Reines du tango argentin, un bal au château, une milonga quelque part en France

Publié le par Madame la Baronne

Reines du tango argentin, un bal au château, une milonga quelque part en France

Le tango argentin est la Reine des danses, inscrite comme patrimoine mondial sur la liste de l'UNESCO. Pas étonnant! Car le tango est un château de velours et de satin, un palace où les talons-aiguilles tricotent des cottes de mailles pour les cavaliers fervents en costume du dimanche, où les reines du bal y trouvent leur club social, et l'abrazo (enlacement, embrace en anglais), une forteresse impénétrable au sein de laquelle leurs émotions demeurent privées. C'est toujours dimanche quand je suis dans les bras d'une tanguera!

Issue principalement de la habanera et du candombe, c'est une musique sud-américaine qui vient des bas-fonds du Rio de la Plata, une danse née des bordels de Buenos Aires et de Montevideo (prostibulos). Entre ses légendes populaires et son histoire ténébreuse, depuis 1880 paraît-il, cette danse n'a jamais fini de gagner ses lettres de noblesse, nous offrant périodiquement ses reines du tango: la Reina del tango de Carlos Gardel, la Reina de saba de Francisco Canaro, par exemple.

En salon privé ou dans ses clubs sociaux, de la milonga plein-air à l'encuentro, il y a toujours une Reine pour se déhancher sur la baldosa avec... el Rey del Compas. Sur la scène ou la piste, les reines du tango sont un mystère de toute beauté, c'est pour cela qu'on se fait du tango, une bien étrange histoire, sordide et joyeuse, une thérapie addictive ou bien une addiction thérapeutique, selon que vous utilisez votre hémisphère gauche ou bien le droit...

Violette est une super bonne danseuse milonguera, double rôle: leader et follower dancer, écrivaine célibataire qui fait quand même toute une scène de ménage au milonguero qui refuse de l'inviter par la mirada et le cabeceo. Madame la Baronne se prend pour une maîtresse tanguera, et autrice dramatique (on peut dire auteure, forme féminine envisageable). Tour à droite, tour à gauche, la jeune et belle et cruelle tanguera fait des 8 avant, des 8 arrière (ocho atras y adelante, ocho cortado) sur l'échiquier de notre Reine des danses, pratique au féminin, championne du jeu de jambes qui frise la catastrophe, et des jeux de pied qui font de cette précieuse ridicule, un clown à la Molière, mais sans les vers, ça rime de désespoir en solitude, ça travestit le cœur de l'homme mal dans sa peau, en manque de tendresse, dire que cette femme fatale des soirées dansantes, n'a jamais pris un seul cour de théâtre ni de danse contemporaine, ça n'enlève rien à son charme, à sonn talent: Fred vous souhaite la bienvenue au château des chimères, au club des femmes qui n'ont ni ovaires, ni utérus. Tantôt féministe, tantôt macho, ce beau mec dont la laideur égale son savoir-faire sur la piste de danse, ravit les meilleures tangueras françaises et outre-mer, entre connexion et douceur, le câlin musical se transforme en promenade romantique. Comment draguer une si jolie blonde bien mystérieuse, qui donne des cours de tango rioplatense avec toute la sécurité de l'écriture inclusive et la confiance dans sa pédagogie, des cours collectifs qui étaient gratuits en 2019 et 2020, car la prof est bénévole. Secrète pièce loin de la tragédie grecque, un boudoir où le drame côtoie le marivaudage, avec un peu d'humour, et un personnage principal dont on se demande si c'est une lesbienne ou une femme-enfant qui cherche chez Victor, son ami aristocrate, l'image du père ou d'un dieu qui aurait oublié d'être patriarcal et misogyne. Aucune chorégraphie dans ce décor, ma danse se veut moderne, fraîche et amatrice, oubliez le jazz contemporain classique, quand on sait que 8 x 8 font 64, le jeu de la dame devient vite romanesque. La rose mystique est mise en échecs: l'abrazo milonguero est le refuge des mauvais danseurs, et Miss Violette guide les femmes, se laisse guider par les hommes en se foutant royalement du regard oblique des braves gens. Une excellente danseuse et un écrivain raté quelque part dans notre douce France.

