Queer Tango, LGBTQI et ami-e-s cisgenres, la vie est un arc-en-ciel

Publié le par Fred Tango Plume

Tango Queer, les hommes invitent les hommes, les femmes dansent avec les femmes, et VICE-VERSA !

Tango Queer, les hommes invitent les hommes, les femmes dansent avec les femmes, et VICE-VERSA !

Dans LGBT, il y a Trans, aussi! Un tango transidentitaire...

Dans LGBT, il y a Trans, aussi! Un tango transidentitaire...

Colore ta vie en queer, mets des fleurs dans les rues, flirte avec le risque d'aimer ~ tanguera du 84 ~

Colore ta vie en queer, mets des fleurs dans les rues, flirte avec le risque d'aimer ~ tanguera du 84 ~

Queer Tango: quelques mois avant l'explosion toute rose de mon festival d'adornos...

 

Dans l'esprit tango queer, (article publié pour la première fois en 2015), les hommes peuvent danser ensemble, les femmes dansent aussi entre elles, c'est l'égrégore du tango argentin qui se mêle à la vie en rose (texte écrit le 20 mai 2017), en bleu, et mauve, et pourpre, émeraude ou safran, des filles et garçons, binaires et non-binaires, qui switchent et ré-inversent les rôles, à l'existence poétiquement, judicieusement et merveilleusement nuancée, non moins étrange que curieuse, des êtres aux tendances multicolores, alto-disciplinaires, plurifonctionnElles, aux pratiques divergentes et extra-ordinaires, trans-vagantes ou internationElles, c'est la ronde milonguera et le cercle feutré, Il-lustré, bailando et bolérique, de la Cité Rayonnante de Buenos Aires, enrichis par nos sensibilités, par toutes les fiertés et les entêté-e-s (récit poétique philologique et mystique de ma gaypride du samedi 17 juin 2017) qui oeuvrent pour le droit naturel à la diversité, aux modes de vie alternatifs, para-versés ou intro-servis, c'est le tango des bons à rien, le bonheur des tangos déviés, ce sont les milongas ouvertes d'esprit et les valses arc-en-ciel... des  LGBT + QI + friendly (Lesbiennes Gays Bis Trans Queer Intersexe & Ami-e-s Cisgenres Hétéros).

 

Ouverture d'esprit, un arc-en-ciel aux mille et une curiosités et banalités, un festival dont l'extravagance côtoie la discrétion et la pudeur, un meeting où l'on porte le queer à merveille, encuentro qui n'exige plus la parité hommes/femmes, qui se nourrit de la mixité, siège de toutes les transitions, en l'honneur de Sapho, ou au risque de sortir du placard, où l'on ne juge personne, pas plus son orientation sexuelle, et ce que l'on a dans le slip ou la culotte, que son physique, sa nationalité, son âge, son compte en banque, son handicap visible ou... mental, ou encore son esprit critique et (im)pertinent!

 

La vida es una milonga... sentimentale et sentimentalement travestie, un bal de tous les jours, aussi bien astral que physique, exagéré ou transgendré, où les bourgeons peuvent éclore sans peur des rayons ardents de Phoebus, où coquelicots et roses, lys et fleurs de pissenlits s'émerveillent sur un tapis d'herbe grasse et fraîche, avec des jardins secrets que les hommes et les femmes cultivent à leur guise en respectant leur voisin qui n'a pas la main verte, leur voisine faisant  bonne ou mauvaise pioche, en évitant de piétiner les fleurs humaines, leur beauté singulière et leur diversité qui nous étonneront toujours (ouvrir dans une nouvelle fenêtre)!

 

En restant fidèle à la Reine des danses, sans ou sous tendance queer, il ne s'agit pas ici - dans mon article - de bousculer l'hétéro-norme de la milonga, mais de faire une place aux hommes et aux femmes qui sont du "genre" à aller à contre-sens de la bienséance acquise et majoritaire, mieux, de célébrer les infinies variations de la relation humaine, tour à tour écorchée, rieuse, égarée, curieuse, apaisée, maladroite, des êtres en quête de tendresse ou d'amour, en proie aux démons, en phase de se réconcilier, en bon terme, ou thermiquement instables.

Tel est mon hommage partisan aux sensibilités variées et parfois opposées, et à l'attirance plurielle, qui font également la richesse du tango rioplatense, que ce dernier soit scénique avec des sourires chorégraphiés, ou qu'il soit brut de décoffrage, inspiré par les hautes instances des remous et méandres de notre psyché!

