Le pédagogue et l'élève

Publié le par Frédéric Zarod


Le pédagogue et l'élève - Prends la vague avec confiance, l'audace d'être toi! Ne copie pas les autres. Le copier-coller en tango comme dans toute autre discipline recouvrira tes défauts, c'est tout.

De grands pédagogues montrent la lune de leur doigt; ne regarde pas la chevalière qui brille, mais la lune qui inspire TON chemin: le guide est là pour que tu apprennes ce que tu es, il n'y a que toi seul, avec tes efforts, tes remises en question, ton travail, ton énergie, qui peut franchir des étapes insoupçonnables!

L'argent d'une chevalière peut s'acheter, mais la lune argentée n'a aucun prix, si ce n'est que sa valeur infinie est celle de t'inviter à trouver TA richesse à l'intérieur de toi.

Si au début, les gens se raillent de toi, se moquent, n'écoute pas les rires mais écoute bien leur détresse réelle que tes premiers pas courageux et maladroits réveillent.

Ne fais pas cas de ce que les gens peuvent te dire, que ça entre d'une oreille et que ça sorte d'une autre et que demeure ta profonde conviction que les plus grands de ce monde, les meilleurs, se considèrent jusqu'au dernier souffle de leur vie merveilleuse toujours et encore comme des débutants dans leur propre discipline dans laquelle même ils excellent.

Un enseignement doit parler à vos oreilles mais aussi à votre corps. Le pédagogue utilisera ses propres mots, et aucun de ses confrères n'utilisera le même vocabulaire, car chacun se rêvet du feuillage, du rameau, de la frondaison qui sont reflets de ses propres racines. Chaque pédagogue est un arbre unique et il n'en est pas deux qui ont plongé les racines de leur connaissance vivante dans la même terre, le même sol.

Derrière les mots, le bon pédagogue est celui qui passe à l'acte, l'acte d'amour : il te fera ressentir dans ton corps son expérience, sa recherche assidue, et il n'est qu'une seule et unique façon de procéder à la transmission de ce qui ne peut être enseigné par le simple regard ou des mots : faire ressentir.

La mère, le père tiennent simplement la main de l'enfant tandis que celui-ci cherche son équilibre, expérimente les lois fondamentales de la marche.

Ainsi le professeur qui propose un cours de danse à deux par exemple, ne se contentera ni d'expliquer en long en large et en travers, ni de montrer ce qu'il sait faire, mais te prendra par la main, aussi souvent qu'il lui en est possible, et c'est son corps, dans son organisation corporelle dynamique, qui s'adressera directement à ton propre corps, alors tu auras à lâcher prise, à quitter ta compréhension intellectuelle (cérébrale) et à laisser ton corps se nourrir du langage corporel du pédagogue...


Retransmettre est un acte d'amour, enseigner nécessite une relation de confiance, et un bon professeur est un être qui a la démarche généreuse et authentique d'aller jusqu'à chercher les défauts tapis en vous même si cela doit soulever dans votre propre égo des lames de fond!

Apprendre, c'est entrer dans un cours en laissant à l'entrée ses propres bagages. Si un professeur semble briser votre orgueil, semble vous répéter inlassablement des régles de débutant alors que vous en êtes à votre énième année de cours de danse, alors gardez le, il est votre précieux pédagogue!


A vous de vous investir, de franchir les moments de doute, de profondes remises en question, à vous de vous imprégner de l'énergie des êtres qui ont la même démarche de se renouveler chaque instant dans leur discipline, leur art et expression corporelle!  

 

Publié dans Tango argentin

Commenter cet article