Image et citation: L'encre de ma plume

Publié le par Frédéric Zarod

Une photo, une citation... et un beau texte à lire!

Une photo, une citation... et un beau texte à lire!

Alors que je venais de créer mon blog, j'ai pris en photo ma main gauche tenant une plume... Je savais que j'apprêtais à rendre mon coeur vulnérable en offrant mes textes, mes récits poétiques, et mes réflexions sur nos intrigues et richesses humaines, à des milliers de lecteurs et lectrices...

Image & citation:

"L'encre de ma plume coulera tant que la vulnérabilité ne sera pas moins choquante que la violence en ce monde."

 

A lire aussi:

Hommage à la phrase, quelques photos-images-proverbes zarodiens, et ma pièce de théâtre à télécharger gratuitement

 

Ci-dessous, "L'encre de ma plume", le texte:

L'encre de ma plume...

L'encre de ma plume...

L'encre de ma plume coulera tant que la vulnérabilité ne sera pas moins choquante que la violence en ce monde... Prenons l'image habituelle du garçon ou de l'homme qui pleure. Pour certains hommes, y a pas photo: un mec qui chiale comme une gonzesse, ça les choque.

Ce sont des hommes qui vivent sous la loi archaïque de l'instinct animal, grégaire, la loi de la jungle: la vulnérabilité, tout ce qui est fragile ou défaillant, ne mérite pas de vivre. Tu seras un homme, mon fils. Telle est - soi-disant - la loi de la nature, la loi du plus fort...

Et pour le plus fort, le maillon faible choque. Alors on emploie sans scrupule la violence, pour éradiquer ce qui gêne, car le coeur dur comme la pierre n'aime pas les coeurs d'artichaut, les âmes sensibles, la féminité appartient à la femme, les hommes se battent, défendent leur territoire, leur femelle et leur progéniture...

 

A quoi bon les Evangiles, tendre l'autre joue, car Jésus nous encourage bel et bien à désamorcer ce cycle infernal de la violence... à nous aimer les uns les autres: regardez comme cet adage fait sourire, fait rire la plupart des gens: aimez-vous les uns les autres, oui, le dire haut et fort pourrait encore choquer de nos jours un certain nombre d'hommes, sans doute quelques femmes aussi?...

Des hommes et des femmes qui, sans sourciller des yeux,  proféreront des paroles blessantes, commettront des actes violents, aveuglement, sans se poser la moindre question, car le diable se nourrit de violence et de peur...

La peur de se savoir si fragile... Est-ce une honte que d'être vulnérable au milieu des siens? La loi de la tribu, la loi du gang. Les règles de la bêtise humaine. Des êtres vulgaires choqués par un homme à genou, qui supplie, des monstres paniqués par leur propre désir incontrôlé devant une femme acculée dans l'impasse sombre. Elle était si vulnérable, vous comprenez, avec sa jupe, et ses yeux de biche... Sa grâce, sa beauté, sa fragile silhouette étaient un affront pour ces mâles qui n'ont que l'instinct comme dieu, des âmes infernales... Parfois même les autorités ferment les yeux... Des représentants de la loi davantage choqués par le comportement naturel d'une femme qui n'a rien demandé d'autre que de se promener librement dans un monde "civilisé".

Jésus choque peut-être plus que jamais en l'an 2000! Lui qui défendait les malades, les handicapés, les prostituées, les êtres vulnérables... Oui, Jésus a l'air de choquer bien plus que certaines violences banalisée à la télé, dans nos médias occidentaux.

 

Cette violence qui fait partie de certaines traditions, une violence admise, justifiée par des arguments qui n'en sont même plus, une barbarie qui ne choque même pas: le taureau que l'on torture, que l'on drogue, avant de le mettre à mort lentement... Bête vulnérable sur laquelle des barbares s'acharnent... Des femmes africaines ou des bébés qui subissent l'excision sans qu'on leur demande leur avis.

 

Mais savent-ils que l'on peut faire de ses faiblesses et de sa fragilité une force? Savent-ils que la loi du plus fort ne sert que l'oeuvre de Satan, le règne du chaos, le déni de la conscience, l'abnégation du travail spirituel de l'être humain, son effort, son travail sur lui-même, qui consiste à mettre de la lumière dans ses propres ténèbres?

 

Avignon, le jeudi 3 mars à 3h33

Être vulnérable, fragile, est-il une force?

Être vulnérable, fragile, est-il une force?

Commenter cet article

Laret 03/03/2016 09:51

Très beau texte, et si juste! Bravo...Bonne journée, Jean-Pierre

Frédéric Zarod 04/03/2016 11:38

Merci Jean-Pierre, te souhaitant également une belle journée