Improvisations PRINTEMPS 2017 ~ tangO mOn amOur histOire d'OchO cOrtadO

Être trans, queer, homosexuel ou travestie en France, n'est pas criminel que je sache? Le troisième sexe/genre, avec sa double spiritualité, offre une expertise enrichissante sur la relation homme-femme... Les transgenres, transsexuels et autres transidentitaires auraient des choses précieuses à partager, sur tous les plans, y compris intellectuel, artistique et spirituel. Pensons au berdache chez les indiens d'Amérique du nord!

Être trans, queer, homosexuel ou travestie en France, n'est pas criminel que je sache? Le troisième sexe/genre, avec sa double spiritualité, offre une expertise enrichissante sur la relation homme-femme... Les transgenres, transsexuels et autres transidentitaires auraient des choses précieuses à partager, sur tous les plans, y compris intellectuel, artistique et spirituel. Pensons au berdache chez les indiens d'Amérique du nord!

Être trans en France ~ MES PREMIERS PAS sur talons aiguilles PRINTEMPS 2016

(*) Pour info, LGBT est un sigle pour désigner la communauté des Lesbiennes, Gays, Bisexuels et Trans. Queer est un mot anglais signifiant "étrange", "bizarre", "peu commun", apparu dans les années 80: je vous renvoie à la définition Wikipédia. Ne pas confondre le mot Queer avec le mot Queen (Reine), bien que Freddie Mercury...

(*) Pour info, LGBT est un sigle pour désigner la communauté des Lesbiennes, Gays, Bisexuels et Trans. Queer est un mot anglais signifiant "étrange", "bizarre", "peu commun", apparu dans les années 80: je vous renvoie à la définition Wikipédia. Ne pas confondre le mot Queer avec le mot Queen (Reine), bien que Freddie Mercury...

Queer Tango, LGBTQI et ami-e-s cisgenres, la vie est un arc-en-ciel

Transgenre et danseur queer de tango confronté moralement à la manifestation pour tous, la question du mariage gay

 

Si j'ai l'esprit tango queer (ouvrir dans une nouvelle fenêtre), je n'ai absolument pas à juger la manifestation des millions de français et françaises qui ont défilé pour revendiquer le respect de la tradition, à savoir le droit de l'enfant de grandir dans un couple hétérosexuel-normé: nous n'avons pas le droit de priver un enfant pendant les premières années de sa vie, de la présence de l'énergie féminine  et de l'énergie masculine.

 

Un enfant a le droit d'avoir une maman et un papa, c'est un respect de la nature, un respect des cycles de la vie, des saisons et de l'horloge biologique de l'être humain, respect que nous devons à l'enfance.

Bien sûr, mieux vaut qu'un enfant grandisse là où il peut recevoir une éducation saine, équilibrée, plutôt que dans un orphelinat... Mais le problème ne se pose pas: un couple hétérosexuel doit attendre en moyenne sept ans pour une adoption. Pourquoi établir un passe-droit pour livrer l'enfance à une expérimentation très hasardeuse?

 

Je répète: un enfant est un être humain, un être vivant, terrestre, qui naît de la "poussière" et qui redeviendra "poussière", autrement dit, un être qui a besoin qu'on respecte pour lui ce que la Terre Mère Nourricière à de meilleur à lui offrir.

Oui, je suis contre cette loi qui autorise des adoptions à tout-va, au nom du fric, et qui conduira les femmes à louer leur ventre, les entreprises à vendre des bébés. Je suis beaucoup trop féministe pour ne pas réagir contre les propositions insidieuses que nous tendent nos élites biberonnées au lait de la haute finance.

Les apprentis-sorciers n'ont pas fini de jouer avec le sort de notre humanité, et à grands coups de milliards, d'induire des courants perfides sous les apparences du progrès. On nous a confisqué nos terres, en augmentant le coût de la vie, privés du droit naturel de s'en nourrir directement, rendus dépendants de gigantesques systèmes commerciaux et industriels, déshumanisants, qui assassinent la compétitivité honnête et l'émulation saine entre les gens et groupes locaux à échelle encore humaine...

L'homme finira par mettre un prix sur toute chose et tout être à la surface de cette planète, y compris sur lui-même, sa progéniture, et ses organes.

 

Homophobie et transphobie

 

Je suis contre l'homophobie et la transphobie, cela va de soi, et je salue au passage le combat de la communauté LGBT qui sensibilise le public afin de glisser davantage de tolérance dans l'esprit et le coeur des gens. Je suis aussi rassuré que la Manif Pour Tous ait rassemblé des millions d'êtres humains légitimement inquiets, et choqués, devant les politiques étranges, contradictoires, d'un système ultra-libéral qui - force est de le constater - ne favorise encore une fois que les princes de ce monde, et leur égo démesuré, assoiffé de pouvoir et d'argent, bien souvent sans scrupules pour parvenir à leurs fins.

