Faut-il refuser une invitation

Publié le par Frédéric Zarod


Faut-il refuser systématiquement une invitation, même d'un danseur qu'on croit ne pas aimer? Il est une loi silencieuse qui veut que l'on refuse parfois l'invitation d'un danseur qui, malgré lui, nous remettrait en question dans notre tango que l'on croit satisfaisant. Il est plus aisé de projeter sur lui nos propres défauts de guidage ou de musicalité... ou encore sa colère, sa jalousie, ses frustrations.

Et vice-versa: refuser d'inviter systématiquement une danseuse sous prétexte qu'elle danse "mal" est un piège pour les danseurs qui manquent peut-être d'envergure, d'honnêteté envers leur propre tango, qui préfèrent se cacher dans le confort et les bras d'une autre danseuse qui les rassure...




Les refus à une invitation dans nos milongas peut être aussi à double tranchant: il faut toujours parier sur la non permanence de ce qui est le jour même ! Car...

Les danseuses courent vers l'arbre le plus élégant, le plus grand, et ignorent complètement le jeune arbuste qui fléchit sous le mistral... mais va savoir: demain, on découvre que le plus élégant, le plus grand arbre n'était qu'une écorce vide, et l'arbuste entre temps est devenu un arbre bien enraciné dont la frondaison offre une fraîcheur confortable sous le soleil ardent de nos milongas!

J'invite les danseuses débutantes comme j'invite les danseuses qui ont l'expérience de la milonga et/ou des acquis solides. Je ne prends pas en considération une danseuse pour l'état dans lequel elle se trouve dans l'instant T, mais je parie toujours sur le cycle des saisons, et la possibilité merveilleuse que nous avons, êtres humains, d'évoluer, de grandir, de voir nos efforts sincères récompensés!


Je ne perds jamais de vue qu'en toute danseuse de milonga se cache une graine de maestra!
   



Si vraiment un danseur et une danseuse sont comme chien et chat, que le courant ne passe pas du tout du tout du tout, il est préférable qu'ils fassent tous les deux, abstraction de l'autre! Le tout, c'est que les 2 "parties" en soient bien informées.

Il est vrai que les refus aussi bien que les invitations, sont chargés de tant et tant de raisons propres à chaque danseur et danseuse, que les choses peuvent évoluer du jour au lendemain, liées à l'humeur ou à l'état aussi bien du danseur que de la danseuse, que si l'on y mettait dans tout ça de la courtoisie, de la gentillesse, ce serait mieux - s'il le faut, une bonne explication, un échange verbal, pour éviter toutes les suppositions et fantasmes, évitera des souffrances inutiles, tout au moins des malaises redondants.

A lire aussi:


Mirada & Myopie


Vidéo tango humoristique : je l'ai invité (e) et  j'ai répondu à son invitation!
 

 

Publié dans Tango argentin

Commenter cet article