Tango argentin les fioritures de la danseuse

Publié le par Frédéric Zarod

Les pas et les fioritures de la danseuse de tango

Les pas et les fioritures de la danseuse de tango

Tango argentin

 

Les fioritures de la danseuse de tango argentin sont des décorations qui se glissent aux milieux des pas, et des pivots avant-arrière.

La fioriture, par essence, n'est pas guidée; courte ou ample, elle est exécutée par la danseuse qui peut choisir de la générer à partir d'une figure que lui guide son partenaire; elle utilise alors l'énergie du mouvement, qu'elle laisse circuler dans sa jambe libre, en amplifiant cette énergie, ou au contraire, en la contrôlant en fonction de la forme que la tanguera veut donner à son embellissement, adorno, boleo, pas brossé ou piqué, petit saut, retard sur le mouvement, arc de cercle de la pointe du pied, etc...

 

Il est a noté que les danseuses de tango n'ont aucune obligation de faire leurs fioritures dans l'énergie de leur cavalier.

Sans parler forcément de la tanguera, qui, pour affirmer son caractère, introduire quelque caprice de femme - car il faut bien agacer les hommes de la milonga, les tester, les mettre à l'épreuve de leur sol - va placer un adorno controversé, un jeu de jambe qui va contrarier le guidage de son danseur, nous pouvons prendre l'exemple tout simple du couple à l'arrêt, suite à un break (pause), au sein duquel, alors que l'homme et la femme sont immobiles, la danseuse exécute ses embellissements, comme faire pivoter le pied sur le talon aiguille de la chaussure, avec le métatarse en l'air, histoire d'interpréter quelques notes de musique, un trait en tierces asccendantes, descendantes, la plainte courte d'un violon, l'agacement amoureux du bandonéon.

 

Tango argentin les fioritures de la danseuse

 

Si les chaussures de tango mettent en valeur les pieds de la danseuse, savoir utiliser correctement les articulations de la cheville, du genou et de la hanche dans la marche, la suspension d'un mouvement, ou une figure, augmente considérablement les possibilités d'embellir son tango.

La reine des danses a la particularité d'offrir à la femme un vaste et bel espace de séduction et de coquetterie, qui lui appartient, avec lequel elle peut jouer, ou pas. Elle peut y investir du temps, de l'énergie, certains traits de caractère, de la passion ou au contraire n'y accorder qu'un intérêt passager, relatif, et ce encore, l'utiliser en fonction du partenaire avec qui elle partage sa danse.

 

Prendre des cours de technique femme n'est pas un passage obligatoire pour la danseuse qui souhaite exprimer dans son tango, sa féminité, ses revendications, sa poésie personnelle, son envie de prendre une part plus active dans le couple, ou d'ajouter une note discrète, un parfum, au guidage du cavalier sans même que ce dernier ne s'en aperçoive!

Les femmes prennent le temps d'observer le bal: elles peuvent s'inspirer des fioritures qui donnent une myriade de couleurs dans le ballroom. Certaines cherchent à l'intérieur d'elles mêmes; pour peu qu'elles soient sincèrement à l'écoute de leur corps, elles exprimeront naturellement une émotion, et lui feront prendre la forme d'un embellissement qui aura sa propre musicalité.

 

Cependant, je m'aperçois qu'un cours de technique femme, accès sur l'étude des fioritures et des jeux de jambe plus conséquents en terme d'énergie, présente l'avantage de cerner les enjeux relatifs à la connection et au guidage dans le couple, d'interroger son propre rôle de danseuse, donc, de faire la part des choses: en effet, selon son orientation pédagogique, un cours de technique femme devrait permettre de revenir à la technique fondamentale du tango, tels que l'axe, l'équilibre, le transfert de poids, la sortie de jambe, la dissociation naturelle, etc... car c'est ce travail-là qui peut amener la danseuse à créer son propre espace, ou à le développer, et à l'aménager par toutes sortes d'embellissements en fonction de ses propres goûts, expériences et capacités.

 

Avignon, le 12 janvier 2013

Les 26 os du pied

Les 26 os du pied

 

Le métatarse correspond au milieu du pied, et comprend 5 os longs, auxquels il faut ajouter les phalanges (os antérieurs) ou doigts de pied.  Le tarse est la partie postérieure du pied (arrière) et contient 7 os, dont le talon. Chaque doigt de pied contient 3 os, sauf le gros orteils qui n'en fait que deux. On peut donc compter 26 os dans le pied.

 

Commenter cet article