 

 

Si je tiens à faire cette digression dans mon article, c'est qu'il s'agit bien d'ouverture d'esprit, et de bon sens. Je pose des questions. Soulève des problématiques.

Je fais partie de l'une des premières générations nourries au lait en poudre industriel, et à avoir été endoctrinées par l'omniprésence et omnipotence de la télé placée dans nos foyers... à la droite du père...

En outre, je célèbre le 8 mars, la Journée de la Femme (ouvrir dans une nouvelle fenêtre), car je suis un tanguero féministe, avec un guidage, une connexion et un abrazo qui vont de paire.

 

Enfin, je suis un queer-tangonymous. Je pose des questions (im)pertinentes. Soulève des problématiques profondes dissimulées sous les pseudo-problématiques outrageusement médiatisées, qui ont une certaine tendance à servir la propagande de guerre occidentale.

N'est-ce pas en observant la nature, que les hommes ont fait de grandes découvertes scientifiques? Respectons-la,  tant vis-à-vis de notre environnement que sur le plan des relations humaines, elle a encore bien des choses à nous apprendre. Pourquoi lui tourner maintenant le dos, n'est-ce pas nous détourner de notre dharma?

L'ouverture d'esprit, ce n'est pas qu'une mode qui veut qu'on accepte tout et n'importe quoi. L'ouverture d'esprit implique aussi notre esprit critique - tant qu'il n'existe pas encore une loi visant à interdire toute personne de réfléchir à contre-courant, de penser en dehors du cadre de la pensée unique. Une loi qui tuerait également de fait l'esprit queer.

Défendre les minorités, bien sûr, car ce sont elles les premières à trinquer sous les effets d'une montée en puissance de la violence. Défendre la veuve et l'orphelin, l'estropié et la fille de joie, pensez donc! Il y a deux mille ans de cela, Jésus défendait déjà les minorités, les communautés les plus fragiles, les être vulnérables.

 

Alors c'est avec le même côté queer et mon esprit tango, que je me rends compte, par ailleurs, que j'ai besoin d'aimer d'amour la Vie et son Mystère, et d'exercer mon droit d'aimer et droit d'amour: j'aime ce qui me ressemble, mais la différence m'aide aussi à me construire, ainsi suis-je attaché à la pseudo-norme cisgenre ou hétérosexuée pour me (re)construire, pour continuer à évoluer aussi bien psychologiquement, que spirituellement, que ce soit sur le plan social ou affectif.

 

On a tous un enfant en nous enfermé là dans notre coeur, qui a besoin de notre attention! Il n'avait pas donné son consentement, pendant les sept premières années de sa vie, pour recevoir des brimades excessives, ou des violences horribles, subir l'absence du père ou l'indifférence d'une mère.

Donnons à l'enfant, une femme pour mère, un homme pour père, et c'est plus tard, qu'il pourra choisir, une fois adulte, s'il préfère être dans les bras d'un homme ou d'une femme, s'il préfère l'énergie spécifiquement masculine, avec sa corpulence, ses odeurs, son poil, sa voix roque, ou l'énergie typiquement féminine, avec ses rondeurs et sa voix soyeuse, son accueil chaleureux et charnellement si tendre.

 

 

Par ma sensibilité exacerbée, sous les déferlantes et douceurs de mon anima, je me trouve en grande affinité avec l'esprit LGBT, je me sens sans doute bien plus qu'un hétéro-friendly. Mais je me (re)construis grâce à l'ancestral et naturel couple homme/femme.

 

Oui, j'ai besoin sur le plan social et affectif de baigner dans l'énergie des hommes qui affrontent ou enlacent l'énergie des femmes, s'y mêlent, s'en démêlent, besoin de vivre au milieu des rencontres, des querelles, des harmonies que font et défont sans cesse les énergies féminines et masculines, ensemble, ou par paire.

 

D'une société binaire vers un monde ternaire? L'esprit tango queer

 

C'est avec l'esprit tango queer - et d'un colibri, que j'ai besoin du socle rassurant de l'hétéro-normalité (avec sa tradition de la famille).

