Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions

Publié le par Lady gothique

Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions

Soubrette et gothique, une danseuse de tango dans la fosse aux lions

 

Tanguera tangothique soubrette, vais-je être jetée dans la fosse aux lions? Offerte en pâture aux fauves du tango qui aiment la chair fraîche, et qui ont pris le goût du sang? Vais-je m'égarer par une nuit de pleine lune dans l'un de ces bals remplis de vampires? Comment s'échapper avant la Cumparsita, servante prise au piège, captive de l'abrazo, étreinte à la taille, et les reins cambrés, le souffle coupé, soumise à l'inlassable ocho cortado, contrainte aux huit, à la marche croisée, et à une media Luna qui n'en finit plus...

Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions

Les heures sombres d'une petite servante blonde offerte aux prédateurs d'une étrange arène...

La soubrette du tango soumise aux huit coupés et aux figures imposées du bal

 

Soubrette du tango, vêtue de soie et de satin, offrant le velours de ma chair à des lions voraces, pour un destin gothique, servante un brin capricieuse, mais si pudique devant mon charmant cavalier qui n'a toujours pas retrouvé la chaussure que j'ai égarée la nuit dernière juste après avoir dansé un dernier tango avec lui, le rouge et le noir me vont si bien, soubrette de l'abrazo, carrément ceinte dans les cercles sulfureux de la milonga, arrondissant les angles de la baldosa, je marche, je danse sur des talons aiguilles jusqu'à écorcher mes pieds, encore et toujours soumise aux huit infernaux, à ce ruban de Moebius qui me force au pivot chaque fois que je fais un pas, qui m'oblige à changer de direction alors que j'aspire à explorer le parquet flottant à tâtons, et en reculant, encore forcée à quitter la ligne droite, pour m'enrouler autour du cou de mes partenaires successifs.

Remarquez, le ocho cortado, c'est bien pratique. Un huit coupé pour soulager mes pieds comprimés entre le talon haut et les brides.

Avignon, lundi 28 mars 2016

Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions

Soubrette masculine cherche sa Patronne...

Ou quand un tanguero du Vaucluse égaré au beau milieu d'un théâtre de jouissance et de déconfiture trouve enfin à quelle Sainte se vouer

 

Gothiste, parce que vulnérable, sans défenses dans ce très curieux, glauque et mirobolant amphithéâtre que sont les milongas en France, frêle et fragile danseur de tango argentin, dont la taille est légèrement inférieure à la taille moyenne des tangueras françaises, qui mesure exactement un mètre cinquante-neuf, que son poids classe dans la catégorie poids plume* ou poids mouche* - nous n'en sommes plus à un kilo près -, sur lequel des danseuses parisiennes et marseillaises ont collé des étiquettes tantôt humiliantes, tantôt réjouissantes, sans collant lui-même au passage, des plus ou moins extravagantes, avec qui, si vous êtes une femme ou un homme qui fréquente les bals de Provence, vous avez sans doute partagé un abrazo confortable et musicalement très agréable, par lequel encore l'esprit du tango rioplatense retrouve ses lettres de noblesse, entre duende, magie et connexion, cherche sa Patronne depuis ce jour extraordinaire où il a décidé de danser sur des talons aiguilles et d'assumer jusqu'au bout des ongles son nouveau rôle de danseuse, de personne guidée, de follower folichon, de soubrette prise au piège et dirigée dans les bras d'hommes virils, de milongueros exaspérés, de danseurs doux, de tangueros avec de la poigne, de machos qui ont appris avec le temps à mettre de l'eau dans leur vin...

De tous les rôles, la soubrette, c'est celui que je préfère. Servante, domestique, secrétaire tailleur jupe et bas dentelle, larbin, factotum, femme de ménage, homme de paille, sous-fifre, épouse sous code napoléonien, eunuque, odalisque, cocu candauliste, pin-up, lèche-botte, sissyboy. D'une façon ludique, j'adore être menée à la baguette.

