Mirada et myopie

Publié le par Frédéric Zarod

Mirada et myopie

Aux intégristes de la Mirada: la règle typiquement européenne, devenue obsédante, de la mirada, doit être remise en question à cause des problèmes de vue - Il y a des personnes myopes en France dans nos milongas! 
 
C'est un vrai problème; le problème de vue n'est ABSOLUMENT pas à prendre à la légère, ni à la rigolade : combien de danseuses de tango me disent, m'avouent, timidement, parfois gênées, qu'elles ont des difficultés à faire la mirada à cause de cela.


Ce n'est pas une blague.

Elles (et ils aussi - car c'est le cas pour nombre de milongueros) sont plus nombreuses qu'on ne le pense. J'ai eu beaucoup de femmes qui m'ont demandé si c'était la mirada que je leur avais fait une heure avant, et je pensais que leur absence du regard était un refus, donc je n'insistais pas. 
 
Elles m'ont fait la confidence qu'elles auraient volontiers accepté mon invitation mais que leur problème de vue les mettent en difficulté. 
 
C'est pour cela que je suis en colère contre l'insistance permanente, l'obligation de faire A TOUT PRIX la mirada. Je parle au nom de toutes ces femmes, il y en a toujours 2, 3 et plus dans chaque milonga.


Pour l'anecdote, la dernière fois, une femme est venue vers moi tout à la fin de la milonga, elle m'a demandé si c'était bien une mirada que je lui avait faite discrètement et en bonne et due forme, et m'a avoué qu'elle avait des problèmes de vue, elle en a été frustrée, désolée. 
 
Et moi de mon côté, je pensais qu'elle m'avait tout simplement refusé l'invitation...



Ici, il n'y a aucune blague de ma part. On se doit de prendre en compte les laissers pour compte de cet "intégrisme" qui a oublié les mots "sensibilité","empathie", "respect de la différence".


En outre, aux problèmes de myopie, viennent s'ajouter les allers-venues abondants pendant les cortinas qui réduisent à néant le principe d'invitation par le regard: il nous faut nous déplacer, nous approcher de la danseuse que l'on souhaite inviter, et les danseuses elles-mêmes se déplacent vers les danseurs avec qui elles aimeraient danser. Le déplacement physique ainsi nous conduit de telle sorte que la mirada en deviendrait ridicule, puisque parfois nous nous retrouvons si proches pour réussir à organiser notre mirada, qu'il serait limite stupide de nous passer d'un mot gentil, d'une proposition verbale ou par la main tendue avec élégance: ici d'ailleurs, le regard se fait de lui-même!

Avez-vous déjà essayé d'adresser la parole à une personne en regardant vos pieds, ou les nuages qui passent dans le ciel?


A lire également: La mirada et les dangers du cabeceo
 


Tango les yeux bandés et fermés / Vidéo Les Tangotitudes n°76:
 






 

Publié dans Tango argentin

Commenter cet article