne supprime pas tous les poils; restera le poil rebelle à arracher à la pince à épiler, quelques poils trop clairs, ainsi qu'un duvet éparpillé.

Poids mouche plume gay avec mon kimono ceinture flanel rose, je recrache une interjection, fais-moi mal!A vingt ans, quand les copains allaient voir un match de foot, je trouvais des prétextes. Bien que j'adorais jouer au ballon, le football et tout ce que ce sport représente, le stade et le raz de marée humain, les magouilles, les achats et transferts de joueurs, les histoires de club,  ça m'a toujours placée dans la méfiance et une crainte inexpliquée.

La dinde fait une promenade au bord du Rhône, du côté d'Aramon, poulette gay vraie pédale, passive et cochonne

C'est comme le cyclisme: tu vois défiler pendant une heure des caravanes publicitaires, les klaxons t'en foutent plein les oreilles, quand tu sais ce qu'on nous vend, les additifs, le sel et le sucre raffiné, les pesticides, une fois que tu as vu quelques documentaires sur l'industrie agro-alimentaire, le veau qu'on arrache à sa mère en bas âge, les vaches à lait, maltraitées, pour alimenter le marché des produits laitiers, chocolat blanc, oeufs et lapins de Pâque, les poussins par milliers qui naissent dans des couveuses, que des employés trient ensuite, mâle, femelle, qu'ils jettent dans la broyeuse, les millions de cochons qui finissent chaque année en France électrocutés sur chaînes automatisées, et pendus au crochet, leur graisse qu'ils utilisent dans la fabrication des produits cosmétiques, les confiseries, la pâte dentifrice, la colle, et même dans les ordinateurs, tu te dis au bord de la route, dans ce bain de foule impatiente d'admirer un coup de vent de pédales bien huilées: "Mais putain! qu'est-ce que je fous là?".

Gay agoraphobe, je ne peux pas sortir, les mouvements de foule faire le marché être dans une manif me font peur

Je suis certainement agoraphobe, mais en même temps, les rassemblements dans la passion excessive, la foule en délire, les courants grégaires, les populations subissant une programmation neuro-linguistique qui sert certains intérêts financiers ou politiques, par le biais d'une propagande grotesque ou insidieuse, peuvent être conduits vers des comportements collectifs d'une grande violence... On ne nous dit pas tout au bistrot du coin, mais nous savons à présent comment les dictatures se mettent en place, comment les réservoirs humains et collectifs peuvent être nourris plus ou moins sournoisement par un fascisme ou un autre sans que l'individu lui-même ne s'en rende compte.

Puissions-nous lutter contre l'homophobie, adoucir le coeur des êtres blessés par la vie, renfrognés, maladroits, qui n'ont pas eu la chance d'apprendre à aimer leur Prochain, qu'une enfance rassurante et une adolescence joyeuse ont ignorés. Un tantinet empathique, je suis triste pour ces personnes homophobes qui se laissent influencer inconsciemment par des courants négatifs, autodestructeurs, à qui on a fait croire que les grands responsables de tous leurs malheurs, frustrations, échecs, désespoirs, étaient des homosexuels! Cela paraît invraisemblable, une telle logique archaïque, et pourtant... force est de constater qu'il y a encore de nos jours des personnes en souffrance qui s'en prennent à des plus faibles, des plus introverties, des plus fragiles qu'elles. Ces personnes hostiles pourtant auraient tellement à gagner en inversant leur inclination peu louable, en ouvrant leurs poings, et en nous tendant une main simplement amicale. Puissent-elles être touchées par la bonté. Telle est ma prière de fervente chrétienne. Être gay, lesbienne, transgenre, non binaire en France n'est pas toujours aussi rose.

 

A Barbentane, gay m'a prise pour un âne, à Boulbon par mon con, à Rognonas suis devenue sa blondasse, au nord des Bdr

 

La marche des fiertés

 

Plume gay fête la marche des fiertés! Comment j'ai pu rejoindre la gaypride? Cette année c'est LGBT Queer et Inter!

Moi j'aime la marche des fiertés. Ne serait-ce que pour rendre stérile l'homophobie et la transphobie. Mais comment faire pour rejoindre une gaypride lorsqu'on est, comme moi, agoraphobe? Je suis têtu-e, c'est ma première année, en plus... je viens tout juste de faire mon coming out! Donc... sois patiente et persévérante, Miss Ocytocine!... et rendez-vous à l'année prochaine! J'évite d'être trop sévère avec moi-même: cela fait à peine six mois que je vis mon nouveau rôle social de femme transgenre, ma féminisation publique, en test de vie réelle. Ne pas griller les étapes!

