Une vie de couple

Publié le par Violette

Tango de l'âme, comment vivre en couple sa passion quand on est une belle danseuse célibataire ghostée dans les milongas? Rencontre poétique avec une tanguera française.

Dans le couple, la danseuse que je suis se laisse mener à merveille, par le bout du nez, un tango dans le sol, une milonguera qui a du talent, capable en vérité de danser dans les deux rôles, totalement à l'aise pour guider comme pour être guidée.

J'ai pris mon tout premier cours de tango argentin il y a 14 ans de cela, tout le monde s'en fout. Si je suis narcissique, c'est parce que je cherche un homme pervers, et je continue à m'entraîner, au sein de mon confinement éternel avec un extraterrestre maître en la matière... Il n'y a pas de violence conjugale avec lui, juste des conjugaisons au futur antérieur et un mariage au subjonctif. Notre amour est inconditionnel.

Ce n'est ni un beau costume, ni une robe échancrée, qui dansent, mais un corps, un cul, des pieds, des tripes, un coeur. Mon tango, je l'essore, le passe à la braise, le démonte pièce par pièce; quand je danse dans les bras d'un homme, quand je guide une femme, j'y mets toutes mes émotions, si bien qu'on ne sait plus si ma vie est un tango, ou bien si le tango est chaque cellule de mon corps. Le talent, ça ne s'explique pas. Je le nourris par du travail, de la persévérance et beaucoup d'amour...

L'amour entre un homme et une femme, c'est beau, parfois c'est dégueulasse, c'est trop court avec un éjaculateur précoce, ça devient romantique quand elle dégueule après quatre ou cinq verres de vin rouge, comme dirait Jean-Jacques, ça colle aux doigts, c'est dégoûtant. Viral et sacerdotal, ô tango mon amour, que viennent les beaux jours, que valse mon âme, dans les bras d'un bel homme, intelligent, sensible et musclé, j'exalte, j'exulte, mon extase se mesure à la beauté de ma danse de couple... Avec ou sans mirada, le cabeceo d'un danseur remarquable, il faut oser, inviter, s'accoupler, jolie blonde égayée comme je l'ai toujours été, m'égarer et m'enivrer encore dans nos milongas françaises... Est-ce que tu m'aimes? Si je suis dans tes bras de tanguero, prends garde à toi!

Dans cette vidéo, lecture théâtrale de mon poème épique, en quatrains tétrasyllabiques, intitulé Encuentro milonguero aux herbes de Provence :

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article