Encore que je n'aime pas trop ce dernier mot... Quand on sait que l'alimentation saine, issue d'une manière ancestrale de la Terre Mère Nourricière, que défend encore la permaculture, par exemple, ne fait plus partie... de la norme de notre société industrielle dont nous sommes les frénétiques consommateurs, je ne vois pas en quoi le fait d'être attaché tout naturellement au jeu des énergies opposées et complémentaires que nous offre le couple homme/femme, devrait être considéré comme une norme qui n'a plus sa place aujourd'hui, une norme complètement périmée, voire... honteuse - qu'on essaie de nous faire passer comme une chose malfaisante et en voix de disparition!

Je suis donc un colibri, un drôle d'oiseau, avec son droit à l'extravagance: pour moi, les changements, inversion et transition, de rôles - leader/follower (meneur/guidé) n'auraient aucun sens, si notre Créateur n'avait pas si admirablement divisé ses créatures sous la forme de deux énergies opposées... et donc complémentaires.

 

 

"En chaque homme est contenu une femme, et en chaque femme un homme. (...) C'est une des tâches les plus importantes de la femme de reconnaître l'homme en elle-même."

Mâ Anandamayî - L'Enseignement de Mâ Ananda Moyî

 

 

C'est en m'intéressant à la technique femme (women's technique - técnica para la mujer), ou encore en faisant des massages de bien-être aussi bien à des femmes qu'à des hommes, que j'ai ressenti au plus profond de mon être, qu'un homme n'est pas une femme, et qu'une femme n'est pas un homme. Ce sont là deux énergies bien différentes. A la fois opposées et complémentaires.

 

Lorsque je danse un tango  avec un homme en abrazo cerrado (enlacement serré), je ne vois pas en quoi cela doit conduire à un acte plus concret... plus concret que quoi? - Je danse avec une femme, donc je couche avec elle?

N'ai-je pas le droit d'expérimenter, d'apprécier, d'épanouir ma partie féminine, son énergie, alors que je suis guidé(e)?

Que les aficionados de la milonga hétéronormée ne me jettent pas trop vite la pierre: si je les répugne, ça n'appartient qu'à eux d'imaginer qu'il pourrait y avoir anguille sous roche; eh quoi! Depuis quand le bal des hétéros devrait interdire deux hommes, deux danseurs, de se répartir les rôles, de faire abrazo fuerte pendant un tango argentin, c'est le darshan, l'étreinte affectueuse, qui dure simplement plus longtemps que le darshan que j'ai eu la chance de recevoir d'Amma fin 2012 à Toulon.

Si danser en abrazo fermé avec un autre homme répugne certaines personnes foncièrement hétéros, c'est que ces dernières ne sont pas dans l'instant présent, en conscience, je veux dire, qu'ils projettent sur le couple éphémère que je forme avec mon partenaire de tango et de fortune, leur peur, ou propre désir - qu'importe, je m'en fiche. Est-ce ma faute si ces personnes pensent sous la ceinture, et non avec l'intelligence du coeur?

Tel est l'esprit queer tango, chacun fait ce qu'il veut avec son corps, on n'a pas à juger, ni à savoir.

 

 

Deux hommes qui dansent ensemble

 

Alors bien sûr, je reconnais qu'il y a deux façons d'aborder le fait de danser entre hommes: il y a le tango entre mecs, un tango viril, qui fait le jeu de l'affrontement, on inverse les rôles leader/follower pour dire que chacun a le "dessus sur l'autre", je mène, je suis mené.

C'est didactique également. On s'amuse, et l'on amuse la galerie... hétéronormée. Cela fait un peu penser au jeu martial: en boxe, on se tape dessus, parfois on se retrouve affalé l'un sur l'autre, épuisé, en plein "darshan", avec cette envie de rendre les caresses de cuir qu'on vient de recevoir de son partenaire qui partage la même sueur, la même rage intérieure, et... le même trop plein d'amour sous les blessures mal refermées de notre existence respective.

Puis il y a l'autre façon de danser un tango entre hommes... L'un d'entre nous rentre dans l'énergie féminine, s'y investit émotionnellement. On revient à l'esprit queer de ce tango-là. C'est dire mon amour du tango argentin.

 

 

Qu'importe à qui j'offre le grain de ma peau, à quel regard persistant je laisse le soin de me troubler, entre quelles mains ma sensualité s'éveille, pour quel être je donne les vibrations de mon âme lune-soleil, au diable les jugements et la bêtise des hommes, que je me sente vivant et apaisé sous la braise ardente d'un baiser qui sait prendre avec délicatesse et imagination mon désir en le faisant tourbillonner voluptueusement tel l'enchaînement de magnifiques adornos et boleos, un baiser subtil que je reçois comme j'aime accueillir en profondeur un tango nommé "A Evaristo Carriego", une milonga sentimentale, ou la valse Amor de mis amores, un baiser torride dont le soufre ou la saveur me fait transiter par des contrées encore inconnues à mes sens!