Et la carotte? J'aime quand elle est grosse, longue et dure.

 

Homo lilliputien et maigrichon adore les grosses carottes, longues, épaisses, bien dures, et juteuses. Une philosophie prêt-à-subir dans mon boudoir de blanc bec vauclusien | Rétrospective hivernale: avant j'étais un homme. Un petit avignonnais frêle, fragile et déjà folichon. Mais je me suis toujours senti comme un étranger, une créature menue et docile au milieu des autres hommes. Certes, Coluche disait que la bonne taille, c'est quand les pieds touchent par terre. Il était grand philosophe, à sa façon, comme son père. Quand je me tiens debout, sans mes escarpins, ma taille est légèrement inférieure à la taille moyenne des françaises. Côté hauteur, donc, en y ajoutant ma silhouette fluette, très fine, des os minces, une apparence gracile et gracieuse de mec blond sensible, efféminé, et bisexuel exclusivement passif, mon corps appartient à la gente féminine. Depuis 2016, je me travestis publiquement, pour danser comme pour aller faire les courses. Je suis transgenre. Mais pas hormoné ni opéré. Depuis le tout début de l'année 2017, je m'habille, me maquille et me parfume comme une femme. Souffrant depuis mon adolescence de mon homosexualité latente et refoulée, j'ai décidé - et ça fait partie de mes bonnes résolutions - pour cette nouvelle année 2018, année qui s'annonce pleine de belles et bonnes choses, excitantes, égayantes, tendres et réjouissantes, d'assumer pleinement mon homosexualité passive, des rencontres, des relations entre mecs, même si j'ai déjà fait mon coming out, et en tant que gay sissy trav, j'ai décidé de me soumettre à une philosophie exigeante, fétichiste et philosophiquement masochiste, féminisante corps et âme, d'obéir aux règles que les "instituteurs immoraux" vont m'imposer dans le boudoir. Mec passif qui mesure 160 cm et qui pèse 44 kilos en ce mois de janvier, petite sissyboy maigrichonne, se place sous la contrainte de l'école du libertinage homosexuel, un contrat BDSM. Soumis gothique sissifié et domestiqué, bientôt dressé à la carotte et au bâton, dominé par de grosses teubs, des queues épaisses et bien juteuses, corrigé par la cravache de mon futur Maître, la badine d'un mentor du Vaucluse, ou la ceinture en cuir d'un lopeur vicieux et viril qui va faire mon apprentissage de lolita masculine, de bonne petite lope débutante qui ploie facilement sous la moindre rafale de mistral, dont la chair fraîche est aussi blanche, pâle, que le calcaire de Provence, en quête de mon Master Amant de Saint-Jean. Ou d'un boyfriend dominateur et tendre (main de fer dans un gant de velours). Pour bien commencer l'année 2018, mon visage est enfin devenu très doux, comme celui d'une femme, définitivement, irréversiblement, imberbe; petit blond passif, docile, encore un peu étroit, je reçois mec actif, viril, hétéro curieux ou bi dirrectif, dominant, entre Le Pontet, Montfavet et Realpanier. Amours masculines, philosophie SM dans mon boudoir, safeword et subspace dans mon alcôve de loligay fluet, à la taille très mince, et de la quarantaine (j'aurais 50 ans en 2024). Des rencontres, des complicités naissantes, des partenaires de confiance. Journal intime d'une soubrette blonde et sotte, sexo-psycho-philo d'une servante masculine, eunuque cérébral qui aime les jeux sadomaso soft ou légèrement hard. Echange sympathique, respect mutuel, sévérité fessée gorge profonde qui n'excluent point tendresse et complicité entre hommes.