J'ai rencontré un mec bi dans le Vaucluse qui aime ma bouche en cul de poule (diamètre 4cm), je lui fais un glory hole

La Gay Pride, c'est une belle et bonne chose. J'aime voir toutes ces couleurs, ces genres, ces déguisements amusants, ces somptueux costumes, ces êtres qui enfin peuvent sourire et vivre avec sérénité leur extravagance, leur orientation, affirmer leur choix de vie alternative: petite folle qui aime partir danser dans les milongas françaises avec une robe, une jupe, un débardeur court, un pantacourt hyper-moulant, un maquillage prononcé, sans oublier ma paire de chaussures de tango à talons aiguilles, ce n'est pas moi qui vais leur jeter la pierre, mais pourquoi la société passe-t'elle son temps d'ailleurs à nous jeter la pierre? Nous sommes des êtres pacifiques, généralement plus ouverts d'esprit que la moyenne française, pour quelles raisons mystérieuses sommes-nous régulièrement pointé-e-s du doigt? ou bien utilisé-e-s dans les médias pour fomenter une colère du peuple, renforcer la puissance de la sacro-sainte majorité fabriquée et contrôlée? La réponse est en toi, apprenti-Jedi!

Thème sexo-astro: cygne vierge mercure et vénus, devant femme nue, rituel d'eunuque en l'honneur de Bedhraj MataLoin de toute gay pride, parce que je n'ai pas l'âme naturellement festive, me sentant plus proche mais toujours au seuil de la communauté LGBTQI, et de ses nombreuses associations et satellites composant un bel arc-en-ciel de minorités, je suis tout juste en train de me poser les vraies mauvaises et fausses bonnes questions sur ma transidentité, sur la place qu'occupe l'homosexualité et la féminisation dans ma vie sociale, affective et amicale, un quotidien qui n'est pas toujours rose, en résumé: de construire mon identité!

Certes, pour m'y aider, ce ne sont pas les références littéraires, culturelles, sociales, ni les étiquettes, qui manquent: gay efféminé, intersexe, travestie, transsexuel accessoirisé, transgenre non hormoné, ni opéré, en tout cas pas encore, ou peut-être jamais, altocalciphile pratiquant, androgyne gothique, hermaphrodite spirituel, lithoromantique, gynarchiste, mec simplement féminisé à l'épilation laser et par une alimentation riche en phyto-oestrogènes, quelques piercings, un homme dans une âme de femme, une femme dans un corps de crevette, queer, binaire trioliste sous mode de vie alternatif, caudaliste non-binaire, ladyboy, hijra qui souhaiterait dédier son émasculation plus ou moins symbolique à la déesse Bedhraj Mata, berdache ou two-spirit, asexuel luciférien en croisade contre les satanistes, chrétien auto-sissifié qui aspirerait à une vie monastique, mais aussi, pendant les heures du néant, ces moments de solitude et de doutes, parfois de désespoir: pédale, lope, eunuque, cinquième roue du carrosse, souffre-douleur, esclave sado-maso sombrant dans du hard sans retour, ou chose inutile, bonne à jeter, vouée à l'ostracisme, un monstre qui serait tenu pour responsable - comme l'écrivent tous ces détraqués moralisateurs homophobes du net - de l'effondrement de notre société, de sa pseudo-féminisation catastrophique ou carrément apocalyptique! Sodome et Gomorrhe, l'argument à la con des prêcheurs de bonnes paroles, comme si jamais aucun hétéro n'avait pratiqué la sodomie sur sa copine ou son épouse. Comme si le fait d'être homo, queer, ou femme trans, ne se réduisait qu'à une pratique sexuelle. Puis c'est pas moi qui répand des xénoestrogènes, pesticides, et autres perturbateurs endocriniens, dans les nappes phréatiques et notre environnement urbain! Ce n'est pas nous, êtres sensibles, ultra-réceptifs, artistes, poètes, intermédiaires philologiques et spirituels, personnes accueillantes, drôles, touchantes, empathiques ou simplement et quotidiennement avenantes à l'égard de l'étranger, de l'exilé, ouvertes d'esprits, débordant de gentillesse, qui nous amusons à bombarder, piller, exploiter sans vergogne, des pays entiers sous des prétextes fallacieux juste pour du fric et un pouvoir illusoire.

