Ma citation préférée comme un guide de la sagesse vivante

Publié le par Frédéric Zarod



Comment nous évader de notre prison mentale - Magie de la spiritualité vivante et petite sorcellerie de notre vie quotidienne :


Comment soulever la chape de plomb de notre mental? Car c'est en dessous que se trouve la vie : en effet, on voudrait soulever cette plaque de marbre qu'est notre mental, car parfois nous avons vraiment un chagrin immense devant l'impression de vivre comme un mort-vivant.

Toute la frustration, la nostalgie, la colère, la jalousie,  bercent, nourrissent, alimentent en flux continu notre fil d'actualité qui est ce système à penser, à planifier, à déplacer de lourds blocs du passé, à fabriquer de toute pièce des élans du futur qui ne viendra jamais. Quelle sorcellerie, l'attente du quotidien!

Notre mental? Il recouvre nos ressentis, notre sens aiguisé de l'observation immédiate de ce qui se passe autour de nous, à l'extérieur de nous, ainsi qu'en dedans de nous, notre corps; et les émotions sont logées dans certaines parties de notre corps, dans sa chair, certains organes, sous la peau, entre les os, et c'est cette chape de plomb, cette plaque de marbre qu'est notre corps mental, ce fil d'actualité chronologique ou bordélique, chronophile et chronophage, qui nous maintient en dehors de l'instant présent, à l'extérieur de notre corps et de notre environnement immédiat, et je dirais même loin de notre existence sur terre!

Bien sûr, essayer de soulever cette lourde chape de plomb, nécessite un effort, et faire cet effort : car il deviendra un véritable lâcher prise. Bien sûr, soulever la plaque de marbre, et voici que nous découvrons à quel point on est mal dans notre corps, on est mal dans notre peau!

Soulever, au début c'est lourd. Ensuite, on en a l'intuition, c'est plus léger qu'il n'y paraît. C'est ici que "le corps de souffrance" (comme le nomme Eckhart Tolle dans son livre "Le pouvoir du moment présent")  se réveille. Il n'a jamais dormi en vérité; nous nous sommes anesthésié par la vie truquée d'un corps mental qui nous berce d'illusions, qui nous rassure vainement.

Continuer l'effort du non-effort, la volonté au-delà de la volonté, le fameux "quand on PEUT on VEUT" : observer comment on peut se glisser sous cette chape de plomb. Comment le corps de nos souffrances s'affole...

Observons notre propre affolement!

Soulever le couvercle d'une cocotte minute : ah voyez vous! Cette vapeur brûlante et la projection d'un brouillard opaque qui plonge votre cuisine dans une dimension digne d'un film de science-fiction; mais voyons, ce n'est qu'un choux fleur qui cuit dans votre marmite, votre corps de douleurs, de menus et gros traumatismes, de mille chagrins qui piquent vos narines...


Soyons avec l'épée du discernement dans la main droite, et la main gauche ouverte pour recueillir les perles de rosée. La rose s'ouvre. Et nous devons la défendre. Non pas en luttant. Mais tel le gardien ancré au milieu d'une tempête de glace et d'un tourbillon de flammes, immuable, devant l'entrée du château.

Votre coeur est désormais à l'abri!


Et vous le verrez, peut-être, alchimistes que vous êtes, que cette chape de plomb finira par fondre, et vous pourrez vous revêtir d'une poudre d'or quand la sérénité glissera comme un voile de soie sur le monde que vous êtes et dont vous faîtes partie... en cet instant même, ici, à la seconde alors que vos yeux se posent sur le mot : Amour.



La méditation et la relaxation profonde sont de bons outils. Parfois ça amplifie le "mal", voire la "douleur", pour l'observer simplement disparaître à jamais. Car rien ne dure, pas plus le bonheur que le malheur, à ce que l'on dit...

En effet, la souffrance s'amplifie lorsqu'elle sait qu'elle va vous quitter... J'ai un autre exemple à vous fournir : après un massage suédois, la personne massée peut ressentir pendant 3 jours certaines crispations, en tout cas, des crampes, comme si elle venait de sortir d'une séance de gymnastique intense, mais au bout des trois jours... comme on se sent bien! Ma méditation relaxation préférée? C'est la marche du tango argentin! A condition d'y mettre de la Conscience... et de l'Amour!




Ma citation préférée, comme guide de la sagesse vivante :

"Le corps de souffrance, qui est l'ombre de l'égo, craint la lumière de votre conscience. Il a peur d'être dévoilé. Sa survie dépend de votre identification inconsciente à celui-ci et de votre peur inconsciente d'affronter la douleur qui vit en vous." 

Eckhart Tolle, Le pouvoir du moment présent, Guide d'éveil spirituel, page 35, Editions Ariane

 

Publié dans Une Plume de Provence

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article