La fluidité du guidage et de l'abrazo

Publié le par Frédéric Zarod

 

La fluidité dans l'abrazo et guidage du tango argentin, c'est juste la fondation du tango sans laquelle on ne pourra  jamais construire son édifice de danseur et danseuse.

Tout le reste.... c'est pour monter les murs, mettre un toit, puis éventuellement faire de la décoration.


Utiliser la force des bras, la violence d'un déplacement pensant faire preuve de virilité, d'affirmation dans son tango, est une erreur fondamentale que seuls font (en principe) les débutants et aussi débutantes en tango.


Rien ne sert de fournir une énergie colossale dans son abrazo, surtout d'une manière chaotique, il faut commencer par relâcher le buste, les épaules, les bras, maintenir juste un effort musculaire afin que les bras ne nous tombent pas, puis travailler la connexion, le sol, le transfert de poids, l'intention, la dissociation...


La fluidité du tango, c'est simplement la FONDATION d'un tango argentin efficace, confortable, qui s'avère très technique, et qui demande une profonde remise en question de soi, sur le plan émotionnel également.


Nora Witanowsky et Juan Carlos Martinez, deux fois finalistes du championnat du monde de Buenos Aires :

 


 

Publié dans Tango argentin

Commenter cet article

Laret 22/05/2013 06:54


J'aime la façon dont tu parles du tango,avec PASSION!!!Bonne journée,Jean-Pierre

Fred Milongeroz 23/05/2013 10:30



Le tango est un fruit de la passion!