 

Quelle est la taille de mon pénis en érection ? Petit vauclusien de 44 ans en 2018, qui mesure 1,60 mètre pour une quarantaine de kilogrammes, ce qui me fait appartenir à la catégorie "poids pailles" en boxe amateur, sauf que je ne pratique pas la boxe, juste le sport en chambre, stretching gay et first anal (d'où mon amour pour les grosses courgettes, carottes, et bouteilles vides en verre dont le goulot m'excite.......), je ne me bats jamais avec les hommes, suis pacifique, gothiste, et me dispute encore moins avec le mec macho dirigiste qui veut prendre le dessus, petit blond passif et docile que je suis, je me trouve déjà en-dessous. Joli petit insecte, que des bottes peuvent écraser si facilement. Larbin, carpette: au jeu SM légèrement hard mais sans brutalité, je suis un toutou la queue entre les jambes, obéissant et fidèle à mon Maître (ou une Maîtresse, pourquoi pas, je ne sais pas si ça me plairait?). Rétrospectives hivernales: quand j'étais plus jeune, on me traitait de nain de jardin, de lilluputien, les potes et les garçons de l'université disaient que j'étais à la bonne taille pour... tailler des pipes, en effet, ils avaient raison: je n'ai même pas besoin de me mettre à genoux, juste me pencher un peu, je suis quasiment à la bonne hauteur pour prendre une verge dans ma bouche de petit blond soumis au pays de Mistral et de Daudet, et la sucer avec gourmandise, fellation oblige ! nature ! en la laissant s'ériger jusqu'au fond de ma gorge, où ici, elle pourra décharger de grosses giclées de sperme que j'avale sans rechigner... et tant pis pour moi si je suffoque, si je vomis, c'est mon rôle de soubrette provençale à moi de gérer la respiration, l'apné, la quantité abondante de salive que produit ma cavité buccale forcée par les va-et-vient, contrainte aux assauts d'une teub enragée, impatiente, et d'engloutir des queues énormes, longues et dures comme du roc, que ces dernières appartiennent à un beau suédois, un charmant rebeu ou un black hyper musclé. A propos, quelle est la longueur de ma verge quand il m'arrive en de rares occasions de bander ? La suite de ma petite histoire de soubrette coquine et victorienne dans la photo suivante | Petite annonce du 84, entre h ou pour cple, gay etc........ dans un coin sombre: si tu es un homme de l'autre bord, comme moi, de la jaquette et de la vieille école, et que tu me croises un de ces quatre matins ou soirs, près de chez toi, sous un pont (mdr) ou à proximité d'une porte des remparts (lol), entre un bon martinet, deux eaux, sept douleurs, huit heure du matin et huit heure du soir, c'est que je fais comme toi, une course, une promenade, ou que je reviens de shopping ou d'un café crème pris intra-muros (désolé, je ne bois pas d'alcool, et ne prends aucune substance nocive, dégueu, qu'elle soit douce, forte ou dure, niet, que neni, pas de nitrites non plus, aucune merde, zéro, nul, c'est à chier),  n'hésite pas à m'aborder, à me dire bonjour, entre gays, ou bis, même si t'es un hétéro curieux, on se comprend, j'aime me faire draguer, accoster gentillement, par un homme plutôt macho... Relation discrète, amicale. Invite-moi à prendre un verre, à manger au resto, qu'importe la note, ce n'est pas du tout pour me faire offrir l'assiette, non, c'est l'idée de jouer mon rôle de gonzesse, d'être invité(e), tu vois, comme une vraie blonde ? On partage la note en deux, no pb; ou bien je te propose de venir chez moi, si tu as le temps: je reçois Monsieur. J'aime quand un keum baisse sa braguette illico presto, qu'il sort de son caleçon ou boxer tout son lourd et beau matos, pour qu'aussitôt je m'agenouille ou m'accroupisse, avec ferveur, et que je me mette à lécher, à sucer, à astiquer... et à aspirer tout le venin, la liqueur blanchâtre qui va me laisser un drôle de goût, écoeurant mais en même temps... enivrant, excitant... pour une soubrette très mince, imberbe et épilée totalement, une travestie mature comme moi. J'adore quand un amant ou un inconnu me donne l'ordre d'avaler son jus. Quelle est la grosseur de mon kiki de gay lilliputien quand je suis excité ?