 

Dans l'esprit queer, on ne juge pas l'infinie variété sensuelle et poétique qui anime les êtres. Trop de normes, un excès de codes, tuent le coeur de l'étranger, les choses bizarres mais enrichissantes chez cet homme qui n'a pas eu le temps de panser ses plaies, l'extravagance d'une âme qui se cherche entre le cuir d'un fauve et la soie d'une sirène.

Imposer une norme cisgenre coûte que coûte chez les drôles d'oiseaux, ou obliger des hommes et des femmes foncièrement hétéros à consentir à des sensibilités trop déplacées devant leur naturel équilibre que l'existence a pu leur offrir, nous voue toutes et tous à nous priver de la chance merveilleuse de nous positionner en tant qu'êtres uniques, et de défendre en conscience notre royaume dans lequel à l'égo, doit s'opposer certaines forces contraignantes, constructives, et positives.

Que nos différences soient une aubaine pour inviter chacun à se remettre en question, et non un malheur qui continuera à faire le jeu des puissances sataniques en oeuvre dans notre société d'asphalte, de plastique et de ferraille.

 

Et pour conclure avec un brin d'humour et de gaieté: que les hommes soient des durs à queer ou des cuirs chevelus sous lesquels s'éveillent une âme très sensible, que les féministes soient des hétéros rangées ou des femmes qui n'ont besoin ni du plombier, ni du perroquet, que l'on soit d'un bord ou de l'autre, de telle confession, de tel continent, ou de telle planète, le tango argentin et ses milongas ouvrent son abrazo à toutes nos richesses et intrigues humaines!

 

Fred Tango Plume, Avignon

Cet article a été publié la première fois le 28 décembre 2015

 

Dans l'Esprit Tango Queer ~ Décembre 2015 à la suite de mon tout premier cours de technique femme à la barre classique à Avignon avec une excellente prof qui m'a beaucoup appris sur la posture adéquate et respectueuse du corps

Danseur queer qui ne voit aucun inconvénient à partager une certaine philosophie LGBT. Un état d'esprit au lieu de se donner un genre. Une sensibilité certaine, et de l'empathie: des hommes, des femmes, et des transitions pas toujours roses. La vie est un festival enchanteur où j'ai une tendance à préférer aux parties de jambes en l'air, le travail en conscience de mon jeu de jambes, de mes adornos de follower dancer pénétré par la beauté du tango rioplatense!

Danseur queer qui ne voit aucun inconvénient à partager une certaine philosophie LGBT. Un état d'esprit au lieu de se donner un genre. Une sensibilité certaine, et de l'empathie: des hommes, des femmes, et des transitions pas toujours roses. La vie est un festival enchanteur où j'ai une tendance à préférer aux parties de jambes en l'air, le travail en conscience de mon jeu de jambes, de mes adornos de follower dancer pénétré par la beauté du tango rioplatense!

L'homme est mort. Est-ce un suicide?

Quand je ne suis pas en milonga, j'écris la vie en rose, en bleu, en mauve, entre Sapho, la dixième muse, comme la qualifiait Platon, et Phébus, dieu du soleil, ou Apollon en latin!

Quand je ne suis pas en milonga, j'écris la vie en rose, en bleu, en mauve, entre Sapho, la dixième muse, comme la qualifiait Platon, et Phébus, dieu du soleil, ou Apollon en latin!

Mouette ou Goéland? Quel genre d'oiseau valse?

Queer Tango, LGBTQI et ami-e-s cisgenres, la vie est un arc-en-ciel
Queer Tango, LGBTQI et ami-e-s cisgenres, la vie est un arc-en-ciel
Queer Tango, LGBTQI et ami-e-s cisgenres, la vie est un arc-en-ciel
Queer Tango, LGBTQI et ami-e-s cisgenres, la vie est un arc-en-ciel
Queer Tango, LGBTQI et ami-e-s cisgenres, la vie est un arc-en-ciel
Queer Tango, LGBTQI et ami-e-s cisgenres, la vie est un arc-en-ciel
Queer Tango, LGBTQI et ami-e-s cisgenres, la vie est un arc-en-ciel

L'éveilleuse des Consciences ~ Tango milonga queer ~ Mes premiers pas sur talons aiguilles, printemps 2016

Queer Tango, LGBTQI et ami-e-s cisgenres, la vie est un arc-en-ciel

Commenter cet article