Pensée positive, rendez-vous avec votre inconscient

Publié le par Fred

 

Pensée positive et rendez-vous avec votre inconscient







Généralement profonde, mon écriture se veut aussi parfois superficielle : je pense que la vie est enrichie de toutes les couches dont on se revêt, et j'aime penser que si la tristesse est au fond de mon coeur, je me dois de la faire sourdre à la surface dans la joie et la bonne humeur!

C'est peut-être bien là la méthode de la pensée positive, nourrir son mental de bonne humeur, de phrases dynamisantes qui sont autant de messages d'amour à notre âme - ce corps émotionnel - qui absorbe les éléments de la régie mentale, avec cette tendance à prendre tout pour argent comptant! Et n'oublions pas en aval, que c'est l'énergie astrale (émotionnelle) structurée par notre âme (notre psyché) qui à son tour répercute nos pensées dans notre organisme!

Après, il y a un travail de connaissance de soi-même, qui passe par des phases où l'on doit affronter sa part d'obscurité en y tentant quelque résolution neuro-linguistique ou encore en passant par des introspections que la majeure partie des gens fuit... Ce n'est pas facile d'affontrer nos défauts, nos failles, trier les agrégats du passé qui alourdissent notre karma!


J'ai constaté aussi que l'éveilleur de conscience aime nous placer parfois à contre-courant du fleuve de la vie : ce sont ces moments-là où une maladie, une période précaire, un isolement plus ou moins imposé, nous poussent au retranchement. Parfois c'est une dépression.

Nous sommes acculés dans les replis de notre âme : on est privé d'action, la solitude nous tend le miroir magique, tel un étrange rêve, nous invite comme Alice fut invitée par le lapin, à entrer dans l'un de ces boyaux qui va nous conduire sous terre. Ce n'est pas l'entrée royale pour découvrir notre inconscient, mais ce sont autant de brêches qui soudainement s'ouvrent autour de nous... on se sent sans repères, égaré dans une dimension irréelle, happé par des tentacules émotionnelles qui nous mettent en doute et nous contraignent à affronter seul les obscurs rouages qui gèrent notre personnalité...


Sachez une chose capitale, en de pareils moments, peut-être en pleine dépression, ou bien encore pendant une psychothérapie : brandissez l'épée du discernement, avec suffisamment d'amour à offrir à vous-même tandis que vous êtes en chemin pour ce rendez-vous avec votre inconscient!

Sachez encore voir, voir sans juger, sans vous blâmer, sans vous attarder sur des regrets et des remords. Certaines émotions vont surgir : il vous sera difficile de les laisser s'en aller... C'est ainsi : ça fait souffrir et pensez, dans de tels moments, que la chose la plus difficile à faire est bien d'apprendre à se détacher de l'idée que c'est cette souffrance-même qui est responsable de tous vos maux. S'accrocher à des souvenirs, des regrets ou des rêves perdus à jamais, c'est s'accrocher à la souffrance même qu'ils ont provoquée à l'époque.


Apprenez à sacrifier cette souffrance-là : faites-lui comprendre que vous n'avez pas besoin d'elle pour vous raccrocher, pour vous rassurer, vous justifier sur votre chemin!

Ne faîtes pas attention aux nuages sombres qui traversent votre quotidien : vous savez bien que le soleil demeure présent, qu'on le voit ou non, le jour comme la nuit!


 

Publié dans Une Plume de Provence

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article