 

Quelle est la longueur de mon pénis quand je bande ? Si j'étais marié à une femme, c'est elle qui porterait la culotte à la maison, et moi le string, si je vivais en concubinage avec une petite-amie, je me demande en ce début d'année 2018, si je serais encore capable de bander devant ses jolies cuisses bien écartées ? Car ça fait une bonne dizaine d'années que je n'ai plus touché à une seule meuf, que je n'ai plus fait l'amour à aucune femme, je n'ai jamais su draguer de ma vie, je n'ai pas ça en moi, je fonctionne comme une "proie" devant les "prédateurs", et comme les filles, ce n'est pas leur rôle de faire du rentre-dedans, puisque ce sont les keums qui proposent, et la princesse qui dispose, et bien moi, idem, je reste passif, totalement passif côté drague... Que je cherche à séduire, fasse des efforts pour plaire aux mecs, charmer les messieurs, c'est normal, c'est mon job de "fille", de femme trans qui n'est pas hormoné et non opéré, juste gay travesti, une sissyboy. Combien mesure mon petit oiseau quand il s'envole ? Je suis un vauclusien quadragénaire, de petite taille, très très mince, une ossature mignonne, très fine, comme la charpente d'une gonzesse qui vient à peine de devenir une femme, suis une mini créature de luxure, quand je m'épile intégralement, que j'enfile des bas résille, de la lingerie féminine, des dessous de charme, une robe ou une jupe à ras les fesses, une trav, comme on dit. Un blond qui a horreur de se branler, suis un mec clitoridien, je titille mon bout, sans jamais prendre à pleine main ma teub, ça fait chier car cette dernière n'arrête pas de faire comme les essuis glaces de ma bagnole, quand je masturbe mon clito de sissyboy, alors que je coince ma zigounette ridicule, minuscule, toute riquiqui, entre mes cuisses épilées  de blond qui fait que la femme au lit, et je peux enfin fantasmer, rêver au beau prince charmant qui viendra poser un baiser sur ma bouche pleine de rouge à lèvre, et qui me sautera toute la nuit, un cavalier chaud, viril et vicieux, qui s'amusera à me chevaucher à cru et à sec, à me tringler pour me faire grimper aux rideaux, à me ramoner jusqu'à ce que ma petite cheminée, étroite, serrée, exigue, s'élargisse à vue d'oeil, se dilate et explose sous ses coups de boutoir, ah le salaud ! un vrai sanglier quand il va se mettre avec son groin, à fouger ma terre vierge, mon humus...... Quelle taille a mon pénis de petit homosexuel avignonnais ? A tout casser ? Disons même pas dix centimètres. Ma verge au repos, elle est plus petite, plus mince, qu'un flacon de vernis à ongles. Je ne bande plus devant une femme nue. C'est fini. Je suis devenu une vraie pédale. Une tapette incapable d'entrer en érection pour pénétrer un derrière en levrette. Terminé, je suis devenu impuissant. Une verge molle, passive. Je n'aime pas me branler. Par contre, j'adore branler les hommes. Pour une rencontre sans lendemain dans le Vaucluse, ou une relation un peu plus sérieuse, discrète ou non, comme tu veux, si tu es un mec actif, bien membré, entre 30 ans et 60 ans, je te branle, te suce, et te fais jouir, je reçois, j'avale, surtout si tu me le demandes d'une manière ferme.

 

Je suis homosexuel. Je ne fais que la femme. Un gay efféminé qui danse le tango. Un mec passif qui s'est mis aux talons aiguilles pour aller danser dans les milongas. Ceci n'est pas un fake. Je vous ai donné suffisamment de news depuis le printemps 2016 où j'ai commencé à m'habiller en femme pour faire mes entraînements, tango training of the old school for a french little man who is dancing like a valley girl, avant d'affronter les lions, tigres, fauves et chatons du bal.