 

Téléchargez GRATUITEMENT ma pièce de théâtre:

Le Mystère Victor (format PDF)

-----> Lien sécurisé vers le document <-----

Auteur: Frédéric Zarod, alias Fred Milongeroz

Reines du tango argentin, un bal au château, une milonga quelque part en France

Dans un coin du Midi se trouve un lieu majestueux pour toutes les danses de salon, club privé qui accueille une milonga dominicale, pour du tango social réservé aux cavaliers et princesses, sous des voûtes en pierre de taille, le bal de château où la noblesse de nos pas se conjugue avec la simplicité altière de nos retrouvailles en famille milonguera.

Cela vous dit? Un petit tango pour ce dimanche soir, une vie d' château, à 30 minutes d'Avignon?

Pas envie de faire des kilomètres, plutôt manger un bon steak frites sur place, accompagné de Madame la Marquise, le petit verre de vin rouge qui va avec, et mon café allongé (pas sur la marquise, bien sûr) avant d'enfiler mes chaussures de tango argentin.


19h à 2h, danser, tanguer, faire valser la châtelaine, dans un lieu féérique, où l'on peut marcher, trotter, terminer son weekend en club milonguero, sur un parquet royal...

Marcher avec sa danseuse préférée, une duchesse enchantée, hanté par le souci de lui plaire, mais n'allons pas chercher carrosse à minuit, c'est d'une romantique calèche, que nous vient cet étrange bercement de l'abrazo, un réconfort plus royaliste que la reine, une sérénité de Seigneur que toute l'Argentine nous apporte sur un plateau musical.


Telle est la règle  stricte du club, les lions prennent le temps de vivre leur tango, une danse sociale couronnée par les amitiés dansantes dont se félicitent les courtisanes.

Un dimanche simple et reposant qui vaut son Louis d'or.

Reines du tango argentin, un bal au château, une milonga quelque part en France

Vidéo d'une petite reine du tango qui danse dans les milongas de Provence...

 

Une princesse moderne de 20 ans s'invite chez le baron Victor, propriétaire d'un château dans le sud, mais la jeune et belle femme va devoir attendre, souffrir, persévérer dans le salon, à cause d'une ex-épouse jalouse, d'un meilleur ami déjanté, d'un comptable machiavélique et d'une soubrette totalement délurée... Son anorexie ou boulimie (un paradoxe de plus) fait jaser la cour du bon roi.

Dans ce texte dramatique, le mystère pourrait se tenir dans un mouchoir de soie, tandis que je me prépare pour aller dans une milonga du Vaucluse, je vous laisse avec cette première intrigue: ah! si seulement Victor avait su danser le tango argentin, le miroir aurait été plus facile à traverser...

 

Dans les milongas, les couples tangueros, qu'ils soient français ou argentins, dansent dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, mais avant de devenir une reine du bal, danseuse folle amoureuse et langoureuse dans les bras des hommes, j'étais jadis un écrivain amateur, oui, je ne dansais pas dans le bon sens, j'ai perdu mes lettres de noblesse, il reste cette pièce de théâtre que j'ai mis 18 ans à écrire, en téléchargement gratuit, ici dans ce blog, je me veux encore auteur dramatique, avec cet ancien pseudonyme, Fred Milongeroz, 86 pages que vous pouvez télécharger, votre lecture en sera plus agréable! Tanguera dont la plume aristocrate continue de plaire aux lecteurs en langue française, jolie femme pas comme les autres que la communauté du tango argentin en France, queer ou hétérosexuelle, semble aimer comme détester... Se faire ghoster dans une milonga sous prétexte que je suis un homme habillé en femme, chaussures à talons, robe rouge et soyeuse, c'est encore bien triste, mais attendons le retour des soirées de danse en 2021, peut-être que Mademoiselle Violette Tango Plume trouvera chaussure à son pied, un super bon danseur, excellent milonguero amoureux: grosse envie de lui faire une scène de jalousie, de passer à l'acte religieux et théâtral de l'aimer dans l'abrazo apretado. Encuentro milonguero, une rencontre gratuite avec une reine clubbeuse milonguera!

 

Publié dans tanguera, milonga, humour, théâtre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article