Le massage est une danse, un voyage kinesthésique

Publié le par Frédéric Zarod



129820098_3cfdbc46e9.jpg

Le massage est une invitation à la danse naturelle du corps, un voyage kinesthésique


Une danse des sens, des émotions, les massages de bien-être proposent leur musique : la phrase musicale, ce sont les mains qui se font affectueuses, stimulant la vie chez l'être humain, des vibrations qui entrent directement au contact de la personne massée, sans l'intermédiaire de la parole ni du mental.


Sur le chemin de la guérison, sur le plan de la santé physique et mentale, rien ne remplacera l'essence fondamentale de l'art du toucher et d'être touché.




Le massage de bien-être est un tango : l'un guide de ses mains, et de tout son corps, car il ne saurait être question de n'utiliser que la force des bras pour une séance de massage, et c'est bien dans le sol, que le masseur ou la masseuse de bien-être, puise l'énergie afin de guider la personne en relaxation corporelle dans un tango des sens.

Comme le tango, la personne massée est guidée charnellement dans son propre voyage intérieur pour re-découvrir ses émotions, apprendre à les accepter, les reconnaître géo-corporellement ou émo-graphiquement.

Le corps est une carte aux trésors, et le masseur ou la masseuse part à l'aventure avec la personne qui se laisse guider : la personne massée devient une conscience qui découvre un territoire inconnu, celui de son corps émotionnel qui se cache sous ses habits nerveux, ses défenses musculaires...  


Voyage kinesthésique qui apaise, qui revigore, qui protège également puisque le massage de bien-être va jusqu'à améliorer les défenses immunitaires.


C'est encore un tabou, une séance de massage de détente se doit d'être non médicale et non thérapeutique, et pourtant, le massage se passe d'être thérapeutique et médical, puisque l'Art du toucher est par nature un acte d'amour, de guérison et d'équilibre.



Parfois la parole a besoin d'être délivrée.

Mais cela ne suffit pas toujours si le corps mental prend possession de cette délivrance, éventuellement psycho-thérapeutique, pour l'enfermer de nouveau dans le jeu subversif d'un égo qui triche avec sa souffrance : parfois il est nécessaire de ne pas considérer que l'on est "dépressif", ou "bipolaire", ou "narcissique pervers", nécessaire et même indispensable de sortir des étiquettes qu'on nous impose pour le bon fonctionnement d'une société marchande et spéculative.


"Il est assez stérile d'étiqueter les gens et de les presser dans des catégories." Ainsi Carl Gustav Jung dans "L'homme à la découverte de son âme", attirait déjà notre attention sur les dangers de l'étiquetage humain qu'un DSM IV ou V abhorre au détriment du Droit Universel de l'être humain d'appartenir avant tout à ce qu'il est, et non à ce qu'il doit être pour nourrir les marchés financiers, au détriment de sa santé mentale et naturelle et de ses ressources incroyables pour rester vivant en ce monde.


"Seuls les psychologues inventent des mots pour les choses qui n'existent pas !" Toujours dans "L'homme à la découverte de son âme", Carl Gustav Jung nous invite à voyager au-delà des mots, des concepts pour nous trouver sur le chemin de l'Être.
 
L'homme occidental, la femme occidentale, sont enfermés dans un corps mental qui se nourrit d'un monde informatisé, publicitaire et qui impose la norme et sa pensée unique comme seul moyen, compétitif, de s'en sortir : on finit par oublier que les gens qui nous entourent ne sont pas que des carapaces, des apparences vides, mais aussi et surtout des êtres humains faits comme nous, de chair et d'os, de nerfs et de sang.



Le rituel de bien-être fait tomber le tabou du contact des corps, de la relation charnelle : car il s'agit bien de relation charnelle, et non verbale, n'est-ce pas? Il n'y a pas que la sexualité dans le langage corporel et l'échange humain.

La femelle qui met à bas lèche immédiatement son nouveau-né pour stimuler ses défenses immunitaires et activer ses réflexes végétatifs, psycho-moteurs.


La séance de bien-être, sans être thérapeutique ni médical, se contente d'être la vie elle-même dans ce qu'elle a de merveilleux : nous avons oublié les miracles d'une nature saine et généreuse.




Le massage, qu'il soit ayurvédique ou suédoiscalifornien ou à quatre mains, comme le tango, est une danse, une rencontre avec soi-même, par la communication corporelle, charnelle, donc psycho-affective avec l'Autre qui nous guide ou que l'on guide!
 


L'homme occidental a oublié qu'il habite avant tout dans un corps bien plus intelligent que lui ... 

Avignon, le 25 décembre 2013

 

Sujet similaire:

Tango argentin : Les reines du bal
 

Documentaire: apprendre à masser - Massage Relaxation Bien-être

Massage Dance

Oasis de détente et de relaxation - Piano Musique anti-stress, Pensée positive

Commenter cet article

Laret 28/03/2013 08:41


Tres bien ta comparaison entre le tango et le massage.....Tres sensuels tous lmes deux.Mais les massages médicaux pratiqués par les kinés sont différents.Comme tu dis,il s'agit de massage de
"bien ètre"..Tres bonne journée,Jean-Pierre

Fred Milongeroz 28/03/2013 16:02