On devient vulnérable, lorsque l'on refuse de s'en prendre aux autres, à plus faible que soi. Je crois que c'est pour ça que je suis une travestie vouée à Sainte Blandine, chrétienne martyrisée à Lyon sous l'empereur et philosophe stoïcien Marc Aurèle, et Patronne des servantes. Je préfère regarder mon nombril, plutôt que de passer du temps à chercher à enlever la paille dans l'oeil de mon voisin. Je préfère m'occuper de mon bas-ventre, de mon "hara", de ce centre de gravité si important, si précieux pour une danseuse guidée et meneuse de tango rioplatense sur talons hauts. Je préfère passer mon temps à féminiser et styliser mon corps, au lieu de gaspiller mon énergie à cracher sur les uns et les autres.

Avignon, le 24 juin 2017

 

Je me suis mise en marche...

 

Plume n°6 ~ Taille Fine Beaux Pieds Cuisse de Mouche et Jolis Fessiers

une improvisation urbaine Kiz Kiss Gay Pride Tango Queer & Hard High Heel Feet Stuff, embellissements et technique femme à la rambarde, robe courte ras les fesses, juin 2017:

Tu t'es mise sur ton 31, vilaine fille, et têtue, tu t'es mise en route...

 

Je me suis mise en route pour faire le tour de la ville!

 

mise à marcher courir trotter jouir scène gay en selle training trav 84 robe ras les fesses talon chevauche moiDans les rues et sur les places publiques, je me suis mise à courir, comme une folle, parce que danser ne suffit pas.

Parce que danser dans vos milongas d'hétérosexuel(le)s ne suffit pas. Je me suis fait belle. La robe mauve que j'avais mise Se faire belle mise en beauté miroir travesti répliques théâtre jouer rôle marquise odalisque soubrette esclave eunuquem'allait à merveille. Sous les jolis compliments de quelques rares danseurs à l'esprit raffiné et au coeur comblé d'intelligence, qui savent jouer le rôle du prétendant, en me faisant la cour d'une manière théâtrale, parce qu'ils savent que la vie est faite aussi pour jouer dans la pleine conscience les rôles multiples que l'on souhaite rattacher à nos comédies préférées, petites et grandes tragédiesThéâtre comique ou tragique? Réponse psycho rigide, sexo-drame d'un bal masqué pour un beau travesti à Avignon humaines et autres psychodrames,  je me suis trouvée flattée, et ça me convient; je n'ai pas besoin de me faire sauter, ni d'être contrainte à la gâterie derrière une voiture, pour me sentir amoureuse et désirée, la femme se nourrit d'un regard persistant, du sourire d'un bel inconnu croisé sur un trottoir, d'un mot aimable, d'un baise-main inattendu, d'un abrazo cerrado chaleureux, réconfortant, la femme a simplement besoin d'être dans le rêve amoureux et permanent, parce qu'elle habite déjà son corps, contrairement à l'homme perché dans les sphères du mental. Je suis une femme. Je suis un homme. Je ne suis ni l'une ni l'autre.

Précieuses ridicules comment cacher ses bijoux de famille tuck gay féminisation chasteté masculine travestiDoigt à la bouche, je ronge mes ongles vernis en voyant sa bosse - Eh blond! t'es gay? Tu connais la 69 du kamasutra?Bouche en o cul de poule selfie duck face 4cm de diamètre gorge profonde piercing anneaux 75heures mec 40ans AvignonBaise main pour une femme trans qui soigne sa manucure bcbg hautaine condescendante fierté du Vaucluse

Ils ont engrossé la prostituée. Ils ont déposé dans ton bas-ventre de femme transgenre, les secrets du tango, de la connexion limpide et du guidage précis.

 

Oui, les Messieurs ont glissé dans mes entrailles les secrets du tango.

 

Mais danser ne suffit pas:

Je me suis mise en quête d'un mari,

Un mariage gay, une folle envie,

Dans les rues et sur les places publiques,

Afin de chercher celui que mon coeur aime,

J'ai ouvert les portes et je suis sortie du placard,

Il a frappé à ma porte et il est entré dans mon appart.