 

Puceau de la quarantaine, enfin, je veux dire, à moitié vierge, pour queue juteuse et endurante. Rendez-vous gay: mec passif cherche grosse teub, je reçois hommes actifs  pour qu'ils continuent à me décuceler. Oignon à farcir dans l'arrière-pays du mistral, des olives et des cigales. Je recherche mon amant de Saint-Jean. Entre folie douce et réel plan, j'accepte le bon martinet sur mes petites fesses de blond d'1m60 et de 43kg, la flagellation amoureuse jusqu'aux sept douleurs, si j'ai encore le cul entre deux eaux, au moins cela me remettra à ma place de soubrette. Plaisirs, amitiés masculines, amours tendres, chaudes et sulfureuses. J'aimre les fêtres galantes, la main dans la culotte, être mené en bateau ou à la baguette, et secoué à l'arrière d'une voiture. Homo passif, fluet, imberbe, épilé total, petit et menu, célibataire et disponible à partir du 11 janvier 2018, qui reçoit entre la Durance, la Sorgue et le Rhône.

 

Comment branler un homme viril ? J'aime masturber les mecs, les fauves en rut. Petite femelle en chaleur reçoit pour être saillie par un marcou très actif et tbm, rive gauche du Rhône, entre Bénezet et Realpanier. Rencontres amicales entre mecs.

 

Quand tu jouis, j'ouvre tout grand ma bouche, s'il te plaît, gicle entre mes lèvres masculines, éjacule au fond de ma gorge de petit gay passif, grêle, gracile, à la silhouette fluette, au comportement très docile. Soubrette mâle, travestie sept jours sur sept. Plaisirs discrets dans mon boudoir. Coït sans fin. Fais-moi l'amour jusqu'au petit jour. Huit heures durant. Si tu es endurant. Sois mon Maître et je serai ta servante, en talons hauts, mini jupe et bas résille, ta femme de chambre, ton dogslave au fond de ta fosse à vidange, jeux et contrat BDSM, safeword, scénarios et mise en scène entre amants, amis. Amour amitié gays.

 

Victorieusement, et par hasard, au détour d'une recherche banale à propos du prénom composé du personnage principal de ma pièce de théâtre Le Mystère Victor, j'ai découvert ma Maîtresse, une figure de l'histoire chrétienne, celle qui donne un sens à ma petite vie de tanguero sur talons hauts, de tanguera docile qui, enlacée par des bras audacieux, captive et langoureuse, prisonnière des étreintes masculines qui tour à tour me bousculent et me bercent, a tant de plaisirs à se laisser mener sur la piste de danse.

 

Patronne des servantes

 

Sainte Blandine est une jeune esclave chrétienne qui a été martyrisée au mois de juillet 177 sous le règne de Marc Aurèle dans la ville de Lyon (Lugdunum). Attachée au poteau dans l'arène (amphithéâtre des Trois Gaules), livrée aux bêtes les plus féroces, flagellée, brûlée vive, elle est la seule survivante parmi ses compagnons: sa Foi malgré sa silhouette frêle, sa fragilité apparente, suscite l'admiration et la stupeur dans la foule des spectateurs. A la fin des jeux, elle sera égorgée par le bourreau. Elle est aujourd'hui Sainte Blandine, patronne des servantes.

 

(*) En boxe amateur masculine, le poids mouche est compris entre 49kg et 52kg, le poids plume, entre 54kg et 57kg. Pesant 44kg en ce mois de janvier 2018, si, au lieu de faire du tango, je faisais de la boxe, je serais rangé en vérité dans la catégorie poids pailles, inférieur à 47kg.

Avignon, vendredi 5 janvier 2018

Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions
Tangothique, une soubrette dans la fosse aux lions

Ocho cortado Tango argentino Técnica para la Mujer

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article