 

Avant d'apprendre à marcher sans garde-folle, sur tes dix centimètres de talon aiguille, tu t'es soumise à l'apprentissage de l'équilibre avec cette obsession du tango au féminin. L'année dernière, ils se sont moqués de toi. Ta technique féminine, tes chaussures rouges et ta tenue de pétasse travestie, tes boleos, ganchos, tes parties lancinantes de jambes en l'air devant ton mur maculé de fond de teint, tu en as fait un rituel, audacieuse ménesse!

 

Qui es-tu? Un diable? Ou mon ange-gardien? Je ne suis pas une ménesse. Je n'ai besoin ni de souteneur, de déambulateur, de porte-manteau, ni de mur, de commode, de barre classique, je suis la feuille emportée par le mistral, libre... Une danseuse talentueuse du tango rioplatense en France. Une argile fraîche et précieuse entre leurs mains.

 

Tu es une femme facile. Une peste!

 

Je suis une femme indépendante. Mais fragile.

 

Un homosexuel efféminé et déluré.

 

Je ne suis rien de tout ça, tu entends?

 

Tu n'es rien de tout ça, cependant tout ça te traverse. C'est à cause de tes neurones miroirs. Tu es comme une éponge, tu avales tout sans rechigner, après quoi tu écris pour trier le bon grain de l'ivraie.

 

J'ai placé l'extrémité du tuyau entre mes lèvres, et j'ai avalé de l'hélium. Quand j'ai ouvert la bouche, pour émettre des sons, le gaz s'est déplacé plus vite que l'oxygène contenu dans l'air qui, lui, est plus dense; ma voix s'est féminisée, aiguë et nasillarde, nous étions tordus de rire, à l'époque...

 

A l'époque, je lisais le marquis de Sade, histoire d'O,

 

et j'aimais déjà les divans, comme le beau Serge aurait tendance à le chanter à propos de nos ballons rouges. Je dévorais les bouquins de science-fiction, d'anticipation, les romans et nouvelles fantastiques, Ray Bradbury, Isaac Asimov, Frank Herbert, Dino Buzzati, Jules Verne, René Barjavel...

 

A dix-sept ans, j'avais déjà mon rêve obsédant de l'escalier:

porter une jupe très courte au-dessus de mes jambes nues, impeccablement épilées, blanches et insolentes, huilées, parfumées, puis être cordialement invitée par un Monsieur, à gravir avec mes escarpins les marches interminables d'un escalier, puis une fois arrivée sur le palier, me trouver devant une grande porte en bois massif: derrière, j'imaginais un monde interdit.

 

L'érotisme se confond facilement avec l'ésotérisme, quand on est homosexuel.

 

N'importe quel accessoire - vêtement, bijoux, matière - devient prétexte au fétichisme, cette longue montée du serpent de la kundalini, atteindre ce point culminant où en bas, entre mes cuisses, tout retombe, agréablement flasque, cet instant extraordinairement étrange qui me donne l'impression qu'un orgasme lent traverse mes reins, en délaissant totalement la région génitale, passe par la nuque, et me sentant obligée de basculer la tête en arrière, que je ne jouis qu'au-dessus de la ceinture, avec un faisceau de braise, de velours, d'ivresse qui ouvre ma poitrine, ma gorge, mon front...

L'émasculée conception.

 

Avignon, le 23 juin 2017

 

J'ai pris une grosse paire de ciseaux et j'ai coupé en deux un vieux tee-shirt Damart thermolactyl taille 34 à manches courtes pour homme, un dessous chaud, trop chaud pour la saison des amours. J'ai taillé dans le tissu, au niveau des épaules également, pour en faire une tenue sexy, couleur chair. Vêtement confortable, très aéré pour un vieux Damar. Ainsi j'ai obtenu, fière de moi, sans avoir besoin d'apprendre la couture, paresseuse que je suis, une création unique en édition limitée, pour femme taille XS, une création Hot Couture rare, puisqu'elle existe en un seul exemplaire mdr. Voici mon ensemble Tango Tranny Tanguera deux pièces Collection Eunuque Lifestyle, débardeur ultra court, épaules dénudées + mini jupe ras les fesses, printemps-été:

 

Fierté & Féminité

 

Ma Gay Pride de transgenre en pleine féminisation, un gros chantier!

 

TEASER d'un court-métrage gay & tango queer, mon projet artistique juin-juillet 2017

 

"Lolita Tanguera Sans Lendemain", court-métrage en version milonguera (version longue: 21mn) et en version novice (courte: 12mn). Petit film amateur d'un homosexuel efféminé qui danse le tango argentin dans le sud-est de la France:

Commenter cet article